DORGELES (Roland). Illustrations de DIGNIMONT. Promenades montmartroises.

 

dorgelesRoland Dorgelès (1885-1973) est connu pour son ouvrage les Croix de bois. Mais c’est aussi un authentique montmartrois qui fréquente tous les artistes du lieu.

Il commence par étudier l’architecture à l’école des Beaux-Arts et mène la vie de bohême à Montmartre. Dans l’ambiance festive de l’époque, il monte une amusante supercherie avec ses amis du cabaret du Lapin Agile. A l’occasion du Salon des indépendants, il fait passer un tableau intitulé « Et le soleil s’endormit sur l’Adriatique » peint par le queue d’un âne, pour une oeuvre d’un jeune peintre Joachim-Raphaël Boronali (Aliboron). Devenu journaliste, il collabore au Sourire, à Fantasio et au Petit-Journal. Combattant volontaire pendant la première mondiale, il participe aux plus violents combats.

En 1917, il entre au Canard enchaîné où il publie un roman satirique intitulé  » La machine à finir la guerre ». En 1919, il publie le roman qui le rend célèbre, Les Croix de bois chez Albin Michel. Un séjour en Indochine lui inspire la route Mandarine (1925, Albin Michel). En 1929, il succède à Georges Courteline à l’Académie Goncourt, il en sera élu président en 1954, fonction qu’il occupe jusqu’à son décès. En 1939, il devient correspondant de guerre pour Gringoire mais il cesse rapidement cette collaboration en 1941.

Montmartrois de coeur, il publie régulièrement des ouvrages sur ce territoire particulier, creuset de tant d’artistes. Parmi ceux-ci : Montmartre mon pays (Lesage, 1925), Le château des brouillards (Albin Michel, 1932), Quand j’étais montmartrois (Albin Michel, 1936), L’esprit montmartrois avant la guerre (Laboratoire Carlier, 1938), Bouquet de Bohême (Albin Michel, 1947), Au beau temps de la Butte (Nouvelle Librairie de France, 1949) et aussi notre ouvrage Promenades montmartroises, florilège de ses souvenirs de ses jeunes années.

dorgeles 1André Dignimont (1891-1965) est aussi un authentique montmartrois. Illustrateur, peintre et graveur c’est une figure emblématique de Montmartre.

Après des études en Angleterre, il rentre en France en 1911. Après la première guerre mondiale, il est l’élève de Tony Robert-Fleury à l’Académie Julian. Il produit des aquarelles, dessins et estampes, illustre de nombreux livres et réalise aussi des décors de théâtre. Il est très lié aux écrivains, Colette, Francis Carco, Pierre Mac Orlan. Après le portrait et le nu féminin il s’intéresse au paysage par ses promenades dans Paris et ses villégiatures estivales chez ses amis artistes. Il est aussi illustrateur dans les journaux. Il occupe quelques rôles secondaires au cinéma.

Il a régulièrement illustré les livres aux thèmes parisiens de son ami Carco, parmi lesquels : Les Innocents (le Livre moderne, 1924), Ces messieurs-dames, où Carco commente l’oeuvre de Dignimont (1926), Les nuits de Paris (au Sans Pareil, 1927), de Montmartre au Quartier Latin (Editions du Nord, 1928).

dorgeles 10

dorgeles 11

dorgeles 17

dorgeles 18

Roland Dorgelès nous invite à une promenade sur la Butte. A la recherche de ses souvenirs, racontant son passé de jeune bohême parmi les artistes, se souvenant des vieux maîtres qui moquaient la peinture moderne des impressionnistes, évoquant les temps difficiles où l’argent manquait, retrouvant le Bateau Lavoir, le groupe des artistes fauves, décrivant la migration des peintres de Montmartre à Montparnasse, s’arrêtant sur la folie d’Utrillo, célébrant la belle humeur de Poulbot, racontant le Lapin Agile…

Au détour de ces pages, nous découvrons les peintres et les écrivains au début de leur vie d’artiste lorsque leur art suscitait au mieux un désintérêt poli quand il n’était pas sujet plus fréquent à polémique et rejet.

dorgeles 16

dorgeles 20

dorgeles 18

dorgeles 21C’est toute la vie artistique du début du 20e siècle qui défile au long de ces pages avec de multiples noms devenus célèbres depuis et que Dorgelès rend à leurs jeunes années.

dorgeles 15

_______________________

dorgeles 3dorgeles 4DORGELES (Roland). Promenades montmartroises. Paris, Trinckvel, 1960. Un volume in-4 (33,5 cm x 26,5 cm), 125 (2) pp.

Illustrées par André Dignimont. 20 compositions et 9 hors texte. Un des 391 exemplaires sur grand Velin blanc numérotés.

En feuilles sous couverture, emboîtage et étui de l’éditeur.

Bon exemplaire.

Vendu .

Pour consulter nos bibliographies c’est .

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*