DELVAU (Alfred). Illustrations de Emile THEROND. Histoire anecdotique des barrières de Paris.

 

Le texte de Delvau en édition originale, les eaux-fortes de Thérond, une fine reliure, l’exemplaire a un certain charme mais il est relativement courant sous cette forme. Celui que nous présentons est unique car il recèle quelques précieux documents.

Il contient deux lettres d’Emile Thérond dont une adressée à l’imprimeur Auguste Delâtre, une lettre de Delvau et dix tirages des eaux-fortes qui éclairent les conditions de la réalisation de cet ouvrage.

Avec la présentation de cet ouvrage, nous allons évoquer trois personnages qui ont contribué à sa réalisation et un qui a eu le livre en main.

Tout d’abord l’auteur Alfred Delvau dont nous avons déjà présenté quelques ouvrages, les jours précédents, Histoire de la Révolution de Février, A bas le suffrage universel, Au bord de la Bièvre, l’illustrateur Emile Thérond, l’imprimeur Delâtre dont nous avons évoqué le fils (voir ci-après) et Paul Lacombe dont l’ex-libris est apposé dans l’ouvrage. Mais nous verrons par la suite qu’un autre possesseur a rendu unique, le livre que nous allons décrire.

del 1del 2Commençons par le texte. Dans l’histoire anecdotique des barrières de Paris, Alfred Delvau raconte l’histoire des lieux bouleversés par  l’annexion de quelques villages voisins de la capitale. Les limites de la ville sont reculées jusqu’aux fortifications exécutées en vertu de la loi de 1840. Sur ces espaces encore del 3barrière 6vierges de construction, nous renvoyons à une page précédente de notre blog, Les fortifications.

La simple énumération de la liste des barrières nous plonge dans un univers dont seuls certains  noms, nous sont encore familiers, alors juste pour les souvenirs, retrouvons les lieux.

del 5del 6Barrière des Amandiers, barrière d’Aunay, barrière de Belleville, barrière de Bercy, barrière Blanche, barrière de la Boyauderie, barrière de la Chapelle, barrière de Charenton, barrière de la Chopinette, barrière de Clichy, barrière du Combat, barrière de Courcelles, barrière Croulebarbe, barrière de la Cunette, barrière del 7del 8des Deux-Moulins, barrière de l’Ecole-Militaire, barrière d’Enfer, barrière de l’Etoile, barrière de Fontainebleau, barrière de Fontarabie, barrière des Fourneaux, barrière Franklin, barrière de la Gare, barrière de Grenelle, barrière d’Iéna, barrière de Longchamp, barrière du Maine, barrière des Martyrs, del 9del 10barrière de Ménilmontant, barrière de Monceau, barrière Montparnasse, barrière de Montreuil, barrière de Montrouge, barrière de la Motte-Piquet, barrière des Paillassons, barrière de Passy, barrière de Picpus, barrière Pigalle, barrière Poissonnière, barrière de la Rapée, barrière des Rats, barrière de la Réforme, barrière des Réservoirs, barrière de Reuilly, barrière de Riom, barrière Rochechouart, barrière de la Roquette, barrière de la Rotonde de Chartres, barrière du Roule, barrière Saint-Jacques, barrière de Saint-Mandé, barrière Sainte-Marie, barrière de la Santé, barrière de Sèvres, barrière des Trois-Couronnes, barrière du Trône, barrière de Vaugirard, barrière des Vertus, barrières de la Villette et de Pantin.

Les eaux-fortes d’Emile Thérond fixent un décor disparu depuis longtemps et donnent une image bucolique des lieux qui rapidement vont se couvrir de constructions et se peupler de nombreux habitants.

cythèreHenri Béraldi, dans son ouvrage les graveurs du XIXe, guide de l’amateur d’estampes modernes, (Conquet, 1892), présente ainsi l’illustrateur : « Therond (Emile) né à Saint Jean du Gard en 1821, bien connu pour les innombrables vues dessinées sur bois pour les journaux illustrés, comme le Tour du Monde ; a gravé à l’eau-forte : Théophile Gautier, portrait-frontispice in-8 pour Emaux et Camées,  La Closerie des Lilas, Mabille, le Casino-Cadet, le Château des Fleurs, le Bal Constant, la Reine blanche, vignettes pour les Cythères parisiennes de Delvau, 1864. Histoire anecdotique des barrières de Paris, par Delvau, 1865, avec 10 eaux-fortes de Therond « .

