NODIER (Charles). Paris historique. Promenade dans les rues de Paris. Première partie.

 

 

Qu’il devait être agréable d’être bibliothécaire à l’Arsenal et d’y tenir salon avec les plus grands écrivains de son temps comme le fit Charles Nodier.

Avant de rejoindre ce havre de paix au bord de la Seine, Charles Nodier (1780-1844) eut une vie un peu mouvementée, ses opinions royalistes lui valurent quelques ennuis sous l’Empire.

A dix-huit ans, il est nommé bibliothécaire adjoint de l’école centrale du Doubs et commence à publier des poèmes et de brefs essais. Auteur d’un pamphlet critique contre le premier consul, La Napoleone, il est incarcéré 36 jours à Sainte Pélagie à la fin de l’année 1803 avant de retourner à Besançon en résidence surveillée où il poursuit ses publications littéraires.

En 1808, il ouvre un cours de littérature à Dôle. En 1812, Il est nommé bibliothécaire municipal à Laibach où il sera également directeur du Télégraphe officiel avant de s’installer à Trieste en 1813. Il rentre à Paris en 1814 et devient rédacteur au Journal des Débats en 1816 où il restera jusqu’en 1823. A partir de 1821, il collabore au journal La Quotidienne jusqu’en 1830 dans lequel, il assure des chroniques littéraires.

En 1824 il est nommé bibliothécaire du comte d’Artois et s’installe à l’Arsenal. Il y tient un salon littéraire le « Cénacle » où se croisent tous les grands noms de la littérature romantique. Brièvement révoqué de ses fonctions en juillet 1830, il en fut rétabli quand la bibliothèque passa à l’Etat en août 1830. Il est élu à l’académie française en 1833. Son œuvre est variée, poète, romancier, bibliophile, grammairien, il s’est aussi occupé d’entomologie.

Aujourd’hui, nous allons nous attarder sur un de ses livres, Paris historique. Promenade dans les rues de Paris

Comme il est souvent d’usage à l’époque, l’ouvrage parait en livraison. 50 pour le premier volume, 50 pour le deuxième volume. Le troisième volume rédigé par P.Christian, déroule l’Histoire de Paris depuis les temps antiques. L’intérêt de l’ouvrage réside dans les courtes notices de deux pages illustrées d’une lithographie, rédigées par Charles Nodier sur des bâtiments parisiens dont certains d’entre eux,  disparus depuis. Il est vrai que le baron Haussmann n’avait pas encore lancé ses grands travaux parisiens.

Volume I. L’Abbaye-aux-Bois. Rue de Sèvres n°16, Maison d’Abeilard et d’Héloïse. Rue des Chantres.n°1 au coin de la rue Basse des Ursins en la Cité quai Napoléon, Hôtel du maréchal d’Ancre. Rue de Tournon, Fontaine de l’Arbre-Sec et Coix du Trahoir, Archevêché de Paris dans la Cité, Couvent des Petits-Augustins. Rue des Petits-Augustins, Maison de Beaumarchais. Place St-Antoine, Eglise des Blancs-Manteaux. Quartier St-Avoye, Hôtel du Petit-Bourbon, Maison de Pierre de Broussel. Rue Saint-Landry.n°7 en la Cité, Les Carmélites de la rue Saint-Jacques, Cloître du couvent des Carmes, Château de Chaillot, Les Chartreux. Rue d’Enfer n°49, Le petit Chatelet, Rue et place du Chevalier-du-Guet, Cimetière de Clamart. Rue des Hauts-Fossés-Saint-Maur, Porte de la Conférence, Rue des Coquilles. Rue de la Tixanderie n°21, Logement de Pierre Corneille. Rue d’Argenteuil n°18, Maison de la Couronne d’Or. Rue des Bourdonnais, Maison boulevard du Temple.n°50,

