Commentaire de COLETTE. Lithographies de Reine CIMIERE. Paris.

Même si Colette avait gardé son solide accent bourguignon, elle était devenue parisienne dans le sillage de son mari Willy et sa dernière résidence au Palais Royal, l’ancrait définitivement à la capitale. C’est pourquoi sans doute, elle a accepté de commenter les lithographies de Reine Cimière qui déclinent au long des pages,  ses vues de Paris.

Nous avons déjà l’occasion d’évoquer l’œuvre de l’écrivain dans des pages précédentes du blog pour vous présenter deux ouvrages : L’envers du music-hall et Paris de ma fenêtre.

Colette a beaucoup déménagé dans Paris mais chaque nouveau quartier était pour elle une province à découvrir tant la capitale recelait de villages différents avec leurs différents univers . Reine Cimière les campe dans ses lithographies qui montrent une prédilection pour des endroits un peu oubliés comme les décrit Colette : « Il semble que Reine Cimière, aille d’instinct à ce qui est, dans Paris, ensemble exploité et mal connu, évident et riche de mystères, vétuste mais échauffé par l’usage quotidien, sévère et adouci par la familiarité des générations. Ce que l’homme abandonne peut demeurer beau, mais s’attriste…. ». Ainsi nous découvrons sous des angles peu communs : I. La Cité, II. Le puits de Cluny, III. Vieille rue (Montmartre), IV.Impasse Barbette, V.Le parc Monceau, VI. Les Halles, VII. La Seine devant le Louvre, VIII. Tondeurs de Chiens, IX. Marché aux fleurs, X.Rue de Birague, XI. La conciergerie (salle Saint-Louis), XII. Une rue à Bercy, XIII. La Salpétrière, XIV. Sur le bas-port (Pont-Neuf), XV. Fontaine de Médicis, XVI. Les abattoirs de la Villette, XVII. La cour de Rohan, XVIII. Vieille cour (Quartier du Temple), XIX. La place du Tertre (La crémaillère), XX. Bords de Seine.

Et même si une seule planche représente la vie grouillante des Halles, Colette s’y attarde avec gourmandise décrivant le pittoresque de l’endroit et ses amis Carco et Mac Orlan qui comme le peintre Dunoyer de Segonzac, fréquentent les lieux.

Et maintenant quelques mots sur Reine Cimière, la lithographe. La base de la BNF est quasiment muette même pas de date de naissance et de décès. En cherchant un peu, la date de naissance est trouvée, 1914 et aussi quelques reproductions de tableaux. Une allusion de Colette dans son commentaire évoque Lyon, Reine Cimière a aussi illustré un ouvrage d’Edouard Herriot, le célèbre maire de la capitale des Gaules. Dans son commentaire, Colette évoque aussi la jeunesse de l’artiste, ce qui pourrait correspondre à la date de naissance mentionnée et le fait qu’elle n’est pas parisienne. La trace de René Cimière s’annonce incertaine, un lecteur peut-être en sait-il plus ?

Cet ouvrage sur Japon avec ses deux suites sur Japon ancien et sur Japon mince serait déjà intéressant par lui-même mais il s’agit probablement de l’exemplaire de Colette. En effet les huit pages de commentaire en introduction aux lithographies de Reine Cimière sont largement biffées au crayon et portent aussi une correction manuscrite de quelques mots et de virgules à l’angle bleue. Il est possible que Colette envisageait de réutiliser son texte corrigé pour une autre publication. Il est vrai qu’elle reprenait parfois certains de ses articles déjà parus dans la presse parisienne pour de nouveaux livres comme cela avait été le cas pour ceux déjà présentés dans ce blog (L’envers du music-hall et Paris de ma fenêtre) qu’elle faisait publier ensuite illustrés par des artistes de qualité comme Jacques-Emile Laboureur et André Dignimont.

Quoiqu’il en soit cet ouvrage avait attiré l’attention des pouvoirs publics puisqu’un exemplaire hors-série avait été imprimé spécialement pour Monsieur et Madame Neville Chamberlain et leur avait été offert par le Ministre de l’Education Nationale français, lors du voyage à Paris du Premier Ministre et Madame Chamberlain le 25 Novembre 1938.

___________________________________________

COLETTE. Paris. Editions du Club de France, 1938. Un volume (34,5 cm x 26,5 cm). 8 pages de Commentaire de Colette des lithographies de Reine Cimière.

Lithographies originales de Reine Cimière : grand in-texte (1), cul de lampe (1), hors-textes (20)

Exemplaire sur Japon comportant des corrections au crayon et à l’encre bleue de Colette.

En feuilles sur Japon sous couverture (Commentaire de Colette, 8 pp. 20 lithographies, 1 grand in-texte, 1 cul-de-lampe). 2 portefeuilles contenant les suites complètes sur Japon nacré et sur Chine. L’ensemble sous étui.

Réservé .

Pour consulter nos bibliographies c’est .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*