DELPHI FABRICE. Outre-fortifs. Impressions de banlieue.

Delphi Fabrice (Gaston Risselin dit) 1877-1937. Ecrivain français prolixe (La base de la BN recense 127 titres à son nom) mais tombé dans un oubli profond au point qu’il est difficile de trouver les traces de son activité. C’est Jean Lorrain dont il partage les provocations, l’amour de la peinture, des lettres et du théâtre qui l’a sans doute le mieux présenté en disant de lui qu’il appartenait aux arpenteurs de terrain vague aux côtés d’écrivains illustres.

Jeune auteur, il commence par la critique d’art et collabore à la revue l’Estampe et l’affiche. Il fait ensuite partie des auteurs à scandale de la Belle Epoque. Il retient l’attention de la critique avec son roman « l’Araignée rouge ». Il écrit du théâtre, il est aussi rédacteur pour Gil Blas. Pour des raisons alimentaires à partir de 1910, il adapte  les romans de la comtesse de Ségur en saynètes pour enfants. Pendant la Première Guerre mondiale, il rédige des publications patriotiques. Dans les années 20, il écrit des ciné-romans pour le Film complet supplément de la revue Mon ciné.

delphi fabrice IVdelphi fabrice VEt puis il y a cet ouvrage singulier Outre-fortifs qui relate ses pérégrinations dans des terrains aventureux au delà de la Grande Ville qu’il a illustré de dessins et qu’il présente ainsi dans son introduction :  » Voici plus de dix ans, que je me suis laissé prendre par le charme toujours malsain, toujours équivoque de cette Banlieue, des ces Outre-fortifs aux paysages de tuyaux d’usine, de villas criardes, de maisons de plâtras et d’arbres empouacrés, rabougris, comme rongés de chlorose, tout cela miroité çà et là, à Asnières, à Billancourt ou à Joinville, dans de l’eau verte, vaseuse, ammoniacale. Oh ! ces décors, aimés et exécrés à la fois, dont l’emprise a été sur moi si forte que delphi fabrice VIdelphi fabrice VIIje leur dois d’avoir gaspillé bien des heures de jour et de nuit.. Ce sont les sensations cueillies dans cette Banlieue de lèpre et de roses que j’ai essayé de rendre ici en vers argotiques…. »

Le parisien de Montmartre découvrait un charme indéfinissable à tous les territoires banlieusards. Il les croquait d’un crayon allègre, les rendant presque beaux et surtout émouvants.

Les poèmes argotiques sur ces villes de banlieue ne passeront pas à la delphi fabrice VIIIdelphi fabrice Xpostérité littéraire. Leur seul mérite est de nous rappeler les activités réelles ou imaginaires de ces lieux au début du 20e siècle. Il est difficile aujourd’hui de trouver les traces de ce passé. Ce livre en garde donc la mémoire.

On imagine l’auteur portant à l’imprimeur ses dessins pour les intercaler entre les feuillets de poèmes et puis récupérant sa pile de livres modestement tirés chez l’éditeur, l’ouvrage n’était pas encore terminé. delphi fabrice XIdelphi fabrice XVIDans notre exemplaire, Delphi Fabrice  illustre la couverture initialement vierge, couvre  la page de titre d’un dessin aquarellé, trace à la plume un quatrain sur la banlieue et justifie aussi à la plume, le tirage. Pour avoir eu entre les mains un autre exemplaire de cette édition, cette justification semble un peu fantaisiste, en tout cas il l’a fit varier selon les exemplaires. Cela ne change rien au charme indéfinissable de cet ouvrage qui associe dessins pris sur le vif et poème argotique à la gloire d’une banlieue qui n’est plus.

delphi fabrice XVII

 

_____________________

delphi fabrice Idelphi fabrice IIDELPHI FABRICE (Gaston Risselin dit). Outre-fortifs. Impressions de banlieue. Paris, Malot, 1904. Un volume in-8 (27 cm x 17 cm).

12 poèmes illustrés.

Exemplaire lettré parmi les cinq réservés à l’auteur, comprenant douze dessins hors texte et rehaussé sur papier du Japon, plus quatre dans le texte dont un aquarellé en frontispice. Justificatif de tirage manuscrit de l’auteur.

delphi fabrice III«  Outre-Fortifs ! C’est la banlieue.

La Banlieue qui chante et qui pleure

Où j’aime errer de lieue en lieue

Berçant mon rêve au fil de l’heure » Poème manuscrit de l’auteur (p.4).

Broché. Dans son état d’origine avec sa couverture au titre aquarellé et ses dessins pris sur le vif.

Rare et bon exemplaire de ce recueil illustré par l’auteur.

Recueil poétique populaire à la gloire des communes de Banlieue de la petite couronne (Saint-Ouen-les Puces, Saint-Denis-la-Suie, Asnières-les Cabots, Pantin-le-Raisiné, Joinville-les Torses-Nus, Vincennes-la-Cambriole, Billancourt-la-Friture, Châtillon-les Troubades, Argenteuil-les Culs-terreux, Boulogne-les-Teignes, Ivry-les-Débris, Bagneux-les-Macchabées).

Réservé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*