MARLES (Jules LACROIX de). Paris ancien et moderne ou Histoire de France divisée en douze périodes appliquées aux douze arrondissements de Paris et justifiées par les monuments de cette ville célèbre.

 

Il n’est pas courant dans ce blog que nous ne soyons pas en mesure de dévoiler quelques éléments bibliographiques sur un auteur, ce sera néanmoins le cas aujourd’hui. Un lecteur pourra peut-être compléter les très brefs éléments que nous avons trouvé sur l’auteur de Paris ancien et moderne.  Jules Lacroix de Marlès (17..-1857 ?) est un historien qui a abondamment publié. Dans la base de la BNF, nous trouvons 121 titres rédigés par ses soins sur des sujets variés mais à dominante principalement historique.

Dans l’introduction à Paris ancien et moderne  et sans doute pour s’assurer de la rectitude de ses choix, Jules Lacroix de Marlès commencent par commenter de façon peu amène les travaux de ses prédécesseur. Selon lui,  les historiens de l’Ancien Régime avaient quelques défauts : « La saine critique n’a pas toujours présidé au choix des matériaux qu’ils ont employé; le goût n’a pas toujours dirigé leur plume, ni la raison dicté les jugements qu’ils ont portés « Il n’est pas plus tendre à l’égard de ses presque contemporains : « L’auteur du Tableau historique et pittoresque (Saint-Victor) s’est arrêté à 1789 comme s’il voulait effacer de notre histoire tout un demi-siècle. Avec le Tableau historique et pittoresque il faut reculer dans le passé d’environ cinquante ans. Nous ne dirons rien des opinions de l’auteur ; qui pensera jamais avec lui que le noble régime féodal nous ramènerait au bonheur ? que, pour l’honneur de la France, il faut abattre au plus vite l’Arc de triomphe de l’Etoile, la Colonne de la place Vendôme, et surtout se défaire de l’institution barbare du Jury, que les Français ont si follement adoptée, avec tant d’autres qui ont fait leur malheur et leur honte ?… L’histoire de Dulaure forme en quelque sorte une galerie de tableaux synoptiques où l’on aperçoit d’un coup d’œil tout ce qui se lie à une période déterminée. L’avantage que présente ce genre de composition se compense par l’inconvénient d’obliger presque toujours le lecteur à feuilleter plusieurs volumes pour obtenir sur un point quelconque des notions complètes. On a fait au surplus à cet écrivain, d’avoir toujours trempé ses pinceaux dans le fiel ; d’avoir écrit une longue diatribe contre tout ce qui a existé, au lieu d’une histoire impartiale » .

Après ces commentaires incisifs à l’égard de ses confrères, il restait à l’auteur à proposer une vision nouvelle pour son Histoire de Paris. Il choisit une approche novatrice citons ses propos ci-après.

« Nous avons adopté la division en douze arrondissements et quarante-huit quartiers, et divisé pareillement en douze périodes l’histoire de Paris. A chaque période nous adapterons la description de l’arrondissement dont les monuments auront le plus de rapport avec elle. C’est assez dire qu’il ne nous pas permis de suivre l’ordre des arrondissements par premier, second, troisième, etc. Ainsi nous commencerons par le neuvième, parce que le neuvième renferme le quartier de la Cité c’est à dire la Lutèce des Gaulois et le vieux Paris des rois francs…Nous décrivons d’abord les monuments existants dans chaque arrondissement, quartier par quartier ; nous les offrons au lecteur tels qu’ils furent dans leur origine, tels qu’ils sont aujourd’hui ; nous lui faisons connaître les révolutions qu’ils ont subies. Les anciens monuments détruits, ceux qui sont en construction ou ne sont pas encore terminés, fournissent la matière de deux sections particulières ; les antiquités romaines ou celtiques, s’il en existe, sont le sujet d’une dernière section. Une courte notice topographique, placée en tête de chaque arrondissement, indique les rapports qui se trouvent entre la division actuelle et la division antérieure. La nomenclature des principales rues terminera la description de chaque quartier ».

Autant le dire rien de « révolutionnaire » dans le traitement de l’Histoire de Paris. Malgré son originalité, le choix de faire coïncider l’Histoire et la topographie ne permet pas tous les ajustements nécessaires. Comme vous pouvez en juger avec le détail de la table des matières

IXe arrondissement. Paris sous les Romains et sous les rois francs de la première race. (Quartier de la Cité, Quartier de l’Ile S.-Louis, Quartier de l’Hôtel-de-Ville, Quartier de l’Arsenal).

