GEORGES-MICHEL (Michel). Les Montparnos. Roman illustré par les Montparnos.

 

Aujourd’hui nous évoquons la vie artistique d’un quartier parisien, Montparnasse. Les peintres quittent Montmartre et la rive droite pour se rassembler sur la rive gauche. En 1910, Le quartier est encore champêtre avec ses maisons basses et ses ateliers nichés dans les jardins. La vie y est facile et peu cher pour des artistes désargentés. Michel Georges-Michel est l’un des leurs et il restituera dans son roman les Montparnos toute l’effervescence de la vie artistique de ce quartier de Paris.

Michel Georges-Michel (Michel Georges Dreyfus 1883-1985) est un peintre, journaliste, romancier et traducteur. Peintre à ses débuts il fréquente les Beaux-Arts et l’Ecole du Louvre,  il est l’élève d’Othon Friesz et de Dufy. Il collabore aux Ballets russes de Serge de Diaghilev de 1913 à 1929. En 1917, il organise la première exposition de Picasso à Rome et participe aux expositions de Matisse et de Soutine à la Biennale de Venise. Il a aussi écrit une centaine de volumes, chroniques, critiques, souvenirs et romans. Certains de ses ouvrages ont été adaptés au cinéma et à la télévision. Son oeuvre picturale qui se développe au sein de l’Ecole de Paris, est présente dans de nombreux musées.

Son livre le plus célèbre, Les Montparnos, rencontre un franc succès et sera plusieurs fois réédité.

Michel Georges-Michel présente ainsi son ouvrage :  » J’ai voulu décrire la vie des peintres de notre génération qui ont tenté, dans un milieu nouveau, un effort nouveau. Et j’ai écrit un roman. Comme dans la plupart de mes autres livres, il n’y a pas une ligne, pas un mot de ce roman qui ne relate un fait, une parole, qui n’aient été vus ou entendus « . Il met en scène à Montparnasse, sous les noms de Modrulleau et Haricot-Rouge, Modigliani et sa compagne Jeanne Hébuterne, au milieu de leurs amis artistes venus du monde entier. Ils ont nom : Foujita, Kissling, Juan Gris, Lagar, Modigliani, Severini, Zarraga, Ribeira, Soutine, Chagall, Kikoïne, Mané-Katz, Delaunay, Léger, Brancusi, Zadkine, Lipschitz, Laurens…apparaissent aussi Braque et Picasso. Ils vont révolutionner la peinture contre l’impressionnisme et les fauves en explorant notamment les voies du cubisme ou d’autres expressions contemporaines au prix d’années de misère avant le succès et la gloire pour certains.

Michel Georges-Michel les évoque tous de façon ouverte ou cachée dans son roman.  Il fait revivre le temps de Montparnasse dans le tourbillon de l’avant et l’après première guerre mondiale où les artistes et marchands se rassemblent autour des tables du café de La Rotonde ou du Dôme et où les toiles se troquent contre un repas, un toit, ou des couleurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

________________________________

GEORGES-MICHEL (Michel). Les Montparnos. Roman illustré par les Montparnos. Paris, Fasquelle, 1929. Un volume in-8 (20,5 cm x 17,5 cm), 301 pp.

Illustré par Modigliani, Picasso, Foujita, Man Ray, Touchagues, A.Corbery, Juan Gris, Hélène Perdriat, Andréa di Vanni, Colin, F.Léger, Soutine, V.Gross, G.Gallibert, Laglenne, Survage, Metzinger, Bakst, Larionow, J.-M.Sert, Severini, Picabia, Gontcharova, Lagar, Le Scouëzec, Zarraga, Kisling.

Un des 100 exemplaires numérotés sur papier du Japon de la Manufacture impériale.

Broché, sous couverture rempliée illustrée. Un dessin contrecollé au second plat. Quelques légers accidents au dos, parfait état intérieur.

Bon exemplaire.

Vendu .

Pour consulter nos bibliographies c’est .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*