Autour du prince de TALLEYRAND.

  Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838) issu d’une famille de la haute noblesse, affligé d’un pied bot, sa famille le destine à une carrière ecclésiastique. Ordonné prêtre en 1779, il est agent général du clergé (1780), puis nommé en 1788, évêque d’Autun. Député aux Etats généraux sous l’Ancien Régime, il quitte le clergé pendant la Révolution. Président de l’Assemblée Nationale et ambassadeur pendant la Révolution française, ministre des Relations extérieures sous le Directoire, le Consulat et le Premier Empire, président du gouvernement provisoire au retour des Bourbons, ministre des Affaires étrangères et président du conseil des ministres sous la Restauration, plénipotentiaire au Congrès de Vienne, et pour finir ambassadeur à Londres […]

CAIN (Georges). Illustrations de Charles Jouas. La Seine du Point du Jour à Bercy. BERALDI (Henri). Un illustrateur de Paris. Charles Jouas.

  En dirigeant Carnavalet de 1897 à 1914, Georges Cain avait accès à une fabuleuse documentation sur la capitale. Il en a fait abondamment usage en écrivant de nombreux livres d’histoire sur Paris qui font toujours autorité. Nous l’avons croisé à plusieurs reprises sur ce blog et nous vous rappelons la dernière page parue rassemblant ses principaux titres sur le passé de la capitale : Georges Cain.   Mais Georges Cain n’a pas toujours été historien, il a aussi été peintre. Avec la Seine du Point-du-jour à Bercy, il réunit ses deux passions en faisant appel pour illustrer l’ouvrage, à un des graveurs les plus talentueux de son temps, Charles Jouas. […]

Carnavalet, réouverture.

Carnavalet après des années de travaux de rénovation vient de réouvrir. En attendant de visiter les nouvelles installations, c’est l’occasion d’évoquer son histoire avec trois ouvrages.   Les travaux de restauration et d’agrandissement de l’hôtel Carnavalet, acheté par la Ville de Paris en 1866 en vue d’y installer le Musée historique de la Capitale et la Bibliothèque publique de la Ville de Paris ne furent entrepris qu’en 1874. Ils furent achevés en 1890. Ce projet comprenait l’achèvement du bâtiment, où fut incorporée la façade de l’ancien hôtel de la corporation des drapiers. Il impliquait aussi l’établissement sur le nouvel alignement de la rue des Francs-Bourgeois, d’une galerie au rez-de-chaussée, et […]