ELUARD (Paul). Illustrations de Jean HUGO. En avril 1944. Paris respirait encore !

 

Deux artistes pour cette plaquette qui célèbre Paris prochainement libéré. Le poète Paul Eluard (1895-1952) ami des cubistes, dadaïstes et surréalistes, il est à l’avant-garde littéraire et artistique de l’époque. Pendant la 2e guerre mondiale, il participe à la littérature clandestine. C’est son poème Liberté publié en 1942 dans le recueil Poésie et vérité qui fut parachuté à des milliers d’exemplaires par des avions  de la Royal Air Force au-dessus de la France occupée. Jean Hugo (1894-1984) peintre, illustrateur et écrivain est l’arrière petit-fils de Victor Hugo.

Ce poème libre d’Eluard avec les gouaches de Jean Hugo, livre les impressions du poète dans la capitale occupée.

Eluard 4Eluard 11Nous descendions vers le fleuve

fidèle : ni son flot, ni nos yeux

n’abandonnaient Paris.

Non pas ville petite, mais enfantine

et maternelle.

Ville au travers de tout comme

un sentier d’été, plein de fleurs

et d’oiseaux, comme un baiser

profond plein d’enfants souriants, plein de mère fragiles

Non pas ville ruinée, mais ville marquée par sa nudité.

Ville entre nos poignets comme

Eluard 6Eluard 8un lien rompu, entre nos yeux

comme un oeil déjà vu, ville

répétée comme un poème.

Ville ressemblante.

Vieille ville…entre la ville et l’homme,

il n’y avait même plus

l’épaisseur d’un mur.

Ville de la transparence, ville innocente.

Il n’y avait plus, entre l’homme

seul et la ville déserte, que l’épaisseur d’un miroir.

Il n’y avait plus qu’une ville

Eluard 9Eluard 10aux couleurs de l’homme, terre

et chair, sang et sève.

Le jour qui joue dans l’eau la nuit qui meurt sur terre

Le rythme de l’air pur est plus fort que la guerre.

Ville à la main tendue et tout

le monde de rire et tout le monde

de jouir, ville exemplaire.

Nul ne put briser les ponts qui nous

menaient au sommeil et du sommeil

à nos rêves et de nos rêves à l’éternité.

Ville durable où j’ai vécu

notre victoire sur la mort.

Eluard 12

Les Editions Charpentier publièrent après la 2e guerre mondiale, de belles éditions bibliophiliques. Nous en avons déjà présenté une avec la nouvelle de Marcel Aymé, Traversée de Paris, illustrée par Jean Oberlé. Voir ici.

____________________

eluard 1Eluard 2ELUARD (Paul). En avril 1944. Paris respirait encore ! Paris, Editions de la Galerie Charpentier, 1945. Une Eluard 3plaquette in-4 (29,5 cm x 22 cm) non paginée.

Sept gouaches de Jean Hugo.

Un des neuf cent quarante huit exemplaires numérotés sur vélin pur fil

En feuilles sous couverture à rabat.

Bon exemplaire.

Frais d’expédition offerts, pour acheter c’est ici.

Pour consulter nos bibliographies c’est .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*