XIe arrondissement. Paris sous les rois de la seconde race. (Quartier du Palais de Justice, Quartier de l’Ecole-de-Médecine, Quartier de la Sorbonne, Quartier du Luxembourg, Quartier du Palais, Quartier de l’Ecole-de-Médecine)

VIIe arrondissement. Troisième période de l’histoire de France, de Hugues-Capet à Philippe-Auguste (Quartier des Arcis, Quartier Sainte Avoie, Quartier du marché Saint-Jean, Quartier du Mont-de-Piété)

VIe arrondissement. Quatrième période de l’histoire de France, de Philippe Auguste à Philippe de Valois (Quartier de la Porte-Saint-Denis, Quartier Saint-Martin, Quartier des Lombards, Quartier du Temple)

XIIe arrondissement. Cinquième période de l’histoire de France, de Philippe de Valois à Louis XII (Quartier Saint-Jacques, Quartier de l’Observatoire, Quartier Saint Marcel, Quartier du Jardin du roi)

IVe arrondissement. Sixième période de l’histoire de France ; de Louis XII à l’avènement de Henri IV (Quartier du Louvre, Quartier Saint-Honoré, Quartier de la Banque de France, Quartier des Marchés)

IIIe arrondissement. Septième période de l’histoire de France ; branche aînée de Bourbons (Quartier Saint Eustache, Quartier du Mail, Quartier Montmartre, Quartier du Faubourg Poissonnière)

Xe arrondissement. Huitième période de l’histoire de France ; suite de la branche aînée (Quartier des Invalides, Quartier de Saint-Thomas-d’Aquin, Quartier du faubourg Saint-Germain, Quartier de la Monnaie)

Ve arrondissement. Neuvième période de l’histoire de France, la Régence, Louis XV (Quartier Montorgueil, Quartier de Bonne-Nouvelle, Quartier du faubourg Saint-Denis)

VIIIe arrondissement. Dixième période de l’histoire de France, Louis XVI ; la convention, le consulat (Quartier du Marais, Quartier de Popincourt, Quartier du Faubourg Saint-Antoine, Quartier des Quinze(Vingts)

Ier arrondissement. Onzième période de l’histoire de France ; empire, restauration, cent jours, seconde restauration (Quartier des Tuileries, Quartier des Champs-Elysées, Quartier du Roule, Quartier de la place Vendôme)

IIe arrondissement. Douzième période de l’histoire de France, Louis-Philippe (Quartier du Palais-Royal, Quartier Feydeau, Quartier de la Chaussée-d’Antin, Quartier du Faubourg Montmartre).

Indépendamment des choix particuliers de l’auteur, il reste que cet ouvrage fourmille de renseignements précieux sur l’Histoire de Paris. En 1837, la ville n’avait pas encore connu les bouleversements de la période haussmannienne. Lentement son accroissement avait été assuré au cours des siècles sans rupture fondamentale si ce n’est les destructions de monuments notamment pendant la période révolutionnaire.

Notre ouvrage comprend un important volume de planches. Ce qui est singulier après les critiques de l’auteur sur les travaux de Saint-Victor, c’est qu’il utilise dans son propre ouvrage une partie des planches du Tableau historique et pittoresque. Il est vrai que la première édition date de 1808 et que les lecteurs de 1837 n’avaient sans doute pas fait le rapprochement. Il est plus vraisemblable que le coût élevé de ces aquatintes incitait les éditeurs à amortir ces dépenses sur plusieurs publications.

_________________________________________

MARLES (J.LACROIX de). Paris ancien et moderne ou Histoire de France divisée en douze périodes appliquées aux douze arrondissements de Paris, et justifiée par les monuments de cette ville célèbre. Contenant, outre des notions préliminaires sur l’ancienne Gaule, la conquête de Jules César, La domination romaine et celle des premiers rois de France ; 1° L’Histoire de tous nos rois depuis Clovis jusqu’à Louis-Philippe ; 2° L’Histoire particulière de Paris avec ses accroissements successifs, depuis sa première enceinte connue sous Louis VI, dit le gros, jusqu’à la dernière, élevée par Louis XVI ; 3° Son ancienne division en vingt quartiers, les plans de chacun de ces quartiers, et sa division nouvelle en quarante-huit quartiers ou douze arrondissements ; 4° Les vues pittoresques, intérieures, extérieures, et souvent sous plusieurs aspects, de tous ses anciens monuments actuellement existants, de ceux dont la tradition nous a conservé le souvenir, et de tous ceux dont il s’est enrichi depuis 1789 jusqu’en 1837, représentées par 300 gravures ; 5° Des tableaux de moeurs et d’usages à chaque période ; 6° L’Histoire de tous les établissements, Institutions, Corps savants, Religieux, Administratifs ou autres actuellement existants ou qui ont existé, etc. D’après Dubreul, Sauval, Félibien, Piganiol, Delamare, Jailot, etc., et les Historiens modernes de Paris les plus estimés. Paris, Parent-Desbarres, 1837-1838. 3 volumes de texte in-4 (26,5 cm x 21,5 cm), 500-531-552, 1 volume de planches (30,5 cm x 23 cm).

285 planches dont 12 plans dépliants des arrondissements.  La numérotation des planches est parfois fantaisiste. La numérotation s’achève sur le numéro 271. Mais nous avons 15 planches portant des numéros bis ou ter. Il nous manque la planche 38 mais certaines planches comportent deux gravures dont certaines ne sont pas numérotés. Si nous comptabilisons toutes les gravures, leur nombre s’élève à 372.

Ces planches ont déjà servi en partie pour l’édition du Tableau historique et pittoresque   de J.Bins de Saint-Victor. En revanche, les 12 plans dépliants des arrondissements ont probablement été tirés pour cette édition.

Une marque d’appartenance.

½ reliure d’époque.  Dos lisses ornés. Titres dorés. Une charnière fendue (sur 5 cm) sur le volume de planches. Quelques légers frottements. Reliure uniforme.

Pour acheter c’est ici .

Pour consulter nos bibliographies c’est .

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*