HUARD (Georges). Anatole France et le quai Malaquais.

 

Le délicieux temps incite à la flânerie le long des quais, à la rencontre d’un écrivain un peu oublié de nos jours, Anatole France, qui depuis son enfance avait arpenté ces lieux.

 » Il ne me paraît pas possible qu’on puisse avoir l’esprit tout à fait commun, si l’on fut élevé sur les quais de Paris, en face du Louvre et des Tuileries, près du palais Mazarin, devant la glorieuse rivière Seine » in Le Livre de mon ami, Calmann-Lévy, 1896.

L’Hôtel habité par Pellapra et les deux maisons où demeura Anatole France de 1844 à 1853 sur le quai Malaquais.

L’écrivain était né en 1844, 19, quai Malaquais, dans une maison où avait vécu George Sand. Il passait les neuf premières années de sa vie dans la maison voisine (n°15), il restait ensuite jusqu’à 22 ans, au 9, quai Voltaire. Son père le libraire François Noël Thibault dit Noël France, y tenant boutique de livres, de documents et de manuscrits sur la Révolution française.

Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer Anatole France pour un court récit Le jongleur de Notre-Dame, aujourd’hui c’est par le truchement de Georges Huard, Bibliothécaire à la Bibliothèque Nationale, que nous découvrons la jeunesse de l’écrivain sur les bords de la Seine. Il raconte son histoire familiale, son père libraire, les écrivains et les collectionneurs qui fréquentent la librairie, sa mère et son entourage proche, Jacques Charavay son parrain, autre célèbre libraire. Il raconte aussi l’histoire du 15 quai Malaquais occupé un temps par la librairie paternelle. Puis viendra l’installation au 9 quai Voltaire et la scolarité effectué dans le quartier où son talent littéraire fut remarqué. Sa voie était donc tracée à la grande inquiétude de son père qui écrivait en août 1868 :  » N’ayant pas suivi mes conseils, il n’a point de situation, il écrit…je devrais dire : il barbouille du papier. Ce que je redoutais le plus depuis son enfance, par une fatalité, est arrivé. Il a toujours été absorbé par cette idée qui lui a fait perdre sa carrière. Je suis à bout de lutter avec lui, je le laisse dans la crainte de l’éloigner du foyer paternel. Aura-t-il du talent assez pour vivre ? Hélas!…Hélas!… ». Anatole voulait écrire, il avait refusé de succéder à son père dans le commerce. Il devint l’un des écrivains les plus célèbres de son temps et s’inspira de sa jeunesse passée au bord de la Seine dans de nombreux récits.

_________________________

HUARD (Georges). Anatole France et le quai Malaquais. Paris, Extrait du Bulletin de la Société historique du VIe arrondissement de Paris, t.XXV, Librairie Honoré Champion, 1924. Un volume in-8 (25,5 cm x 17 cm), 33 pp.

Une reproduction frontispice d’un dessin de Charles Jouas (L’Hôtel habité par Pellapra et les deux maisons où demeura Anatole France de 1844 à 1853 sur le quai Malaquais).

Un des 50 exemplaires sur Arche (non justifié).

1/2 maroquin à coins. Dos à cinq nerfs. Couvertures conservées. Reliure signée Canape et Correz.

Bel exemplaire.

Pour acheter c’est ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*