CAIN (Georges). Illustrations de Charles Jouas. La Seine du Point du Jour à Bercy. BERALDI (Henri). Un illustrateur de Paris. Charles Jouas.

 

En dirigeant Carnavalet de 1897 à 1914, Georges Cain avait accès à une fabuleuse documentation sur la capitale. Il en a fait abondamment usage en écrivant de nombreux livres d’histoire sur Paris qui font toujours autorité. Nous l’avons croisé à plusieurs reprises sur ce blog et nous vous rappelons la dernière page parue rassemblant ses principaux titres sur le passé de la capitale : Georges Cain.   Mais Georges Cain n’a pas toujours été historien, il a aussi été peintre. Avec la Seine du Point-du-jour à Bercy, il réunit ses deux passions en faisant appel pour illustrer l’ouvrage, à un des graveurs les plus talentueux de son temps, Charles Jouas.

Georges Cain qualifie de plus jolie promenade à faire dans Paris, en remontant la Seine du Point-du-Jour au pont de Bercy. » En partant de la barrière de pierre ajourée du Point-du-Jour, ses grandes arches noires encadrant du côté de Sèvres et de Meudon, quelques jolis tableaux de verdure, quelques enchanteurs paysages de la banlieue ». Au rythme des découvertes en bateau au fil de l’eau, La statue de la liberté, Le port d’Auteuil, Les quais de Passy, Un logis de Madame de Lamballe, Les eaux de Passy, La tour Eiffel, puis le Champs de Mars, L’Avenue Montaigne, Le cours la reine, Les Invalides, La place de la Concorde, Le pont de la Concorde, La Chambre des Députés, Le Palais des Tuileries, La terrasse et le jardin des Tuileries, L’Hôtel de la Légion d’Honneur, Le quai Voltaire, Sur les toits du Louvre, Le quai Malaquais, L’hôtel de Transylvanie, La mansarde Bonaparte (place Conti), Les quais (Voltaire , Malaquais, Conti), La place Saint-Germain-l’Auxerrois et la Colonnade du Louvre, Le Pont-Neuf, Le marché aux fleurs et l’Hôtel-Dieu, Notre-Dame, Le Jardin des plantes, Les berges de la Seine, Le pont de l’Estacade. Les titres de chapitre que nous venons de citer offrent un aperçu des différentes étapes retenues par l’auteur, en les croisant avec la table des gravures de Jouas, nous avons un panorama complet de la descente au fil de l’eau dans un décor qui a peu changé sauf aux marges de la ville.

A cet exemplaire est jointe la rare plaquette (tirage à cinquante exemplaires) rédigée par Henri Béraldi sur le travail de Charles Jouas qui a fait de Paris, le principal espace de son inspiration.

Georges Cain (1853-1919) a tout au long de sa carrière manifesté un profond attachement à sa ville natale, Paris. Il fut peintre, illustrateur et écrivain et dans chacune de ses expressions artistiques la capitale occupait une place de choix. Il a aussi été conservateur de Carnavalet de 1897 à 1914. Fils du sculpteur animalier Auguste Cain, il  débute au Salon de 1878. Les sujets de ses toiles sont souvent des scènes de genre du passé parisien et notamment révolutionnaire. Il a aussi illustré de nombreux ouvrages de Balzac. Délaissant progressivement la peinture, il a abondamment écrit sur le vieux Paris et ses ouvrages font encore autorité.

Charles Jouas (1866-1942). Le célèbre bibliophile Henri Béraldi dans la brève plaquette «  Un illustrateur de Paris Charles Jouas, 1927 » évoque les premiers pas de l’artiste : « Jouas, Parisien, en 1896 jeune dessinateur, remarquable croquiste, montre à un bibliophile un volume sur le Maroc orné par lui d’aquarelles marginales. Le bibliophile ne lui donne pas d’eau bénite simple, mais lui dit fermement : Très bien. Mais à présent, c’est sur Paris qu’il faut vous mettre » et il lui demande l’illustration des Poèmes Parisiens « Outre Poèmes parisiens de Goudeau (1897),  il illustrera de nombreux ouvrages sur des thèmes parisiens et notamment, Le quartier Notre-Dame de Joris-Karl Huysmans (1905), Trois Eglises de Joris-Karl Huysmans(1920), Paris vu de Notre Dame (1947).

_______________________________________

CAIN (Georges). La Seine du Point-du-Jour à Bercy. Paris, Imprimé aux dépens de deux amateurs, 1927. Un volume (29 cm x 21,5 cm), 113 pp.

44 eaux-fortes de Charles Jouas.

D’un tirage global de cent trente exemplaires imprimés sur Vélin de Rives à la cuve, un des soixante exemplaires avec les eaux-fortes dans le texte.

En feuilles sous couverture rempliée, titre doré.

BERALDI (Henri). Un illustrateur de Paris. Charles Jouas. Paris, 1927. Un volume (28,5 cm x 21,5 cm). En feuilles sous couverture rempliée, 5 pp.

Un des cinquante exemplaires numérotés.

2 eaux-fortes de Charles Jouas. 4 tirés à part des eaux-fortes de la plaquette. 2 du frontispice (numéroté 11/20 et 23/40). 2 en fin de texte (numéroté 11/20 et 23/40).

En feuilles sous couverture rempliée (traces d’insolation sur la couverture).

L’ensemble sous emboîtage (pièce de titre au dos) et étui.

Pour acheter c’est ici .

Pour consulter nos bibliographies c’est .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*