PINET (G.). Histoire de l’Ecole Polytechnique et ALBERT-LEVY, PINET (G.). L’Argot de l’X.

L’Ecole polytechnique fondée en 1794 était à l’origine située sur la Montagne Sainte Geneviève à Paris et est depuis 1976, installée à Palaiseau.

Depuis sa création, l’Ecole assure la formation d’ingénieurs recrutés chaque année par un concours d’admission parmi les plus difficiles des Grandes Ecoles françaises. Les Universitaires peuvent aussi intégrer cette Ecole par le biais d’admissions parallèles.

pinet 10pinet 15Créée le 7 vendémaire an III (28 septembre 1794) sous le nom de « Ecole centrale des travaux publics », elle est renommée « Ecole polytechnique » un an plus tard. En 1804, Napoléon Ier donne à Polytechnique un statut militaire et installe l’Ecole sur la montagne Saint-Geneviève à Paris.

Les missions de service public de l’Ecole insufflent aux élèves un idéal républicain qu’ils manifestent régulièrement en participant aux grands mouvements des différentes époques. En 1814, ils défendent la barrière du Trône contre l’avancée des troupes pinet 11étrangères. Pendant les Trois Glorieuses, ils se mettent du côté des mouvements populaires ce qui leur permet d’acquérir une réelle popularité dans la population parisienne jusqu’à remplir un rôle médiateur entre le peuple et les insurgés lors de la Révolution de 1848.

pinet 14Sous le second Empire, l’Ecole étend son influence sur la gestion des entreprises industrielles contribuant au développement économique français du XIXe siècle. Cette importance nouvelle provoque un changement sociologique, les élèves ne se rangent plus au côté du peuple lors du soulèvement de mars 1871.

Au cours de la guerre 1914-1918, neuf cents polytechniciens sont tués au combat.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, l’Ecole reste ouverte.

La période de l’Après-Guerre voit l’Ecole Polytechnique engager de profondes réformes. L’installation de laboratoires de recherche, l’augmentation du nombre d’élèves par promotion, l’évolution de l’enseignement vers une plus grande ouverture à l’économie contemporaine, provoquent les changements nécessaires pour adapter l’Ecole à son temps. En 1970, l’Ecole reçoit un statut civil en restant néanmoins rattachée au ministère de la Défense. L’admission des femmes intervient en 1972. La mission de l’Ecole Polytechnique est désormais de « donner à ses élèves une culture scientifique et générale les rendant aptes à occuper, après formation spécialisée, des emplois de haute qualification ou de responsabilité à caractère scientifique, technique ou économique, dans les corps civils et militaires de l’Etat et dans les services publics et, de façon plus générale, dans l’ensemble des activités de la nation « 

L’ouvrage de G.Pinet lui même ancien ancien élève de Polytechnique, couvre l’histoire de l’Ecole depuis sa création jusqu’au début de la IIIe République.

Abondamment illustré de gravures représentant les principales épisodes de l’Ecole, son fonctionnement et ses élèves, ce livre présente selon le rédacteur de la préface le  » récit sobre, néanmoins souvent pittoresque, d’événements à travers lesquels on reconnaît les sentiments élevés et les préoccupations patriotiques qui ont distingué de tout temps le groupe de la jeunesse française…. »

pinet 18pinet 17Comme toute Institution, l’Ecole Polytechnique a ses codes et ses rites et même sa langue. A l’occasion de son centenaire, Albert-Levy et G.Pinet publient un ouvrage moins conventionnel pour les nouvelles générations d’élèves.  » Il nous paru alors que nos camarades pourraient prendre plaisir à retrouver les jeux, les fêtes, les cérémonies, les airs, les chansons, les poésies, tout ce qui avait distrait le temps des études laborieuses, dans un vocabulaire de l’Argot original, à l’aide duquel se sont transmis les souvenirs et perpétuées les traditions ».

Rédigé sous forme de dictionnaire abondamment illustré de dessins et de photos, ce livre nous fait découvrir l’expression particulière des polytechniciens.

Ces mots et ces habitudes sont comme un signe de ralliement, une façon de langage maçonnique qui marque l’appartenance de ceux qui les pratiquent, à la prestigieuse Ecole.

pinet 5

____________________

pinet 1pinet 6PINET (G.). Histoire de l’Ecole Polytechnique. Paris, Baudry & cie Editeurs, 1887. Un volume in-4 (28,5 cm x 19,5 cm), XX-590 pp.

16 compositions de H.Dupray gravées par H.Thiriat.

Belle reliure décorée d’éditeur. Quelques rousseurs en début d’ouvrage. Quelques légers frottements. Sur la page de titre, une étiquette décolée a laissé quelques traces mais sans manque. Tête dorée.

Pour acheter c’est ici.

Pour consulter nos bibliographies c’est là.

__________

pinet 2pinet 8ALBERT-LEVY et PINET (G.). L’Argot de l’X. Illustré par les X. (La Vie à l’école polytechnique). Préface d’Armand Silvestre. Paris, Picard et Kaan. Un volume in-8 (22,5 cm x 16 cm), XIII-326 pp.

Eau-forte originale de Bracquemont. Nombreuses vignettes et photos in texte.

Percaline rouge de l’éditeur. Plats biseautés. L’emblème de l’X doré sur le premier plat. Titre doré. Tête dorée.

Bon exemplaire de cet amusant ouvrage sur le langage des polytechniciens.

Pour acheter c’est ici.

Pour consulter nos bibliographies c’est .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*