HUSTIN (A.). Le luxembourg. Son histoire domaniale, architecturale, décorative et anecdotique.

  Aujourd’hui siège du Sénat, le Palais du Luxembourg n’a pas toujours accueilli des Assemblées représentatives. C’est cette longue histoire que nous raconte au début du XXe siècle, le secrétaire général de la questure du Sénat qui a certainement disposé d’un accès privilégié aux archives du lieu. Le Palais du Luxembourg doit son nom à l’hôtel qui appartenait à François de Piney, duc de Luxembourg. Marie de Médicis, achète l’hôtel et le domaine dits « de Luxembourg » en 1612 et commande la construction d’un palais à l’architecte Salomon de Brosse. Elle s’y installe en 1625 alors que les travaux ne sont pas achevés et le quitte en 1631 lorsqu’elle part en […]

LARBAUD (Valéry). Paris de France. Rues et visages de Paris. Eau-forte de Jean DONNAY.

  Valéry Larbaud (1881-1957), écrivain, poète, romancier, essayiste, traducteur. Il obtient sa licence ès-lettre en 1908. Héritier d’une famille fortunée (son père était propriétaire de la source Vichy Saint-Yorre), il parcourt l’Europe à partir de 1898. Il mène la vie aisée des rentiers de son époque. Ses premières oeuvres, Poèmes par un riche amateur, Oeuvres françaises de M.Barnabooth sont d’ailleurs empreintes de ces voyages. Il publie son premier roman , Fermina Marquez qui obtient quelques voix au Goncourt en 1911. Polyglotte, il fait connaître les grandes oeuvres étrangères dont il assure la traduction notamment Ulysse de James Joyce dont il il supervise la correction de la traduction. Il est proche […]

MONTHERLANT (Henri de). Photos de JOUBLIN. Le fichier parisien.

  Henry de Montherlant (1895-1972). Il termine ses études secondaires à Sainte Croix de Neuilly et son renvoi en 1912, lui fournira le thème de deux de ses oeuvres : La Ville dont le prince est un enfant (1951) et les Garçons (1969). Il écrit sa première pièce, l’Exil en 1914. Blessé et décoré pendant la première guerre mondiale, il tirera de cette période, Songe, roman autobiographique et Chant funèbre pour les morts de Verdun où il exaltera l’héroïsme de la Grande Guerre. Après la guerre, ses livres (Les Olympiques, 1924, Les Bestiaires, 1926, Aux fontaines du désir, 1927, La Petite infante de Castille, 1929, Les Célibataires, 1934…) magnifient les valeurs […]