GOUDEAU (Emile). Illustrations d’Henri RIVIERE. Voyages de découvertes du célèbre A’Kempis à travers les Etats-Unis de Paris.

 

Ce livre offre bien des intérêts bibliophiliques. Sur papier du japon, il rassemble un auteur de talent Emile Goudeau, un illustrateur réputé Henri Rivière, un célèbre affichiste, Jules Chéret et un fin relieur Carayon.

Ainsi le fondateur des Hydropathes publie chez Jules Lévy lui même Hydropahte, un texte délirant. Son héros A’Kempis qui n’est jamais sorti de Montmartre dont le territoire vient d’être rattaché à Paris, se décide en explorateur, d’effectuer un difficile périple dans la capitale.

 » Au moment où une ombre épaisse enveloppait haineusement le moulin de la Galette, ce cousin des étoiles, moi, A’Kempis, le redoutable voyageur, ayant revêtu mon resplendissant costume de guerre, et caché soigneusement mes armes, je me suis recouvert la tête d’un chapeau du feutre le plus pur. Puis tenant d’une main la valise légère, et de l’autre un lourd parapluie destiné à dissimuler ma violence naturelle sous une apparence bénignement bourgeoise, j’ai embrassé mes amis, et je me suis lancé dans un fiacre… »

Pour l’auteur, Paris résume l’univers car on y trouve le monde sans en sortir. Paris concentre l’ancien comme le nouveau, le proche comme le lointain, l’exotique comme le quotidien. Paris est finalement tout et il n’est pas nécessaire de s’en éloigner même si parfois la ville semble une contrée étrangère pour un montmartrois comme l’est A’Kempis  » Depuis ma naissance, j’ai vécu rue Dorchampt, au pied du moulin de la Galette, sur la splendide, énorme, rutilante Butte sacrée, l’Acropole sublime, pour tout dire, en un seul mot, à Montmartre…. » Et la plume de Goudeau nous emporte dans son voyage avec l’ironie et la dérision dont il est coutumier.

Le livre contient  aussi le tiré à part de l’ouvrage orné du portrait de Goudeau par Uzès mais il reste un petit mystère à résoudre.  Sur ce document, Henri Rivière a tracé quelques mots de dédicace orné d’un dessin : « A mon ami Henri Jouard l’inventeur du cliché pelliculaire à rainures, ce livre est dédié comme un témoignage de haute considération « 

En effectuant quelques recherches, j’ai trouvé « deux Henri Jouard », l’un ornitologue et l’autre régisseur du Chat Noir. Plus sûrement que l’ornitologue, le régisseur du Chat noir était sûrement le destinataire de la dédicace.

Une partie de la bande du Chat noir (Goudeau, Rivière, Jouard ) se rassemblait donc dans ce livre. Mais j’ignore si les mots « cliché pelliculaire à rainures » renvoient à une technique photographique particulière dont Henri Jouard aurait été l’inventeur ou à une allusion à ses activités de régisseur au Chat noir  quand Henri Rivière était le metteur en scène et scénographe du théâtre d’ombre du célèbre cabaret dont il assuma la direction artistique jusqu’à sa fermeture en 1897.

Dans les bibliographies consultées, je n’ai pas trouvé mention du tirage sur japon de l’ouvrage. Il a dû être particulièrement limité puisqu’on n’en trouve nulle part une quelconque trace. Probablement, l’auteur, l’illustrateur et l’éditeur en reçurent quelques exemplaires.

Et pour parfaire l’ensemble, le livre a été relié par Carayon. Emile Adolphe Carayon ouvre un atelier de reliure rue de Nesles à Paris à partir de 1875. Il y travaillera jusqu’à son décès survenu en 1909. Octave Uzanne en trace un portrait élogieux dans son ouvrage, La Reliure moderne artistique et fantaisiste .

________________________

GOUDEAU (Emile). Voyages de découvertes du célèbre A’Kempis à travers les Etats-Unis de Paris. Paris, Jules Lévy, 1886. Un volumes in-12 (20 cm x 14 cm), 333 pp.

Un portrait d’Emile Goudeau par Uzès en frontispice.

Dessins de Henri Rivière.

Exemplaire sur Japon.

Sur le recto du tiré à part contenant le portrait d’Emile Goudeau par Uzès et glissé dans l’ouvrage, un envoi manuscrit signé d’Henri Rivière et illustré d’un dessin en couleurs.

1/2 maroquin à coins bordés de filets dorés. Dos à cinq nerfs, caissons décorés de motifs dorés. Couverture dépliante illustrée de Jules Cheret. Dos insolé. Reliure signée Carayon.

Rare exemplaire avec un intéressant envoi comportant un dessin en couleurs d’Henri Rivière.

Pour acheter c’est ici .

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*