Abbé BALOCHE. Saint-Merry. Histoire de la paroisse et de la collégiale. 700-1910.

L’église Saint-Merry est une église parisienne située au croisement de la rue Saint-Martin et de la rue de la Verrerie à proximité du centre Georges Pompidou. Le nom de Saint-Merry vient de l’abbé Méderic mort en l’an 700 et dont les restes reposent dans la crypte de l’église. Au début du XIe siècle, Renaud, évêque de Paris, fait donation de l’église qui existait alors, au chapitre de Notre-Dame. Il exempte en même temps l’église Saint-Merry de la juridiction épicopale et archidiaconale. Au cours du même siècle, sept prêtres desservent la cure; chacun d’eux reste en fonctions pendant un jour de la semaine. En 1219, un chanoine plébain est choisi par […]

Nicole’s guide to Paris. Illustrations de Pierre BERGER.

  Nous avons déjà eu l’occasion de publier une page de blog sur des guides touristiques parisiens mais ces derniers étaient à l’usage des voyageurs du début du 20e siècle. Aujourd’hui nous vous présentons un amusant guide rédigé en anglais paru en 1951, reflet d’une époque joyeuse et insouciante. Les trois premiers paragraphes de l’introduction exposent le propos de ce manuel à l’usage des touristes américains. « Whatever your taste and your financial means, if you are visiting Paris, this book will serve as a complete and succinct guide ot the French capital and as a living souvenir which will always remind you of a pleasant trip abroad. The numerous illustrations […]

Robert DARNTON. Editer et pirater. Le commerce des livres en France et en Europe au seuil de la Révolution.

  Le hasard d’un passage par la rue Rambuteau (75004) devant la vitrine de la célèbre librairie de Colette Kerber (au 23) m’a fait découvrir un ouvrage pour libraire : « Editer et pirater. Le commerce des livres en France et en Europe au seuil de la Révolution » de Robert Darnton. La lecture de la 4eme de couverture éveille l’intérêt : « Comment expliquer le pouvoir du livre à l’époque des Lumières si on ignore le fonctionnement de l’industrie de l’édition ? Il importe de savoir que la moitié au moins des livres vendus en France entre 1750 et 1789 étaient piratés. Du fait des politiques centralisées de l’Etat, soucieux de surveillance, la Communauté des […]