MANESSE (Georges-Henri). Le vieux Paris s’en va. Ière série.

 

A la lecture du titre de ce portefeuille d’eaux-fortes, Le vieux Paris s’en va, on pourrait penser qu’il s’agit de vues du vieux Paris avant les bouleversements des travaux haussmanniens. Mais ces eaux-fortes sont plus tardives, elles datent du début du 20eme siècle alors que progressivement Paris faisait disparaître ses vieux bâtiments pour construire selon des normes plus sécurisées où la salubrité devenait une nécessité.

Le graveur de cette série est Georges-Henri Manesse (1854-1940). Peintre, aquarelliste, graveur, illustrateur, Il a créé et présidé la Société normande de gravure. Nous avons déjà eu l’occasion de découvrir ses travaux dans des pages précédentes du blog : Bouquinistes et bouquineurs. Physiologie des quais et La reliure moderne artistique et fantaisiste .

Les lieux fixés sur ces eaux-fortes n’ont pas tous disparu et certains existent toujours, même si la représentation donnée à l’époque, reste éloignée de leurs configurations actuelles.

Toutes ces eaux-fortes sont légendées et nous vous en communiquons le détail ci-après avant de vous présenter les photographies des dix eaux-fortes de ce portefeuille.

Rue de Sèvres. A gauche l’Abbaye-aux-Bois, appartement de Mme Récamier, au fond, la Croix Rouge,

Rue de Sèvres. L’Abbaye-aux-Bois. Le pavillon de Mme Récamier dont l’appartement occupait le 1er étage,

Rue de Sèvres 27 Chapelle des Hospitalières de St Thomas de Villeneuve seul couvent resté ouvert pendant la Terreur,

Impasse Barbette près de l’emplacement du petit séjour de la reine Isabeau de Bavière. En 1407, le Duc d’Orléans sortant de chez la Reine fut assassiné par les gens de Jean sans Peur,

Rue Saint Paul. Passage Saint Pierre conduisait au cimetière Saint Paul où furent enterrés le Masque de fer, Rabelais, Armande Béjart etc..L’ogive de gauche est tout ce qui reste de l’ancienne église Saint Paul,

20 rue Jacob. Le temple de réception d’Adrienne Lecouvreur,

Rue d’Argout. Hôtel meublé de Francfort où descendit Charlotte Corday le jour qui précéda l’assassinat de Marat,

Rue d’Argout. Hôtel meublé de Francfort, escalier conduisant à la chambre de Charlotte Corday,

Rue d’Argout. Hôtel meublé de Francfort. Lucarne de la chambre de Charlotte Corday,

Rue d’Argout. Hôtel meublé de Francfort. Chambre où coucha Charlotte Corday la nuit qui précéda l’assassinat de Marat.

Nous aurons l’occasion de vous présenter dans la prochaine page de blog à paraître au début de la semaine prochaine, la IIe série du vieux Paris qui s’en va qui elle aussi, contient dix eaux fortes.

Les deux séries seront vendues ensemble.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*