GAVARNI. GRANDVILLE. Le Diable à Paris. Paris et les Parisiens à la plume et au crayon.

Le Diable à Paris est une sorte de panthéon littéraire et artistique à la gloire de la capitale. Imaginé par un éditeur talentueux, Pierre-Jules Hetzel, il rassemble les contributions des plus célèbres écrivains et illustrateurs du temps.

Pierre-Jules_HetzelAvant de présenter l’ouvrage, attardons nous quelques instants sur l’éditeur. Pierre-Jules Hetzel (1814-1886) fonde sa première maison d’édition en 1837. Son premier succès d’éditeur sera  » Vie publique et privée des Animaux, étude des moeurs contemporaines ». Pour sa réalisation il fera appel à des écrivains comme notamment Balzac, George Sand et Charles Nodier et au dessinateur Granville. En 1843, il fonde le Nouveau magasin des enfants. Les auteurs seront Charles Nodier, Tony Johannot, Alexandre Dumas, George Sand, Alfred de Musset et les illustrateurs Bertall et Gavarni. Ce sont ces mêmes auteurs et illustrateurs ainsi que quelques autres qui apporteront leur contribution à la réalisation du Diable à Paris, Paris et les Parisiens. Il s’agissait à l’époque de concurrencer le succès rencontré par les Français peints par eux-mêmes édité par Curmer. La mode des physiologies rencontrait un grand succès public et l’éditeur entendait capter cette réussite. En 1848, Hetzel devient chef de cabinet d’Alphonse de Lamartine, ministre des Affaires Etrangères. Après le 2 décembre 1851, il part en exil à Bruxelles. Il y publie Victor Hugo, autre célèbre exilé. Rentré en France lorsque l’Empire se libéralise, il créé la revue Bibliothèque illustrée des Familles qui devient Le Magasin d’éducation et de récréation en 1864. C’est dans cette collection qu’il publie Jules Verne. Son fils prend sa succession en 1884 et il vendra la maison d’édition à Hachette en 1914.

Paul_Gavarni_-_Self-Portrait_-_WGA8501Le nom de Gavarni est souvent associé à l’ouvrage Le Diable à Paris. Non  qu’il soit le seul illustrateur de l’ouvrage mais avec six cents dessins, il en est le plus important contributeur graphique.

Gavarni (Sulpice-Guillaume Chevalier, 1804-1866) commence par publier ses dessins dans les journaux, Le Journal des dames et des modes, La Mode, L’Artiste, et l’Illustration. Vers 1835, il devient un collaborateur régulier du Charivari où il croque les travers de la société parisienne. Les Goncourt, dont il était proche et qui appréciaient son talent lui consacrent un ouvrage : Edmond et Jules de Goncourt, Gavarni, l’homme et l’oeuvre. Paris, Plon, 1873.

Satan s’ennuie et confie à un diable ordinaire et paresseux la mission d’être son ambassadeur à Paris et de lui écrire chaque semaine pour lui  rendre compte de la vie dans la capitale. L’ambassadeur improvisé sollicite les écrivains et les illustrateurs de l’époque pour chroniquer à sa place la vie parisienne.

Dans l’édition de 1868 les articles sont les suivants :

le diable à paris Ile diable à paris IIVolume I. Première partie :  Prologue par P.-J.Stahl (P.-J.Hetzel), Paris par Auguste Barbier, Monologue de Flammeche par P.-J.Stahl, Ce que c’est qu’un passant par P.-J.Stahl, Ce qu’on a dit de Paris dans tous les temps et dans tous les pays par P.-J.Stahl, Mademoiselle Mimi Pinson profil de grisette par Alfred de Musset, Un coup de canif par Gustave Droz, Flammèche (l’ambassadeur du diable) et Baptiste conversation et consultation par P.-J.Stahl, Comment on se salue à Paris, Les drames invisibles par Frédéric Soulié, Le jour de Madame par Gustave Droz, Une bonne fortune parisienne histoire d’un appartement de garçon à louer racontée à des amis par un avocat par P.-J.Stahl.

