GUILBERT (Abbé). Description historique des château, bourg et forest de Fontainebleau.

  Quand on évoque un « Chateau royal » en région parisienne, spontanément vient à l’esprit Versailles et l’on oublie souvent Fontainebleau alors que l’endroit beaucoup moins fréquenté par la cohorte des cars de touristes, mérite lui aussi des visites approfondies. Fontainebleau dans l’imaginaire collectif français, ce sont souvent les adieux de Napoléon avant son départ à l’Ile d’Elbe en 1814 mais Fontainebleau c’est aussi une demeure royale depuis le Moyen-Age. François Ier fait raser le vieux château féodal et édifier un logis de style Renaissance qui devient sa demeure favorite. Dans cet endroit le roi organise un véritable foyer de l’Art de la Renaissance. Il invite des artistes italiens qui en […]

BEGUILLET (Edme). PONCELIN (Jean-Charles). Description de Paris et de ses plus beaux monuments.

  Trois personnages participent à la réalisation de cet intéressant ouvrage sur Paris. Edme Beguillet avocat au Parlement de Dijon, conseiller du roi et notaire à Dijon qui a rédigé de nombreux ouvrages sur l’agriculture, l’économie rurale et l’oenologie.  Il meurt en 1786. Manifestement, il n’a pu mener à bien l’entreprise projetée car c’est Jean-Charles Poncelin de la Roche-Tilhac (1746-1828) qui poursuit la rédaction des deux derniers livres. Il a été chanoine de Notre Dame de Montreuil Bellay (Anjou), docteur en droit puis achète une charge de conseiller à la table de marbre, devient avocat et s’établit à Paris. Auteur de compilations historiques, juridiques et de publication semi- périodiques, il est […]

RIVIERE (Henri). Les trente-six vues de la Tour Eiffel.

  Henri Rivière (1864-1951) débute sa carrière d’artiste par le dessin puis par la gravure en taille douce et spécifiquement l’eau-forte à partir de 1882. La même année, il devient secrétaire de rédaction de la revue du Chat noir. Il est aussi metteur en scène et scénographe du théâtre d’ombres du Chat noir dont il assure la direction artistique jusqu’à la fermeture du cabaret en 1897. Il séjourne régulièrement en Bretagne qui devient une de ses terres d’inspiration tout comme les estampes japonaises qu’il collectionne. A l’époque, les peintres s’inspirent de l’esthétique japonisante. Dans les Trente-six vues de la Tour Eiffel, Henri Rivière reprend le principe initié par le peintre […]