CLEMENT-JANIN. Illustrations de Charles HEYMAN. Coups d’oeil sur Paris.

  Hilaire Noël Sébastien Clément dit Clément-Janin (1862-1947), écrivain et critique d’art. A partir de 1896, il travaille avec Edouard Pelletan dans sa nouvelle maison d’édition. Il se passionne pour la gravure et le livre illustré. Il est co-directeur de la revue l’Estampe et l’Affiche (1897-1899). Il est un des proches collaborateurs de Jacques Doucet. Il rédige d’importantes monographies sur des dessinateurs et graveurs du temps (Paul-Emile Colin, Eugène Bejot, Daniel Vierge…). Il est aussi l’auteur de l’essai sur la bibliographie contemporaine de 1900 à 1938 (Kieffer, 1931-1932). Charles Heyman (1881-1915). petit-fils du peintre Jean-François Millet, élève d’Alphonse Legros, Charles Meryon et Fernand Cormon aux Beaux-Arts de Paris, il se […]

DELORME (Hugues). Illustrations de HEIDBRINCK. Quais et trottoirs.

La Société les Cent Bibliophiles fut créée en 1895 en partie avec les sociétaires des Bibliophiles contemporains. Eugène Rodrigues, avocat allait en assurer la présidence pendant plus de 30 ans. La présidence fut par la suite tenue par Eugène Vever à partir de 1929. C’est Eugène Rodrigues ami et bibliographe de Félicien Rops et de Louis Legrand qui donne à l’illustration du livre une architecture et une impulsion nouvelles. Chaque sociétaire, doit acquitter un droit d’entrée et une cotisation annuelle. La société publie en moyenne un livre par an. Chaque ouvrage est illustré par un artiste soigneusement choisi et qui doit produire une oeuvre originale. Le tirage de chaque ouvrage […]

MORIN (Louis). Illustrations de Auguste LEPERE. Les dimanches parisiens.

Deux auteurs pour ces Paysages parisiens. Louis Morin (1855-1938) caricaturiste, illustrateur, peintre et Auguste Lepère que nous avons déjà évoqué dans le blog consacré à l’ouvrage de Joris-Karl Huysmans, La Bièvre, les Gobelins, Saint Séverin et dans le blog consacré à l’ouvrage de Jean Richepin, Paysages et coins de rue . Deux artistes qui connaissaient Paris sur le bout de leur plume et de leur crayon. Louis Morin avait déjà saisi des scènes parisiennes dans les Cousettes (L.Conquet, 1895), Carnavals parisiens (Montgrédien, 1890), La Revue des quatre saisons (Librairie Ollendorff, 1900-1901), Montmartre s’en va (Imprimé pour Jean Borderel, 1908). Auguste Lepère gravait sans relâche tous les coins de la Capitale, des plus […]