Les illustrations in et hors texte sont de : Bertall, Champin, Clerget, Gavarni.

le diable à paris IVle diable à paris IIIVolume I. Deuxième partie : Paris avant le déluge par Théolphile Lavallée, Ce que c’est qu’une parisienne par Léon Gozlan, Quelques mots sur le duel par P.-J.Stahl, Où va une femme qui sort énigme par Laurent-Jan, Le jardin du roi par Gustave Droz, Petites curiosités sociales par Henri Rochefort, Parisiens et Parisiennes par Auguste Villemot, Paris marié philosophie de la vie conjugale par H.de Balzac, Un bal à l’Hôtel de Ville par Gustave Droz, Conseils à une parisienne, Après un bal de l’Opéra par P.-J.Stahl.

Les illustrations in et hors texte sont de : BenettBertall, Champin, Clerget, Gavarni,  Grandville.

le diable à paris Vle diable à paris VIVolume I. Troisième partie : Coup d’oeil sur Paris à propos de l’enfer par P.-J.Stahl, Dans le jardin du Luxembourg par Octave Feuillet, Sous le marronnier des Tuileries par Octave Feuillet, Sous les tilleuls de la Place Royale par Octave Feuillet, Les Maîtresses à Paris par Léon Gozlan, Du mot Monsieur et de quelques-unes de ses applications par Charles Nodier, De l’esprit de Paris par P.-J.Stahl, Les petits pois, les diners en ville par Nestor Roqueplan, Paris en 89 par un porte-balle député du Tiers arrivant à Paris par Erckman-Chatrian, L’arrivée d’un ouvrier à Paris-1847 par Erckman-Chatrian, Le dimanche promenade d’un ouvrier de la province dans Paris par Erkman-Chatrian, Le mal du pays à Paris par Erckman-Chatrian, Les parisiennes études morales extraites de l’esprit de Madame de Girardin, Les arbres du Luxembourg par Victor de Laprade, Aux oiseaux de la pépinière par Victor de Laprade, Le nouveau jardin du Luxembourg par Victor de Laprade, Feuillets de l’Album d’un jeune rapin par Théophile Gautier, Pourquoi par S.Lavalette, Une marchande à la toilette ou Madame la ressource en 1844 par H.de Balzac, Le Petit Chose par Gustave Droz, Histoire véridique du canard par Gérard de Nerval, Un bal masqué par Gustave Droz, Clichy  par Jules Janin, La semaine de l’ouvrière par Taxile Delord, Signe pour reconnaître le parisien par Alphonse Karr, Idées d’un vieux garçon sur l’amour par P.-J.Stahl, Pieux fragment du journal d’une parisienne par Gustave Droz, Les animaux de Paris par Jean Macé, Ce qui disparaît de Paris 1845 par H.de Balzac, Paris et la province par Jean Macé, Histoire de deux hommes riches à bon marché par Alphonse Karr, Pour on quitte Paris par Arsène Houssaye.

Les illustrations in et hors texte sont de : Bertall, Clerget, Champin, Gavarni, Grandjacquet, Grandville, Froment, Monnier.

le diable à paris VIIle diable à parixs VIIIVolume I. Quatrième partie : Le climat de Paris pour servir à l’histoire de France par Méry, Les billes d’agate fragment du journal d’un inconnu par Eugène Sue, Dans le jardin du Palais-Royal par Octave Feuillet, Quelques mères dans le beau monde par George Sand, Les veuves du diable par Eugène Guinot, Le Lion amoureux 1845 par Frédéric Soulié , Le travail de l’esprit à Paris par Alexandre Dumas fils, Un monsieur qui se fait suer – Le sport à Paris- par Hector Malot, Monsieur Prudhomme synthèse de la sottise par Xavier Aubryet, Pantalons et Corset par Alphonse Karr, Les formules du docteur Grégoire par Adrien de Courcelles, Les deux luxes par Edmond Texier et Albert Kaempfen, Paris à vol d’oiseau au XIVe extrait de Notre Dame de Paris de Victor Hugo, Paris géographie-statistique-histoire par J.Verne, Conclusion Le capitaine-Baptiste-Flammèche par P.-J.Stahl.

