PERRENS (F.T.) Etienne Marcel, prévôt de Paris. LE FEBVRE (Yves). Etienne Marcel.

 

Aujourd’hui nous plongeons dans la longue histoire de l’édilité parisienne pour évoquer un personnage resté célèbre malgré les siècles passés, Etienne Marcel.

Etienne Marcel (1302-1310-1358) est prévôt des marchands de Paris sous le règne de Jean le Bon (1319-1364). Issu du grand patriarcat urbain proche du pouvoir, il s’illustre par la défense des petits artisans et compagnons qui constituent la grande masse des citadins des villes du Moyen Age. Son action s’inscrit dans le mouvement de réforme provoqué par la crise du système féodal qui voit l’émergence de la bourgeoisie.

A la fin du XIIIe siècle, le développement des villes nécessite la création d’un Etat structuré. Les rois capétiens qui ne disposent pas de l’administration nécessaire font de plus en plus intervenir les bourgeois dans les domaines politique, fiscal et judiciaire.

Les villes deviennent progressivement la principale force politique. Paris est la première agglomération d’Occident. Au début du 14e siècle, la population parisienne est estimée à 200000 habitants. La capitale regroupe une grande partie de la noblesse et de l’administration. De nombreux artisans s’installent dans la ville qui est aussi un centre universitaire de premier plan. Paris devient un important centre de consommation où convergent et s’échangent de grandes quantité de marchandises.

La famille de drapiers d’Etienne Marcel est l’une des plus puissantes de la bourgeoisie parisienne. Etienne Marcel débute donc dans les affaires familiales. En 1354, il devient prévôt des marchands de Paris. La compétence du prévôt est d’abord limitée aux affaires commerciales mais au cours du temps la charge acquiert un rôle politique en raison de ses liens privilégié avec la bourgeoisie parisienne qu’il protège contre les abus de la royauté. Le prévôt peut même avoir un rôle militaire.

La guerre contre l’Angleterre menace la prospérité de Paris  mais la monarchie peine à lever l’impôt pour poursuivre le combat et manipule la monnaie pour trouver des ressources. La levée d’impôts supplémentaires est décidée lors de la réunion des Etats généraux en 1356. Ce qui permet d’engager de nouveaux combats contre les anglais qui s’achève par la capture du roi Jean le Bon à la bataille de Poitiers le 19 septembre 1356. Après le désastre de Poitiers, le dauphin Charles dut réunir les Etats. Profitant de la faiblesse de la monarchie, il est exigé le renvoi des conseillers royaux et la liberté du roi de Navarre interné par Jean II. A la session suivante, il est imposé l’acceptation d’une Grande Ordonnance (mars 1357). En novembre, le roi de Navarre évadé de prison fait une entrée triomphale dans Paris. Etienne Marcel imagine alors d’unir les communes française en une libre fédération et organise la bourgeoisie parisienne dont le signe de ralliement était le chaperon rouge et bleu (origine des couleurs de Paris). Sous les yeux du dauphin, il laisse massacrer  deux de ses conseillers royaux et le coiffe du fameux chaperon. Le dauphin Charles s’enfuit peu après de la capitale.

Etienne Marcel est alors le maître de Paris. Il se rapproche de Charles de Navarre ainsi que des anglais installé à l’ouest du pays. Eclate alors en Ile de France une révolte de paysans durement réprimée par Charles de Navarre. Etienne Marcel lui offre le titre de capitaine de Paris et se prépare à ouvrir les portes de la ville aux troupes anglo-navarraise. Cette situation provoque la réaction de la bourgeoisie parisienne modérée. Etienne Marcel accusé de trahison, est tué au cours d’une émeute (31 juillet 1358) et le dauphin Charles put rentrer à Paris.

La mémoire d’Etienne Marcel a été réactivée sous la Révolution. Le 17 juillet 1789, Louis XVI est reçu à l’Hôtel de Ville par le nouveau maire Jean-Sylvain Bailly qui lui fait porter la cocarde bleu et rouge aux couleurs de Paris. La Fayette y ajoutant toutefois le blanc.

Le prévôt de Paris du XIVe siècle devient un mythe républicain sous la IIIe République qui en fait un champion de la liberté et de la nation. C’est d’ailleurs en 1888 qu’est érigée dans les jardins de l’Hôtel de Ville, la statue d’Etienne Marcel sculptée par Idrac. Tout un imaginaire se construit autour de ce défenseur des petits contre les puissants, la réalité historique est probablement bien différente !

Deux ouvrages présentant l’ascension puis la chute d’Etienne Marcel vous sont présentés ci-après. Le plus complet d’entre eux appartient à la célèbre série de l’Histoire générale de Paris. Cette série initiée par le baron Haussman, se poursuivra de longues années indépendamment des régimes. Elle traite de nombreux sujets sur l’histoire de la Capitale. Nous en avons quelques exemplaires actuellement disponibles sur le site : Histoire générale de Paris. Introduction, Les inscriptions antiques de Paris, Paris à l’époque gallo-romaine, Plan de restitution. Paris en 1380, Topographie historique du vieux Paris. Région du bourg Saint-Germain.

Etienne Marcel prend la prévôté de Paris à un moment où la bourgeoisie arrive au bord du pouvoir. Il a eu des prédécesseurs qui progressivement ont organisé l’édilité parisienne en une administration paisible et subordonnée gouvernant le vieux et traditionnel régime de la Marchandise de l’eau. L’ouvrage rédigé par L.M.Tisserand sert d’introduction à l’ouvrage de F.T.Perrens sur Etienne Marcel.

_______________

PERRENS (F.T.). Etienne Marcel prévôt des marchands (1354-1359). De la collection Histoire générale de Paris. Paris, Imprimerie Nationale, 1874. Un volume in-folio (35 cm x 25 cm), XLIII-395 pp.

Broché sous couverture cartonnée. Exemplaire non coupé.

Bon exemplaire.

Pour acheter c’est ici .

Pour consulter nos bibliographies c’est .

_________________

LE FEBVRE (Yves). Etienne Marcel ou le Paris des marchands au XIVe siècle. Paris, La Pensée française, 1926. Un volume in-4 (26,5 cm x 22 cm), 208 pp.

Illustration de Pierre Robiquet. 5 hors textes, 13 têtes de chapitres.

Un des 189 exemplaires numérotés sur vélin d’Arches, pliage à faux format.

Broché sous couverture rempliée. Couverture un peu poussiéreuse.

Pour acheter c’est ici .

Pour consulter nos bibliographies c’est .

____________

TISSERAND (L.M.). Histoire générale de Paris. Les Prévôts des Marchands antérieurs à Etienne Marcel. Etude sommaire pour servir d’introduction à l’ouvrage de M.F.T.Perrens. Paris, Imprimerie Nationale, 1874. Un volume grand in-4 (34,5 cm x 24,5 cm), XXXV pp.

Broché. Couverture souple verte.

Bon exemplaire

Pour acheter c’est ici .

Pour consulter nos bibliographies c’est .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*