MAUROIS (André). Illustrations Maurice UTRILLO. Paris Capitale.

  Avec Paris Capitale nous avons une association très réussie d’un auteur André Maurois, d’un peintre Utrillo et d’un relieur Alix, donnant une très belle réalisation bibliophilique. L’ouvrage de commande, préparé par la galerie Pétridès (le marchand d’Utrillo), fut réalisé avec soin. Le texte fut composé à la main en caractères vendôme des fonderies olive, corps vingt romain et italique. Les culs de lampe dessinés par Lucie Valore, la femme d’Utrillo, furent gravés sur bois par Blaise Monod et rayés après tirage. Les lithographies ont été exécutées dans les ateliers Mourlot. L’ouvrage paraît l’année de la disparition d’Utrillo comme une ultime contribution de son vivant, à l’univers bibliophilique. André Maurois […]

GOUDEAU (Emile). Illustrations d’Henri RIVIERE. Voyages de découvertes du célèbre A’Kempis à travers les Etats-Unis de Paris.

  Ce livre offre bien des intérêts bibliophiliques. Sur papier du japon, il rassemble un auteur de talent Emile Goudeau, un illustrateur réputé Henri Rivière, un célèbre affichiste, Jules Chéret et un fin relieur Carayon. Ainsi le fondateur des Hydropathes publie chez Jules Lévy lui même Hydropahte, un texte délirant. Son héros A’Kempis qui n’est jamais sorti de Montmartre dont le territoire vient d’être rattaché à Paris, se décide en explorateur, d’effectuer un difficile périple dans la capitale.  » Au moment où une ombre épaisse enveloppait haineusement le moulin de la Galette, ce cousin des étoiles, moi, A’Kempis, le redoutable voyageur, ayant revêtu mon resplendissant costume de guerre, et caché […]

WARNOD (André). Les bals de Paris.

  Même si l’année semble s’annoncer morose, nous la commencerons avec des bals, histoire d’oublier dans un tourbillon de danses, les péripéties actuelles. Avec les bals de Paris, André Warnod, comme André Delvau dans ses cythères parisiennes cinquante ans plus tôt, nous entraine dans différents quartiers de la capitale et nous confronte à la diversité sociale parisienne.  » Les voyous débraillés de Charonne et de Ménilmontant ne se tiennent pas au bal de la même façon que les malandrins froids et sournois du Sébasto et des Gravilliers. On ne danse pas de la même manière au dancing et à Bullier. Le public du Moulin de la Galette n’est pas celui de […]