Les illustrations in et hors texte sont de : Andrieux, Bertall, Champin, Clerget, Dantan jeune, Emy, Fabritzius, Gavarni, Grandville, Lampsonier, Henri Monnier, Lorsay.

La première édition de l’ouvrage date de 1845-1846.

gavarni 20Notre édition, celle de 1868-1869, contient contrairement à celle de 1845-1846, la série entière des Gens de Paris de Gavarni soit 320 dessins supplémentaires comprenant les célèbres séries des lorettes, des enfants terribles, etc et 50 compositions inédites. 112 dessins de Granville choisis sur des thèmes parisiens ont  été ajoutés par rapport à l’édition originale ainsi que 538 petits croquis. Henri Monnier a aussi fourni 38 dessins inédits. MM.Clerget et Grandjacquet ont aussi produit une série de dessins pour l’édition nouvelle.

Aux écrivains de l’édition originale se sont ajoutés aussi d’autres collaborateur : Victor Hugo, Erckman-Chatrian, Jules Verne, Jean Macé, Dumas fils, Victor Malot, Gustave Droz, Mme de Girardin, Adrien Decourcelles, A.Morel, Nestor Roqueplan, Henri Rochefort, Auguste Villemot, Xavier Aubryet, Edmond Texier, Kaempfen.

Au cours des années 1930, le titre sera repris pour Le Diable à Paris, fantaisie réaliste en 12 tableaux par les maîtres de la plume et le crayon. Quelques titres de cette série sont disponibles ici : Le Diable à Paris. La beauté du Diable, Le Diable à Paris. Le Diable à l’Hôtel Matignon, Le Diable à Paris. Le Diable à Longchamps, Le Diable à Paris. Le Diable au Palais-Bourbon, Le Diable à Paris. Le Diable chez la marquiseLe Diable à Paris. Le Diable dans la rue, Le Diable à Paris. Le Diable en ménage.

le diable 10

________________________

gavarni 11GAVARNI-GRANDVILLE. Bertall-Cham-Dantan-Clerget etc. Aubryet (Xavier), Balzac (Honoré de), Barbier (Auguste), Decourcelles (Adrien), Delord (Taxile), Droz (Gustave), Dumas fils (Alexandre), Erckman-Chatrian, Feuillet (Octave), Gautier (Théophile), Mme de Girardin, Gozlan (Léon), Guinot (Eugène), Houssaye (Arsène), Hugo (Victor), Laurent Jan, Janin (Jules), Karr (Alphonse), Laprade (Victor de), Lavalette (S.), Lavallée (Th.), Macé (Jean), Malot (Hector), Méry, Morel (A.), Musset (Alfred de), Nerval (Gérard), Nodier (Charles), Pascal (P.), Rochefort (Henri), Roqueplan (Nestor), Sand (George), Soulié (Frédéric), Stahl (P.-J.), Verne (Jules), Villemot (Auguste). Le Diable à Paris. Paris et les Parisiens à la plume et au crayon. Paris, J.Hetzel, 1868-1869. Deux volumes in-4 (27,5 cm x 18,5 cm). Un volume texte (4 parties en 1 volume, 228-196-196-196 pp). Un volume de gravures.

L’ouvrage contient 1538 dessins.

1/2 basane. Dos à cinq nerfs, caissons décorés d’un fleuron doré. Volume I : un manque de papier à deux coins; Volume II : Deux petits manques de papier au second plat. Quelques frottements aux reliures.

Bon exemplaire de cette seconde édition abondamment illustrée.

Pour acheter c’est ici.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*