Le dernier personnage à évoquer est Paul Lacombe dont nous avons présenté l’ouvrage de référence Bibliographie parisienne dans la première page de notre blog et qui constitua une importante collection de livres parisiens.

barrière 5Ainsi l’ex-libris caractéristique de Paul Lacombe est présent dans ce livre mais lorsque l’on ouvre le catalogue de la vente préludant à la dispersion de sa bibliothèque (1922-1923) que vous pouvez consultez dans l’espace bibliographie de Paris-Libris,  on retrouve sous le n° 1379, l’histoire anecdotique des barrières de Paris mais aucune mention de l’ajout des deux lettres de Emile Thérond ni de celle de Delvau ni des dix tirages des eaux-fortes. Si de tels documents avaient existé au moment de la vente de la bibliothèque de Paul Lacombe, ils auraient été probablement signalés. La conclusion peut donc être tirée qu’ils furent ajoutés postérieurement par l’acquéreur de l’ouvrage ou un de ses successeurs. Comment ce ou ces derniers sont-ils tombés en possession de ces documents ? Plusieurs pistes, ils étaient chez l’éditeur Dentu ou l’imprimeur Delâtre…En tout cas aujourd’hui ils sont dans l’ouvrage et éclairent de belle manière les conditions de sa réalisation.

Venons-en maintenant aux lettres. Celles de Thérond, la première à Mr Desjobert (?) où il évoque les incertitudes de son métier, la seconde où il sollicite d’urgence l’imprimeur car l’éditeur (Dentu) s’impatiente et dont je reproduis le texte :

barrière 1barrière 8

Monsieur/

Je suis désolé de ce qui/ m’arrive et surtout de/ l’ennui que cela peut vous/ causer, mais je suis dans/ une position exceptionnelle ( ?)/ et forcé par cela de vous/ prier de me rendre le service/ de faire au plus vite/ ce que vous pensez, nécessaire/ pour que la planche marche./ En deux mots voici ma/ position si à 4 heures/ je n’ai donné une épreuve/ à Mr Dentu ma planche/ sera refusée/ pardon de tout cela/E.Therond.

téléchargementLe destinataire de cette lettre est Auguste Delâtre (1822-1907). Ouvrier imprimeur, il s’établit à son compte et de ses presses sortirent de belles eaux-fortes des peintres graveurs comme Meryon, Daubigny, Jacques Bracquemond, Whistler, Millet, Rousseau, Seymour Haden, etc…Il grava aussi une centaine d’eaux-fortes dont Béraldi a donné la liste (cf les graveurs du XIXe si op.cit.). Il est appelé à Londres en 1862 au South Kensington Museum par le directeur Mr Cole pour y fonder l’école de gravure et d’imprimerie. Il créé avec Cadart la Société des Aqua-fortiste. Sympathisant de la Commune ou ayant vu son atelier détruit par un obus prussien, les avis sont partagés et les deux raisons restent vraisemblables, il part s’installer à Londres (1871-1876) et imprime pour Tissot et Legros. Il rentre à Paris pour monter un nouvel atelier avec son fils Eugène qu’il forme et qui devient son successeur. Nous avons présenté dans une page précédente du blog, un livre illustré par Eugène Delâtre, Le vieux village de Montmartre.

Et puis sans doute la lettre la plus intéressante, celle de Delvau, en date du 8 mars 1865, dans son enveloppe manuscrite avec les traces d’un cachet de cire, adressée à son éditeur (Mr Dentu galerie d’Orléans, Palais Royal)) avec les 10 premiers tirages des eaux fortes de Thérond (voir photo ci-dessous) dont je reproduis le texte :

barrière 4Tour de Crouy,  8 mars 1865

barrière 3Mon cher éditeur, /Ci-jointes les épreuves définitives des/Barrièresretouchées par M.Thérond./Cela ira parfaitement, et j’ai/cru pouvoir donner le bon à tirer à Delâtre/afin d’éviter tout retard./Si vous trouvez, comme moi, que le/supplément de soins donnés par M.Thérond/à ces eaux-fortes mérite un petit supplément/de salaire, 30 francs par exemple, ayez la/bonté de le lui accorder, car il s’est exécuté/de fort bonne grâce et, à cause de cet empresse/ment inattendu je ne crains pas d’insister/auprès de vous, dont je connais l’équité./Votre bien dévoué/Alfred Delvau./J’ai reçu ce matin une lettre de Rops qui me/confirme sa prochaine arrivée.

barrière 2

____________________

barrières de paris 1DELVAU (Alfred). Histoire anecdotique des barrières de Paris. Paris, Dentu, 1865. Un volume in-12 (18,5 cm x 12 cm), 301 pp.

10 eaux-fortes par Emile Therond (imprimé sur chine)

½ chagrin. Dos orné d’un fleuron doré. Titre doré et date dorée en queue. Tête dorée. Couvertures conservées.

Notre exemplaire contient :

2 lettres manuscrites d’Emile Therond relatives à l’ouvrage.

1 lettre manuscrite d’Alfred Delvau avec son enveloppe relative à l’ouvrage.

10 tirages des eaux fortes (5 cm x 7 cm)

Ex-libris de Paul Lacombe.

Pour acheter cet ouvrage, c’est ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*