RIVIERE (Henri). Les trente-six vues de la Tour Eiffel.

 

Henri Rivière (1864-1951) débute sa carrière d’artiste par le dessin puis par la gravure en taille douce et spécifiquement l’eau-forte à partir de 1882. La même année, il devient secrétaire de rédaction de la revue du Chat noir. Il est aussi metteur en scène et scénographe du théâtre d’ombres du Chat noir dont il assure la direction artistique jusqu’à la fermeture du cabaret en 1897. Il séjourne régulièrement en Bretagne qui devient une de ses terres d’inspiration tout comme les estampes japonaises qu’il collectionne.

rivière 20rivière 2A l’époque, les peintres s’inspirent de l’esthétique japonisante. Dans les Trente-six vues de la Tour Eiffel, Henri Rivière reprend le principe initié par le peintre japonais Hokusai dans ses trente-six vues du Mont Fuji, à savoir une série comportant le même motif.

Les trente-six vues de la Tour Eiffel montrent la Tour prise sous différents angles vue depuis différents lieux du début à la fin de sa construction.

Les trente-six vues sont les suivantes : 1.Frontispice, 2. Les Chantiers de la Tour Eiffel, 3. La Tour en construction, 4. En haut de la Tour, 5. Rue Beethoven, 6. Des jardins maraîchers de Grenelle, 7. Du Pont des Saints Pères, 8. Du Quai de la Conférence, 9. De Notre-Dame, 10. Du Boulevard de Clichy, 11. Du Point-du-Jour, 12. Fête sur la Seine , le 14 juillet, 13. Du Quai de Passy, 14. De la rue Lamark, 15. De la rue rivière 9rivière 8Rochechouart, 16. Du Quai de Passy, par la pluie, 17. En bateau-mouche, 18. Du Quai de Grenelle, 19. De la rue des Abbesses, 20. Du Pont de Grenelle, 21. Sur les toits, 22. Du bois de Boulogne, 23. De la place de la Concorde, 24. De l’île des Cygnes, 25. Dans la Tour, 26. Du Pont d’Austerlitz, 27. Derrière l’élan de Frémiet (Trocadéro), 28. Du Quai de Javel (baraque d’aiguilleur), 29. Du rivière 40Bas-Meudon. Vieux lavoir, 30. rivière 15Ouvrier plombier dans la Tour, 31. Du Quai de Passy-Charboniers, 32. De la gare du Bas-Meudon, 33. De L’Estacade, 34. Des jardins du Trocadéro, l’automne, 35. Les péniches, 36. Le peintre dans la Tour.

Les cadrages sobres et élégants choisis par l’artiste donnent à la Tour Eiffel, une personnalité particulière alors qu’elle n’était pas encore devenu un symbole de Paris. Au début du 20e siècle, Les contestations de cette architecture de fer restaient encore nombreuses.

Ce livre précieux concentre tous les savoir faire des artistes de l’époque. Outre les célèbres trente-six vues d’Henri Rivière, la lettre des titres, le Prologue, les fleurons, cachets et marques ont été dessinés par Georges Auriol, la reliure du volume semé de fleurs d’iris ainsi que l’étui a été exécutée par Charles Baron.

rivière 70

rivière 5

rivière 4

_____________________

rivière 50RIVIERE (Henri). Prologue d’Arsène ALEXANDRE.  Les trente-six vues de la Tour Eiffel. Paris, Imprimerie Eugène Verneau, 1888-1902. Un volume oblong in-4 (23,5 cm x 29 cm), 4-36-2 pp.

36  planches d’Henri Rivière. Les lettres des titres, le prologue d’Arsène Alexandre, les fleurons, cachets et marques ont été dessinés par Georges Auriol. La reliure du volume a été exécutée par Charles Baron.

Un des 500 exemplaires numérotés sur papier teinté à la forme spécialement fabriqué par la Papeterie de rivière 60Rives. Signé par l’auteur.

Cartonnage de l’éditeur avec semis d’iris gaufrés, titre en rouge et noir estampé sur le premier plat. Etui décoré d’un semis d’iris (restauré).

Si vous êtes intéressé par cet ouvrage, vous pouvez nous écrire à : contact@paris-libris.com

Pour consulter nos bibliographies c’est.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*