Rendez-vous au Grand-Palais du 18 au 20 septembre pour le Salon du livre rare .

 

Avec la pandémie, l’agenda de Paris-Libris a été profondément bouleversé. Initialement le salon du livre rare devait se tenir au Grand Palais en avril dernier. A cette date, évidemment la situation a rendu impossible une telle manifestation. La rentrée s’annonçait plus favorable avec l’espérance de l’atténuation du virus. La biennale des antiquaires qui ne sera pas organisée cette année, laissait la place au salon du livre rare  qui se déroulera du 18 au 20 septembre.

Comme chaque année et en prévision de ce salon, Paris-Libris réservait quelques pages de son blog à la présentation d’ouvrages exposés au Grand-Palais. Cela a été le cas en début d’année et puis nous avons interrompu ces parutions puisque le salon du livre rare était suspendu. La période estivale se profile et comme d’habitude nous prendrons nos quartiers d’été en interrompant nos parutions jusqu’à la rentrée. Bien entendu, le site Paris-Libris reste accessible tout l’été et les commandes seront régulièrement expédiées.

La pandémie a donc bouleversé notre agenda de libraire mais les pages que nous n’avons pas eu l’occasion de mettre en ligne le seront dès la fin du mois d’août. En effet trois beaux ouvrages feront l’objet de présentation détaillée.

Georges Cain nous conduira au long du fleuve parisien avec, La Seine du Point du jour à Bercy, dans  une magnifique édition avec les eaux-fortes dans le texte et une double suite des planches (1er et 2e état).

Notre ouvrage dans une somptueuse reliure signée Mercier, contient aussi trois dessins de Jouas (Le quai aux fleurs, Le Pont-Marie et le quai aux fleurs vu du Pont Louis-Philippe), la plaquette d’Henri Béraldi : Un illustrateur de Paris, Charles Jouas et le menu chez Larue (7 juin 1927) du dîner de la Société des Amis des Livres avec son eau-forte en quatre états.

Avec Henry Cheffer, nous découvrirons les dessins de l’ouvrage de Franc-Nohain, aux quatre coins de Paris (1926), rassemblés dans une sobre reliure en maroquin.

Il n’est pas courant de disposer d’un ensemble complet permettant d’apprécier dans son ensemble, le travail d’un artiste pour la réalisation d’un livre.

Aux scènes parisiennes habituelles des lieux emblématiques de la capitale, s’ajoutent des croquis de lettrines, de culs de lampe et de vignettes diverses, signés ou monogrammés par l’artiste.

Roland Dorgelès nous conduit à Montmartre avec le Château des brouillards. Notre ouvrage, sur Hollande, a appartenu à un bibliophile qui a laissé son ex-libris dans l’exemplaire mais a aussi confié le livre à Maurice Sevin afin qu’il l’illustre d’aquarelles. Les pages de ce roman, sans illustration à l’origine, se sont ainsi couvertes de scènes de genre évoquant les personnages de la Butte.

Outre ses illustrations, l’originalité de cet ouvrage réside dans sa reliure. Réalisée sobrement par Anita Conti, elle est un intéressant témoignage de la période art déco  au cours de laquelle elle exerça pendant quelques années ses talents de relieuse avant de choisir la photographie et l’océanographie.

Ces trois ouvrages seront présentés plus en détail dans les pages de blog à paraître juste avant le salon du livre rare au Grand-Palais où nous vous donnons rendez-vous du 18 au 20 septembre, stand H1. D’ici là, passez un bel été.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*