DELVAU (Alfred). Au bord de la Bièvre. Impressions et souvenirs.

 

Nous poursuivons aujourd’hui notre série de présentation d’ouvrages, initiée dans notre blog du 14 novembre, Arthur Rimbaud, le hasard et quelques livres.

plan-itinéraire-bièvre-parisLa Bièvre entre dans Paris par la Poterne des Peupliers et se jette au niveau du pont d’Austerlitz. Elle serpente à travers les 13e et 5e arrondissements de Paris. Jusqu’au début du 20e siècle la rivière alimente de nombreuses activités de tannerie, blanchisserie, teinturerie et bien entendu la manufacture des Gobelins. Progressivement transformée en cloaque par les nombreuses activités qui utilisent son eau, la rivière est désormais totalement couverte sur son territoire parisien et se perd dans les égouts de Paris.

bievre_0Fils d’un maître tanneur du faubourg Saint-Marceau, Alfred Delvau connaît le quartier de la Bièvre comme personne. «  Je ne suis pas né pour rien en plein faubourg Saint-Marceau, entre la rue Mouffetard et le marché aux chevaux sur les bords de cette peu poétique rivière de Bièvre, dont les naïades sont des blanchisseuses et les tritons des mégissiers… ». Quand il écrit ce livre, il vient de s’y installer à nouveau après avoir connu dans la proximité de ses dirigeants, le tourbillon de l’installation de la 2ème république puis sa chute. Voir notre blog  sur L’Histoire de la Révolution de Février.

photo-ancienne-bievre-paris«  Oui j’aime ce quartier que fuient comme peste les gens du bel air, qui ne savent pas ce qui est bon et sain, et qui préfèrent les odeurs douteuses de leurs quartiers commerçants aux parfums gaulois de ce quartier travailleur… » et Delvau part à la recherche de ses souvenirs, la maison paternelle bouleversée par l’édification de nouvelles constructions, les longues heures passées enfant au bord de la rivière, ses premières amours avec une petite ouvrière de la filature des Cent-Filles…

Il remonte la Bièvre jusqu’à son embouchure  où elle côtoie le Jardin des Plantes, jardin souvent désert avec sa ménagerie et ses produits végétaux où enfant il se perdait.

D’autres repères topographiques ont aujourd’hui disparu. «  A partir de la Butte-aux-Cailles jusqu’à la barrière Saint-Jacques, il y avait – et il y a encore un peu -, une large vallée au milieu de laquelle coulait la Bièvre, qui sort de Paris par la barrière Croullebarbe, – entre la barrière Fontainebleau et la barrière Saint-Jacques…. » et c’est dans ce quartier que vivait une riche veuve que sa mère voulait lui faire épouser alors qu’il rêvait de voyage et de courir le monde. Il renonça rapidement au projet maternel pour le monde et la littérature.

Une nouvelle édition d’Au bord de la Bièvre. Impressions et souvenirs paraît chez René Pincebourde en 1873. Le texte est identique à la première édition. L’intérêt de cette nouvelle édition réside dans la présence en début de l’ouvrage d’une bibliographie des livres et publications d’Alfred Delvau. Et c’est dans cette bibliographie que nous découvrons quelques détails sur la première édition de 1854.

lepère huysmans V«  Au bord de la Bièvre. Impressions et souvenirs. Par Alfred Delvau. Prix 1 fr.25 c. Paris, J.Bry aîné, 1854 ; imp.Prève, in-18, 107 pp. Tirage à 1,500 ex. (un petit nombre sur papier ort) ; il n’en restait que 5 chez l’éditeur, en janvier 1856 ; une lettre de Delvau nous donne ces détails. Sa mise en vente dans une librairie à bon marché, et surtout sa fabrication sur affreux papier, expliquent la grande rareté de ce petit livre. Il a été reproduit sous le titre : « Les bords de la Bièvre « , dans les «  Amis du peuple », journal illustré, publié par Bry aîné ; 52 numéros, du 4 mars 1858 au 24 février 1859 « .

Nous retrouvons aussi l’atmosphère particulière du quartier de la Bièvre dans un ouvrage postérieur de J.-K.Huysmans magnifiquement illustré par Lepère (1901), et qui a déjà fait l’objet d’une page de blog, La Bièvre, les Gobelins, Saint Séverin. Huysmans avait aussi évoqué la Bièvre en 1890 et en 1914. Cette dernière édition illustrée par Lebègue est disponible ici.

_____________________

016015claisse 5DELVAU (Alfred). Au bord de la Bièvre. Impressions et Souvenirs. Paris, J.Bry aîné, 1854. Un volume in-12 (19 cm x 12,5 cm), 107 pp.

Edition originale.

Ex-libris de P.Lorain.

½ chagrin. Couvertures conservées. Tête dorée. Coins légèrement usés.

Réservé.

__________

020022DELVAU (Alfred). Au bord de la Bièvre. Impressions et souvenirs. Paris, René Pincebourde, 1873. Un volume in-12 (19 cm x 13 cm), XXXI-132 pp.

Nouvelle édition précédée d’une bibliographie des ouvrages de l’auteur. Un portrait agrémenté de vignettes en frontispice.

Demi-maroquin à coins, dos à cinq nerfs, caissons décorés,  filets dorés,  tête dorée. Reliure signée Vauthrin. Couverture conservée. Rousseurs éparses.

Frais d’expédition offerts. Pour acheter c’est ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*