PACHTERE (Félix-Georges de). Paris à l’époque gallo-romaine. HOUSSAYE (Henry). Le premier siège de Paris.

 

La collection Histoire générale de Paris initiée par le baron Haussman est précieuse pour connaître le passé parisien de la capitale. De multiples érudits se sont succédés au cour du temps pour restituer la longue histoire de la ville. Nous présentons aujourd’hui un des ouvrages de cette série évoquant la lointaine époque gallo-romaine dont peu de trace reste encore visible de nos jours.

Au moment de la conquête romaine, Lutèce était une petite bourgade, enfermée dans un îlot de la Seine, rejointe par deux ponts de bois aux rives du fleuve. Cité d’abord difficile, dans un pays impénétrable, coupé de monts, de bois, de marais, Lutèce, malgré sa position sur la Seine, était un peu à l’écart des grandes voies commerciales.

Le besoin de surveiller à la fois la Belgique et le pays d’entre Seine et Loire, appellent pour la première fois sur elle l’attention de César et provoquent contre les Parisiens l’expédition de Labiénus.

Sous le haut empire, les chemins de la région s’aménagent, et Lutèce devient un carrefour de routes locales ; le commerce de Seine se développe, et Lutèce, avec les nautes parisiens, devient une escale importante sur cette voie fluviale.

Grande salle  des Thermes.

Prospère, elle est bientôt à l’étroit dans son île, elle déborde sur la rive gauche, gravit les pentes de la montagne Sainte Geneviève et couronne enfin de ses édifices le sommet de la colline. Avec ses larges rues droites, ses maisons opulentes, ses constructions officielles, son théâtre, ses arènes, peut-être son temple, l’édifice de la rue Soufflot et ses bains publics, le palais des Thermes, son aqueduc et son cimetière situé au sortir de la ville, au bord de la route d’Orléans, Lutèce réalise au IIe siècle un type complet de cité gallo-romaine ; cependant les Parisiens semblent ne pas avoir perdu le souvenir de leur passé de Gaulois.

Mais, dès la fin du IIe siècle, les incursions barbares inquiètent Lutèce ; à la fin du IIIe siècle, les invasions la détruisent par l’incendie. En 280, la belle cité gallo-romaine de la rive gauche n’existait plus. En même temps, le christianisme faisait chez nous son apparition. Il dut vivre d’abord furtivement à l’écart, au bourg Saint-Marcel, puis il y construisit la première église parisienne et y installa son cimetière au voisinage de  l’édifice. Après les ravages de l’invasion, la ville rentre dans l’île pour s’abriter derrière un rempart. Dans les limites étroites de l’enceinte, enserrée entre le palais à l’Ouest et plus tard la première cathédrale à l’Est, la ville du bas empire, avec ses rues étroites et sa population pressée, est déjà celle du moyen âge. L’île devient la «  Cité » comme Lutèce devient Paris.

Plan de Paris à l’époque gallo-romaine.

Mais si Paris est petit par ses dimensions, la ville menacée par les invasions franques du Nord-Est se transforme en une cité militaire, visitée des empereurs, dont l’importance croît avec les progrès mêmes des Francs. Enfin Clovis en devient maître, puis en 508, après la conquête de l’Aquitaine, il s’y installe à demeure. Paris devient alors une capitale mérovingienne pour les mêmes raisons militaires qui, en 52 avant J.-C., y avaient déjà attiré César.

Ainsi la ville gauloise s’épanouit à la haute époque romaine, hors de l’île, sur la montagne Sainte Geneviève, puis elle y rentre sous le coup des invasions franques dont les menaces continuelles, les progrès, le triomphe font d’elle une place militaire, puis une capitale.

Alors si Labienus n’avait pas défait les gaulois en 52 avant J.-C. à proximité de Lutèce, l’histoire de Paris aurait sans doute était différente.

Henri Houssaye dans son ouvrage reprend largement des extraits de la Guerre des Gaules de César pour narrer ce qu’il qualifie de premier siège de Paris.

Henry Houssaye (1848-1911) fils de l’écrivain Arsène Houssaye commence par s’intéresser à la Grèce antique qui sera le sujet de plusieurs de ses ouvrages. Il participe à la guerre franco-prussienne comme officier d’ordonnance. Après cette période, il se consacre à ses travaux historiques et particulièrement à l’histoire militaire de Napoléon Ier. Journaliste, il collabore à de nombreux périodiques auxquels il donne des articles d’archéologie, d’histoire et de littérature. Il est élu à l’Académie française en 1894.

_________________________________

PACHTERE (F.-G. de). Paris à l’époque Gallo-Romaine. Etude faite à l’aide des papiers et des plans de Th.Vacquer. Paris, Imprimerie Nationale, 1912. Un volume in-folio (33,5 cm x 25 cm), XLII-192 pp.

43 figures in-texte, 16 planches photographiques, 10 plans hors-texte dont un grand plan dépliant de Paris à l’époque gallo-romaine (celui de l’illustration)

Couverture cartonnée. Dos taché. Coins usés mais solide, exemplaire au bel état intérieur.

Pour acheter c’est ici .

Pour consulter nos bibliographies c’est .

_______________

HOUSSAYE (Henry). Le premier siège de Paris. An 52 avant l’ère chrétienne. Paris, H.Vaton, 1876. Un volume in-12 (16,5 cm x 11,5 cm), 97 pp.

Une carte gravée dépliante.

Un des 350 exemplaires sur papier de Hollande.

1/2 maroquin à bande, titre doré. Couvertures conservées.

Pour acheter c’est ici .

Pour consulter nos bibliographies c’est .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*