MORAND (Sauveur-Jérôme). Histoire de la Sainte-Chapelle Royale du Palais.

 

morand 8Le chanoine Sauveur-Jérôme Morand a laissé peu de trace. La base de la BNF ignore même ses dates de naissance et de mort et mentionne seulement outre le livre dont nous allons parler, un autre ouvrage : Constitution des trésoriers, chanoines et collège de la Sainte Chapelle royale du Palais (Clousier, 1779). Il semble s’être fait une spécialité des recherches sur la Sainte Chapelle, comme il en était l’un des chanoines, il avait accès aux meilleurs sources.

morand 7morand 12La Construction de la Sainte-Chapelle a été ordonnée par Saint Louis pour abriter un morceau de la vraie Croix ainsi que diverses autres reliques de la Passion.

La Sainte Chapelle de Paris, joyau de l’art gothique fut consacrée le 26 avril 1248. Elle est construite comme une vaste chasse éclairée par d’immenses verrières qui font sa renommée.

La Sainte Chapelle était desservie par un chapitre composé d’un trésorier douze chanoines, des chapelains perpétuels, des chapelains une maîtrise et du personnel subalterne. Le trésor de la Sainte Chapelle du Palais fut progressivement enrichi par les dons et des échanges qui furent dispersés à la Révolution.

L’ouvrage présenté est organisé en deux parties, l’une sur l’Histoire de la Sainte Chapelle Royale du Palais et l’autre composée de  pièces justificatives. Il comprend aussi 17 planches gravées dont 6 dépliantes.

morand 3morand 5Ces planches sont les suivantes : Vue de la Sainte Chapelle du Palais jusqu’en M.DCXXX, gravé par Ransonnette, Saint Louis priant devant la couronne d’épine, Plan de l’Eglise de la Sainte Chapelle Haute, gravé par Sellier, Plan de l’Eglise de la Sainte Chapelle Basse, gravé par Sellier, Vue intérieure de la Sainte Chapelle du Palais, gravé par Ransonnette, Vue extérieure de la Sainte Chapelle du Palais, gravé par Ransonnette, Vue du sanctuaire de la Sainte Chapelle du Palais, gravé par Ransonnette, Le trésor de la Sainte Chapelle, Intérieur de l’étui de la vraie Croix, gravé par Ransonnette, Défenses d’ivoire décorées, Deux reproductions de manuscrits, Une pierre gravée, Buste antique de Valentinien III, Une agathe représentant l’apothéose d’Auguste, Sceau de l’Empereur Baudoin II, Couronnement de la reine Marie de Brabant (23 juin 1275).

Les bibliographes avertis prétendent que ce livre a été en partie détruit. Ni le clergé, ni l’histoire religieuse en ces périodes révolutionnaires (1790) occupaient les esprits du temps comme sous l’Ancien Régime. Quoiqu’il en soit quelques exemplaires existent encore et même si les historiographe du XIXe (Voir Revue Archéologique 15 octobre 1851 au 15 morand 4morand 6mars 1852, pp.577-579) trouvaient peu d’intérêt pour les travaux de l’auteur, cet ouvrage avec ses 17 planches nous restitue la longue histoire de la Sainte Chapelle puisée aux meilleures sources disponibles à l’époque comme le mentionne l’auteur dans son avertissement :  » L’Arrêt du conseil  du 11 mars 1787, a plongé le collège de la Sainte-Chapelle, dans un état de léthargie qui accroît de jour en jour, & a fixé les yeux de toute la France sur le sort de ce principal Oratoire de nos Rois, tant à raison de son Antiquité, que par respect & vénération pour son fondateur, & les précieuses Reliques qu’il y a déposées. A cette époque ayant été Associé aux travaux de MM.les Commissaires du Roi chargés, en vertu dudit Arrêt, de la confection de l’inventaire des titres de cette Eglise, j’ai puisé dans ses Archives, j’ai consulté les Dépôts publics, & j’ai profité des lumières de plusieurs hommes de Lettres…pour seconder mes recherches sur quelques objets d’Antiquité…. »

L’arrêt du conseil portait suppression des Saintes Chapelles. J.A.Dulaure dans sa nouvelle description des curiosités de Paris (Lejay, 1787) précise les modalités de cette décision royale  » Le Roi par arrêt de son Conseil d’Etat du 11 mars 1787 portant suppression des Saintes Chapelles pensait qu’il serait utile de supprimer les chapelles de Chapelains des Saintes Chapelles du Royaume a cru devoir auparavant mettre en séquestre les biens et droits des Chapitres ou collèges à supprimer notamment ceux des Saintes Chapelles du Palais à Paris & Vincennes. En conséquence, Sa Majesté a ordonné qu’on apposât les scellés sur les titres, papiers & effets, tant du Chapitre de la Sainte Chapelle de Paris, que de celles de Vincennes… »

Nous aurons l’occasion dans un prochain blog de présenter les travaux de restauration de la Sainte Chapelle conduit au XIXe siècle.

Curieusement l’ouvrage n’évoque que brièvement les somptueux vitraux de la Sainte-Chapelle, le XVIIIe siècle n’avait pas cet intérêt pour les grandes verrières du Moyen-Age. Quoiqu’il en soit, je vous invite à découvrir ici une reconstitution en 3 D des lieux, la technologie contemporaine nous offre une plongée dans le passé.

sainte chapelle 2

_____________________

morand 1MORAND (Chanoine Sauveur-Jérôme). Histoire de la Sainte-Chapelle Royale du Palais, enrichie de planches présentées à l’Assemblé Nationale par l’auteur le 1er juillet 1790. Paris, Clousier, Prault, 1790. Deux parties en un volume in-4 (27 cm x 22 cm), IV morand 2(avertissement)-307-231 (pièces justificatives et additions survenues pendant l’impression)-8 (table des matières) pp.

Illustré de 17 planches gravées hors texte.

Cachet de la fondation Napoléon.

Demi maroquin rouge à coins (XIXe, signée Koehler). Dos à cinq nerfs, titre doré. Reliure légèrement frottée et deux coins légèrement usés.

Cachet de la fondation Napoléon.

Bon exemplaire.

Pour acheter c’est ici.

Pour consulter nos bibliographies c’est là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*