Les filles-Dieu. Rue Saint-Denis n°331, Maison de Nicolas Flamel. Rue des Ecrivains au coin de la rue de Marivaux, Rue du Fouarre, La Lanterne de Foulon. Place de l’Hôtel-de-Ville n°27, La Grange-Batelière. Rue Grange-Batelière, Place Gastine. Rue Saint-Denis et attenant à la rue Sainte-Opportune n°75, Place de Grève. La Croix, Le Pilori des Halles, L’Hôtel-Dieu en la Cité, Cimetière des Innocens, Les Jacobins de la rue Saint-Honoré, Hôtel de maître Jehan Juvénal des Ursins en la Cité de Paris, Maison d’Adrienne Lecouvreur rue des Marais. Fosse d’Adrienne Lecouvreur Quai d’Orsay, Rue de la Licorne n°4 en la Cité, Hôtel de Longueville rue Saint-Thomas-du-Louvre, Hôtel de Longueville rue Saint-Thomas-du-Louvre, l’Ile de Louviers, Le vieux Louvre sous Philippe-Auguste, Le Palais du Luxembourg, Maison de Marat. Rue de l’Ecole-de-Médecine n°18, Maison de la rue des Marmousets n°13 dans la Cité, Eglise des Mathurins rue Saint Jacques n°62 et rue des Mathurins n°2.4 et 6, Hôtel de Mayenne rue Saint-Antoine n°212, Cour des Miracles,

Maison de Molière pilier des Halles n°5, Hôtel de Montbazon rue Bétisy n°20, Montfaucon, La Morgue Quai du Marché-Neuf, Hôtel de Nantes. Place du Carrousel n°1, La Tour de Nesle, Hôtel de Nevers quai Conti, Notre-Dame, l’Isle Notre-Dame à présent Saint-Louis, Pont Notre-Dame, Allée de l’Observatoire, l’Opéra rue de Richelieu, Barrière de l’Oursine actuellement Gentilly, le Palais-de-Justice, Jardin du Palais-Royal, Tour de la rue Pavée-Saint-Sauveur. Rue du Pet-au-Diable au Martelet Saint-Jean, Hôtel de la Préfecture de police, Le Pont-Neuf, Popincourt, Le Château du Coq ou les Porcherons rue Saint-Lazare n°75, Le Pré-aux-Clercs, Le Puits d’Amour place du Puits d’Amour ou de l’Ariane, Le jardin Renard, Château de Reuilly, L’Hôtel de Richelieu rue Neuve Saint-Augustin n°30. Le Pavillon d’Hanovre, Maison de Robespierre rue St-Honoré en face l’Assomption, Maison où a demeuré J.-J.Rousseau rue Platrière n°21, Abbaye Saint-Antoine des Champs rue du Faubourg Saint-Antoine n°194, Collète Sainte-Barbe rue de Reims n°1 et 3, La Sainte-Chapelle du Palais,

Eglise de Sainte-Geneviève, Maison n°3 de la rue Saint-Honoré près la rue de la Féronnerie en face des Innocens, Le Prieuré de Saint-Julien-le-Pauvre rue S.-Julien-le-Pauvre n°15, Port Saint-Landry Quai Napoléon, Le Pont Saint Michel, Rue de a Harpe. Fontaine Saint-Michel, Eglise et Cloître Saint-Merry. Rue Saint-Martin, Cimetière Saint-Médard, Butte Saint-Roch ou des Moulins, Rue Saint Séverin au coin de la rue Zacharie n°22, Abbaye de Saint-Victor. Rue Saint-Victor au coin de la rue des Fossés-Saint-Bernard, Eglise Saint-Yves. Rue Saint-Jacques au coin de la rue des Noyers, Hôtel de Schomberg. Rue Bailleul au coin de la rue Jean-Tison, Hôtel Séguier depuis hôtel des fermes. Rue de Grenelle Saint-Honoré n°55 et rue du Bouloy n°24, Hôtel Soubise. Rue du Chaume n°12, Habitation et jardin du Grand-Prieur du Temple. Rue du Temple n°80, Palais des Thermes. Rue de la Harpe, Le Val-de-Grâce. Rue St-Jacques n°278, Maison de la rue Transnonin n°12, Cour de la Trinité. Rue St-Denis n°286, Barrière du Trône, Le Château de Vauvert, Hôtel du Marquis de Villette. Rue de Rennes n°1 au coin du quai Voltaire.

Lundi prochain, nous poursuivrons la présentation de cet ouvrage avec les deux volumes suivants. Nous nous attarderons aussi sur les possesseurs du livre au cours du temps car ils y ont laissé leurs ex-libris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*