MORAND (Paul). Illustrations d’Adriaan LUBBERS. New York.

 

Le tourbillon du salon du livre rare auquel Paris-Libris a participé étant désormais passé, le blog va reprendre ses parutions régulières avec toutefois quelques inflexions. Le rythme soutenu de ces derniers mois sera allégé et désormais nous assurerons trois publications par semaine, les lundi, mercredi et vendredi. En revanche et comme d’habitude, nos abonnés recevront chaque lundi un récapitulatif des dernières parutions.

Aujourd’hui nous quittons Paris pour New York en compagnie de Paul Morand et d’Adriaan Lubers avec un bel exemplaire de la première édition illustrée qui parait un an après l’édition originale.

 Paul Morand (1888-1976) décrit d’une plume élégante l’humeur d’une époque. Diplomate, il fréquente dès sa jeunesse les milieux littéraires et fait la connaissance de Cocteau et de Proust. Il débute sa carrière comme attaché d’ambassade à Londres puis est successivement affecté au cabinet du ministre des Affaires étrangères pendant la Première guerre mondiale, à Rome et à Madrid. Ensuite, il se mettra en congé illimité pour se consacrer à l’écriture et réintégrera le Quai en 1939 pour diriger à Londres la Mission économique française. Mis à la retraite d’office en 1940, il est nommé ambassadeur de France en Roumanie en 1942 puis en Suisse en 1944. Il sera révoqué à La Libération. Après la guerre, il est contraint à l’exil. Il restera une dizaine d’année à Vevey avant de rentrer en France. C’est pendant cette période qu’avec Jacques Chardonne il devient le protecteur d’une nouvelle génération d’écrivains qui seront appelés plus tard Les Hussards. Nous  avons déjà évoqué l’un de ses membres, Jacques Laurent. Il est élu à l’Académie française le 24 octobre 1968.

ny1ny2En 1921 parait son premier ouvrage Tendre Stocks préfacé par Marcel Proust. Au cours des années 1920-1930, Paul Morand écrit de nombreux livres, récits de voyage, romans et nouvelle et donne aussi des articles à la presse, notamment au Figaro. Ouvert la nuit (N.R.F 1922-1923-1924), Fermé la nuit (N.R.F 1923), Lewis et Irène (Grasset 1924), Hiver caraïbe (Flammarion 1929), pour ne retenir que quelques titres édités avant la publication de son ouvrage sur New-York.

Adriaan Lubers (1892-1954) embrasse une carrière d’ingénieur mécanique tout en exerçant parallèlement des activités artistiques. Il a vécu à New-York de 1916 à 1919 et de 1926 à 1928 ce qui lui permettra de dépeindre les paysages new-yorkais dans un style réaliste et saisissant offrant le reflet du dynamisme de la ville. Rentré ny3ny4en Europe, il se consacra à ses activités de peintre, illustrateur et lithographe.

Paul Morand rédige son ouvrage sur New-York en 1929. Il est un des rares écrivains européens à décrire la modernité de la ville et à comprendre qu’elle a engagé un profond changement urbanistique, architectural et technique qui la positionne comme le centre économique du monde.

Il commence par évoquer sa naissance et son développement jusqu’en 1929 puis il nous propose un itinéraire complet du sud au nord de Manhattan donnant un panorama complet New-York dans un reportage sociologique passionnant au coeur de ny5ny6cette époque bouillonnante qui allait faire de Big Apple une des premières métropoles mondiales.

Au delà de la présentation de la ville, Paul Morand embrasse le phénomène américain à une époque où l’Europe est loin de ces révolutions.

Le rythme de New-York, la vitesse, le modernisme suscite la fascination et la passion mais l’auteur souligne parallèlement une impression inverse en découvrant que New-York n’est peut-être qu’un rêve :  » Rien ne peut détruire Paris, nef insubmersible. Paris existe en moi; il existera malgré Dieu, comme la raison. C’est ce qui me fait souvent l’aimer moins…Mais je ne suis pas toujours sûr de ce merveilleux cadeau qu’est New-York. Si ce n’était qu’un rêve, qu’un essai prodigieux, qu’un avatar, qu’une renaissance éphémère, qu’un purgatoire magnifique ?… »

ny7

ny8

ny10

_________________________________________________________________________

ny15ny16MORAND (Paul). New York. Paris, Flammarion, 1931. Un volume in folio (33 cm x 25,5 cm), 155 pp.

10 Lithographies et 17 illustrations in texte de Adriaan Lubbers.

Un des 165 exemplaires numérotés sur vélin teinté à la forme des papeteries de Rives.

Broché sous couverture rempliée illustrée (Quelques très légères taches)

Bel exemplaire.

Pour acheter c’est ici.

 

Prochaine parution, vendredi 14 avril : Guillaume Apollinaire, Le flâneur des deux rives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*