COQUIOT (Gustave). Illustrations de LOBEL-RICHE. Poupées de Paris. Bibelots de luxe.

 

Nous avons déjà évoqué Gustave Coquiot dans une précédente page de blog, voir ici et ses nombreux ouvrages sur des thèmes parisiens de la Belle Epoque. Alors aujourd’hui, nous nous attarderons sur un illustrateur qui a croqué les femmes avec délice.

coquiot 23Lobel-Riche (1877-1950) peintre et graveur a illustré de nombreux ouvrages où son trait élégant embrasse tous les sujets. Après un bref séjour à l’Ecole régionale des Beaux-Arts de Montpellier, il interrompt ses études et part à dix-huit ans s’installer dans la Capitale. Ses débuts parisiens sont difficiles. Il commence par placer quelques dessins dans des journaux humoristiques puis illustre son premier livre en 1903, La main gauche de Maupassant chez Ollendorff. La même année, il fait son premier envoi au Salon des Artistes français où il exposera jusqu’en 1910. De 1902 à 1908, il donne ses dessins à des éditions à bon marché pour des textes de  Maupassant, Zola, George Sand, etc…En 1908, il illustre La Ville et les Champs de Jérôme et Jean Tharaud et en 1909 il publie, Etudes de filles de Camille Mauclair (Louis Michaud, 1910) où s’affirme son talent d’illustrateur. La vogue extraordinaire du livre favorise la production de Lobel-Riche. Dans une liste non exhaustive nous citons, Les Diaboliques  de Barbey d’Aurevilly (Romagnol, 1910),  Poil de carotte de Jules Renard (Romagnol 1911), Les Bars (Ch.Meunier, 1912), Les Fleurs du mal de Baudelaire (Cercle Grolier, 1921), Le Spleen de Paris de Baudelaire (G.Briffaut, 1922), La fille aux yeux d’or de Balzac (G.et R.Briffaut, 1923), Paris Moeurs costumes Attitudes 1914-1915. La Danse (Charles Meunier, 1925), Chéri de Colette (Blanchetière, 1925), Le Journal d’une femme de chambre d’Octave Mirbeau (Javal et Bourdeaux, 1926), La Maison Tellier de Maupassant (Javal et Bourdeaux, 1926), Vingt histoires extraordinaires d’Edgar Poe (Le Livre de Plantin, 1927), Les luxures de Maurice Rollinat (Le Livre de Plantin, 1929), Salammbô de Flaubert (Rombaldi, 1935), Chanson pour elles (R.Jacquet 1945), Rolla (Chez l’artiste, 1942).

coquiot 26Généralement le texte de l’écrivain s’impose à l’illustrateur. Avec Poupées de Paris, Bibelot de luxe, on assiste à une forme d’inversion des priorités entre le texte et le dessin. C’est Gustave Coquiot qui entoure les compositions  d’un texte épousant les quarante eaux-fortes de Lobel-Riche.

Les dessins suggestifs ne pouvaient qu’inspirer Gustave Coquiot dans sa célébrations des parisiennes « O Parisiennes ! Vous n’êtes rien peut-être par vous-mêmes, mais vous êtes tout par Paris ! C’est Paris qui vous donne l’estampille, qui vous transforme, qui fait de vous le bibelot fragile, craquant, cassant, le bibelot qui ne va pas à tous les feux, loin de là, le bibelot enfin adorablement inutile et léger qu’on appelle la Parisienne. Et le miracle, le seul de notre temps futile et sceptique, c’est que c’est Paris seul qui fait cela, cette transformation étonnante, radieuse, et cela tous les jours et quels que soient les drames ou les comédies qui secouent la ville…. »

Coquiot 27

coquiot 31

Ainsi Gustave Coquiot déroule les occupations de la Parisienne tout au long de la journée et des saisons. Du réveil, à la toilette et aux multiples attentions nécessaires pour préparer les premières sorties, de la promenade au Bois, à la visite chez le couturier, à la fréquentation des Courses à Longchamps ou Maisons-Laffitte, aux leçons de patinage, du five-o’clock tea, à la fréquentation du demi-monde, des bars, aux dîners sur les Champs, à la découverte des derniers artistes de spectacles de music-hall, aux tables de jeux, en été à Trouville aux bains de mer puis à Nice ou Monte-Carlo…

Toute la vie sociale est croquée parfois de manière piquante mais toujours sous la forme d’un vivant reportage des moeurs de l’époque, l’agilité de la plume de l’auteur lui donnant un relief particulier.

coquiot 37

coquiot 39

coquiot 40

coquiot 41

coquiot 42

Pour découvrir l’oeuvre de Lobel-Riche, vous pouvez consulter les deux monographies présentées ci-après, l’une parue en 1930, l’autre en 1946. Ces ouvrages proposent après de brefs  commentaires, une série de planches des plus marquantes illustrations de l’artiste.

coquiot 43

coquiot 45

coquiot 44

coquiot 60

coquiot 65____________________

coquiot 20COQUIOT (Gustave). Poupées de Paris Bibelots de luxe. Paris, Librairie de la collection des dix A.Romagnol, 1912. Un volume in-4 (30 cm x 22 cm), 127 pp.

Compositions et gravures originales (40) de Lobel Riche.

Un des cent soixante-huit exemplaires sur papier vélin d’Arches contenant l’état terminé de toutes les illustrations avant la lettre.

Broché. Une légère trace de mouillure sur le second plat.

Bon exemplaire.

Vendu.

Pour consulter nos bibliographies c’est là .

__________

coquiot 21BOISSY (Gabriel). Lobel-Riche. Préface par Alphonse Séché. De la collection  » Les Artistes du Livre » (onzième volume). Paris, Henry Babou, 1930. Un volume petit in-4 (26,5 cm x 21 cm), 32 pp.

1 lettre lettre préface en fac-simile.

1 auto-portrait frontispice de Lobel-Riche.

22 planches hors-texte.

Un des 650 exemplaires sur papier vélin.

En feuilles sous couverture rempliée.

Pour acheter c’est ici .

Pour consulter nos bibliographies c’est .

__________

Margerit 1MARGERIT (Robert). Lobel-Riche. Peintre-graveur. Le Livre de Plantin, 1946. Un volume in-4 (30, 5 cm x 24 cm), 66-(2) pp.

1 frontispice, 1 photo de Lobel-Riche (Laure Albin-Guillot), une suite de 89 planches de Lobel-Riche.

Un des quatre cent quatre vingt dix exemplaires sur papier de Rives. Exemplaire signé par Lobel(Riche.

En feuille sous couverture rempliée et étui (fendu sur 3 cm mais sans manque).

Pour acheter c’est ici .

Pour consulter nos bibliographies c’est .

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*