DUSSAUSOY (Maille). Le Citoyen désintéressé, ou diverses idées patriotiques, concernant quelques établissemens et embellissemens utiles à la ville de Paris.

  Qui était le citoyen Maille Dussausoy auteur du Citoyen désintéessé ? Tout le monde semble l’ignorer. Il a laissé pour seul indice sa dédicace à M.de Sartines, l’influent lieutenant général de police de Paris, où l’on découvre une certaine proximité comme il le sous-entend dans une de ses phrases  » Vous m’avez encouragé dans mon travail, en m’engageant de rédiger quelques-uns des projets qu’il enferme, & vous m’avez enchaîné à vous par des qualités que j’ai eu l’avantage d’admirer de plus près que personne » Vers le milieu du XVIIIe sièce, des auteurs d’horizons variés comme l’avocat Guillaume Poncet de la Grave, médecin comme Tenon, architecte comme François Blondel ou […]

Paris à travers les âges. Deux bois gravés.

  Lorsque j’ai eu en mains les deux bois qui vont faire l’objet de cette page, j’ignorais de quels ouvrages, ils étaient issus. Il était facile de reconnaître la cour de la prison de La Force mais l’autre bois présentait la cour d’une maison Renaissance et l’indication portée au verso du bois (maison de la rue Saint Paul) n’évoquait pour moi aucun bâtiment de cette rue du Marais. Les bois étaient XIXe, restaient à découvrir les livres qu’ils avaient illustrés. Les bois étaient encrés puis recouverts de blanc de Meudon pour faire ressortir le dessin, l’image après être passée en impression est complètement noire. Les trous sur les tranches supérieure […]

(GUEFFIER). Curiosités de l’Eglise de Notre-Dame de Paris, avec l’explication des tableaux qui ont été donnés par le corps des orfèvres.

  Les pompiers de Paris ont sauvé Notre-Dame qui malgré l’incendie reste debout comme nous l’avons présenté dans notre précédente page de blog : Notre-Dame, infinie tristesse. De nombreux objets et oeuvres d’art auraient pu disparaître dans les flammes, heureusement il n’en est rien. C’est l’occasion de se pencher sur certaines d’entre eux, moins emblématiques que les « icônes » comme la couronne d’épines ou la tunique de Saint-Louis, avec l’ouvrage du jour. Il est anonyme mais une main a porté sur la page de titre le nom de Gueffier. Nous nous interrogions déjà sur la paternité de l’ouvrage pour un autre livre sur la cathédrale présenté dans une page précédente du […]