FLAMENG (Léopold). Paris qui s’en va et Paris qui s’en vient .

 

Cet ouvrage, rassemble un florilège des artistes les plus talentueux de la seconde partie du XIXe siècle avec les plumes alertes de : Castagnary, Charles Colligny, Alfred Delvau, Duranty, Théophile Gautier, Achille Gleizes, Arsène Houssaye, de Kersenant, Jean Larocque, Auguste Marc-Bayeux, Firmin Maillard, Eugène Muller, de Sault et surtout les gravures de Léopold Flameng, le grand aquafortiste du temps.

Léopold Flameng (1831-1911) est un aquafortiste et buriniste de grande réputation. Elève de Luigi Calamatta à l’école des Beaux-arts de Bruxelles, il est connu pour ses eaux-fortes dont le célèbre portrait de Meryon gravé au début de sa carrière en 1858. Il collabore à la Gazette des beaux-arts, à l’Artiste et à l’Art ainsi qu’à des revues étrangères et travaille aussi pour des éditeurs d’estampes. Il a illustré plusieurs ouvrages sur Paris ainsi que de nombreuses œuvres littéraires d’auteurs classiques et contemporains. Il est médaillé à l’Exposition universelle de 1878.

En vingt-six courts récits de quatre pages, les auteurs campent le décor du Paris du second Empire et nous conduisent dans différents lieux de la capitale à la rencontre des personnages du temps : La Californie le réfectoire populaire et populacier de la barrière Montparnasse, la rue de la Vieille Lanterne où mourut Gérard de Nerval et qui venait de disparaître sous le marteau des démolisseurs,  Le Cabaret de la Mère Marie (Barrière des deux-moulins) où les habitants du faubourg Marceau venait boire un verre le dimanche, Intérieur de la Maison antique du prince Napoléon (Avenue Montaigne), Les Médaillés de Sainte-Hélène, Le Pont-au-Change et sa longue histoire, La Salpétrière (Cours des Agités) où l’on découvre le traitement réservé aux aliénés, Le Collège de Cluny (rue des Grès) et sa démolition, Les Marchands de Ferraille et de Peaux de Lapins où l’on découvre le travail des chiffonniers, Le Marché des Innocents avant la construction des Halles de Baltard, Le Premier Hôtel de Ville de Paris (Parloir aux Bourgeois), Les Suites d’un Bal du Prado (Chambre d’Etudiant), La Flèche de Notre-Dame, Le Marché aux Chevaux du côté du boulevard de l’Hôpital, Le Couvent des Carmélites (rue d’Enfer), La Morgue, Les Petites Sœurs des Pauvres de la rue Saint-Jacques, La Fontaine de Saint-Michel (15 août 1860), Le Marché des Capucins, faubourg Saint-Jacques,  Le Cèdre de Beaujon et l’atelier de J.Gigout, Le Petit Journal (Histoire de dix ans : 1850-1860), Les Carmes Billettes, Le Boulevard du Temple et ses théâtres, L’Hôtel-Dieu, Les Copistes du Louvre, Le Temple.

Chaque récit est illustré d’une eau-forte de Léopold Flameng tiré par le réputé imprimeur Delâtre.

« Paris n’est pas une ville, c’est la ville par excellence, – comme autrefois Athènes et Rome. Toutes les religions, toutes les sciences, toutes les philosophies, toutes les industries, tous les arts, toutes les mœurs, toutes les races de la terre s’y sont donné rendez-vous. On y parle toutes les langues sous tous les costumes. Paris est un Pandémonium, une Babel, un cauchemar, un rêve en action. Paris, c’est le monde ! Voilà ce qu’est Paris. Ce qu’il sera, nous n’en savons rien. Ce qu’il a été, nous le savons tous mieux… » Les propos d’Alfred Delvaux en début d’ouvrage, résument parfaitement les présentations des auteurs qui puisent dans leurs souvenirs le temps d’un Paris enfuit.

__________________________________

FLAMENG (Léopold). Paris qui s’en va et Paris qui s’en vient. Paris, Cadart, sd. Un volume in-folio (39 cm x 30 cm), 26 livraisons de 4 pages chacunes.

1.La Californie, texte par Alfred Delvau, 2. La rue de la Vieille Lanterne, texte par Arsène Houssaye, 3. Le Cabaret de la Mère Marie, texte par Alfred Delvau, 4. Intérieur de la Maison antique du prince Napoléon, avenue Montaigne, texte par Th.Gautier, 5. Les Médaillés de Sainte-Hélène, texte par Eugène Muller, 6. Le Pont-au-Change, texte par Charles Coligny, 7. La Salpétrière, cour des Agités, texte par Duranty, 8. Le Collège de Cluny (rue des Grès), texte par Auguste Marc-Bayeux, 9. Les Marchands de Ferraille et de Peaux de Lapins, texte par Marc Trapadoux, 10. Le Marché des Innocents, texte par Achille Gleizes, 11. Le Premier Hôtel de Ville de Paris (Parloir aux Bourgeois), texte par Auguste Marc-Bayeux, 12. Les Suites d’un Bal du Prado (Chambre d’Etudiant), texte par de Kersenant, 13. La Flèche de Notre-Dame, texte par Marc-Bayeux, 14. Le Marché des Chevaux, texte par Alfred Delvau, 15. Le Couvent des Carmélites, rue d’Enfer, texte par Charles Colligny, 16. La Morgue, texte par Alfred Delvau, 17. Les Petites Soeurs des Pauvres de la rue Saint-Jacques, texte par Jean Larocque, 18. La Fontaine Saint-Michel, (15 août 1860), texte par Castagnary, 19. Le Marché des Capucins, texte par Auguste Marc-Bayeux, 20. Le Cèdre de Beaujon, texte par de Sault, 21. Le Petit Journal (Histoire de dix ans : 1850-1860), texte par Firmin Maillard, 22. Les Carmes Billettes, texte par Marc-Bayeux, 23. Le Boulevard du Temple, texte par Alfred Delvau, 24. L’Hôtel-Dieu, texte par Castagnary, 25. Les Copistes du Louvre, texte par Marc-Bayeux, 26. Le Temple, texte par Marc-Bayeux.

26 lithographies de Léopold Flameng.

Pleine reliure sous percaline marron imposée avec quelques accidents (un mors fendu).  Titre et filets dorés sur le dos. Quelques rousseurs et taches sans atteinte aux lithographies.

Pour acheter c’est ici .

Pour consulter nos bibliographies c’est .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*