L’Exposition universelle de 1867.

 

Nous débutons aujourd’hui une série de publications consacrées aux Expositions universelles qui se sont tenues à Paris à partir du second Empire. Nous avons déjà évoqué il y a quelque mois la première Exposition universelle française de 1855 et nous y reviendrons avec un ouvrage présenté à la fin de cette page. Nous poursuivrons donc l’évocation de ces grandes manifestations en débutant cette série par l’Exposition universelle de 1867.

L’Exposition universelle de 1867 est la seconde se déroulant à Paris. Elle s’est tenue du 1er avril au 3 novembre. 41 pays y seront représentés. Elle accueille plus de dix millions de visiteurs et plus de 50.000 exposants installés sur 46 hectares.

En 1863, M.Rouher, alors ministre de l’agriculture, du commerce et des travaux publics présentait dans un rapport les buts de l’Exposition : « Qu’elle soit plus complètement universelle que les précédentes, et que, à cet effet, elle comprenne autant que possible, les œuvres d’art, les produits industriels de toutes les contrées, et, en général, les manifestations de toutes les branches de l’activité humaine ».

Cette exposition est organisée à l’apogée du Second Empire au moment où les grands travaux haussmanniens s’achèvent et le développement économique s’intensifie.  Elle sera préparée par une commission dont la direction est confiée au prince Napoléon et l’ingénieur Frédéric Le Play. Elle se déroulera sur le Champ de Mars et sur l’Ile de Billancourt.

Jardin central .

Un gigantesque édifice ovale de 490 mètres sur 380 mètres est construit avec une charpente en fer par l’ingénieur Jean-Baptiste Krantz et l’architecte Léopold Hardy. Pour surmonter les critiques émises lors de l’exposition de 1855, le nouveau palais est construit sur un seul niveau d’où son édification sur le Champ de Mars qui aura été au préalable entièrement nivelé pour accueillir les constructions provisoires. Autour du bâtiment principal sont aménagés des jardins, œuvre de Jean-Charles Alphand et les pavillons nationaux et industriels.

L’exposition de 1867 voit la montée en puissance des architectures d’exposition, bâtiments éphémères composés d’éléments supposés représenter un pays et sa culture. Comme par exemple la Russie, invité d’honneur de la France qui a construit un authentique village russe au Champ de Mars.

Pour la première fois les colonies de l’Empire français sont mises en valeur. Le Maroc, la Tunisie, et l’Algérie sont représentés dans le pavillon central. La commission impériale demande à chaque colonie d’installer un décor rappelant leur territoire d’origine afin de familiariser les visiteurs à leurs pays.

Le Palais du Bey de Tunis .

Les artistes les plus réputés s’intéressent à la manifestation. Victor Hugo écrit la préface qui sert d’introduction au guide de l’Exposition universelle. Sur un livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy, Jacques Offenbach écrit La Grande-duchesse de Gérolstein dont le rôle titre est tenu par Hortense Schneider. Jules Verne s’inspire de l’aquarium géant pour décrire le hublot du Nautilus dans Vingt mille lieues sous les mers.

Déménagement des colis à l’Exposition .

Pour accueillir les visiteurs depuis le centre de Paris jusqu’au Champ de Mars qui constituait à l’époque un quartier périphérique, il est mis en place des liaisons par bateaux vapeur. Par ailleurs, des lignes supplémentaires d’omnibus sont créées et le réseau de chemin de fer de la rive gauche est renforcé.

La presse a suivi avec intérêt tous ces préparatifs et de nombreuses publications journalistiques retracent fidèlement les opérations préparatoires tout comme le déroulé de la manifestation en s’attardant sur tous les décors et les produits présentés par les exposants. De telles publications permettent de découvrir l’ampleur de cette Exposition universelle, extraordinaire rendez-vous marchand visant à mettre en valeur les nouveaux produits venus du monde entier.

Quelques vestiges des structures éphémères de l’Exposition de 1867 subsistent encore de nos jours. Ainsi le Théâtre de le Gaîté Montparnasse a été créé à partir de matériaux récupérés du Théâtre de l’Exposition universelle. Dans la villa Beauséjour (16e arrondissement), trois isbas provenant du pavillon russe de l’Exposition ont été réinstallées.

___________________________________________

L’Exposition universelle de 1867 illustrée. Publication internationale autorisée par la commission impériale. Rédacteur en chef : Mr.Fr.Ducuing. Paris, Dentu, 1867. Deux volumes in-folio (37,5 cm x 27,5 cm), 484-484 pp.

Notre exemplaire contient le rare grand plan dépliant (extrait du monde illustrée) de la vue générale de l’Exposition universelle et des constructions élevées dans le parc (106 cm x 48 cm) 3 fentes mais sans manque.

Parution sous forme de livraisons (60) qui ont été rassemblées en deux volumes reliés. Texte sur trois colonnes.

Nombreuses illustrations in et hors-texte.

½ reliure. Dos ornés, titres dorés. Usures sur les plats, deux charnières légèrement fendues, léger manque en queue mais solides reliures

Pour acheter c’est ici .

________________

Exposition universelle à Paris en 1867. Empire français. Notices sur les modèles, cartes et dessins relatifs aux travaux publics réunis par les soins du Ministère de l’agriculture, du commerce et des travaux publics. Paris, imprimé par E.Thunot, 1867. Un volume in-8 (24 cm x 16 cm), 548 pp.

½ reliure. Caissons encadrés de filets dorés. Titre doré.

Pour acheter c’est ici .

_________________

Paris guide par les principaux écrivains et artistes de la France. Première partie. La Science – L’Art. Deuxième partie La Vie. Paris, Librairie internationale, A.Lacroix, Verboeckhoven et cie, 1867. Deux volumes in-12 (15 cm x 12 cm), XIV-5 (fac-simile signature des auteurs)-XLIV (Introduction par Victor Hugo)-902-27 (Nomemclature des rues) pp- Prix des places des théâtres (non paginé)-Présentation de la seconde partie de Paris Guide (non paginé)-XIV-9 (fac-similé signature des auteurs)-2135 pp. La pagination est continue pour les deux volumes.

Deuxième édition.

Abondante illustration, gravures, cartes et plans.

Pleine percaline de l’éditeur. Décoré de caissons dorés sur le dos. Quelques frottements à la reliure et légères rousseurs éparses.

Paris-guide a été conçu pour les visiteurs de l’Exposition universelle.

Pour acheter c’est ici.

_________________

ROBIN (Charles). Histoire illustrée de l’Exposition universelle par catégories d’industries avec notices sur les exposants. Paris, Furne, 1855. Un volume in-8 (24,5 cm x 16 cm), 388 pp.

Pleine percaline décorée. Premier plat orné. Titre, fleurons et filets dorés. Livre de prix

Pour acheter c’est ici .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*