LARGUIER (Léo). Bois de Louis JOU. Photos de MAX-DEL. Les Ilots glorieux et insalubres de Paris.

 

Pour des raisons qui semblent inexpliquées, cet ouvrage dont la richesse iconographique est certaine, est généralement négligé. Un texte de Léo Larguier, quatorze bois gravés en deux teintes (un large encadrement gravé sur la couverture, une lettrine et douze illustrations à pleine page) de Louis Jou et  trente extraordinaires photographies en noir de Max-Del constituent un ensemble d’une rare qualité. Il restitue les zones classées insalubres  qui firent l’objet de projet de réhabilitation prioritaire dès 1920. De ce livre se dégage une singulière atmosphère, celle d’un Paris plongeant dans les siècles passés et singulièrement vivant.

AVT_Leo-Larguier_5567Léo Larguier (1878-1950). De ses Cévennes natales, il arrive à Paris vers l’âge de 20 ans. Il se consacre à la poésie et s’installe à Saint-Germain-des-Prés dont il sera l’historien attitré. Il a écrit de nombreux ouvrages, romans, critique, essais, pièces de théâtre. Il est élu en 1936 à l’Académie Goncourt où il siégera jusqu’à son décès.

Sur le site de Paris-Libris vous pourrez aussi trouver d’autres ouvrages de Léo Larguier, ici.

presseLouis Jou (1881-1968) est un peintre et graveur bien connu des bibliophiles par ses livres illustrés et aussi pour ses qualités de typographe. Jeune catalan, Louis Jou part pour la France en 1906. En 1908, il créé avec François Bernouard la Belle Edition où il peut exprimer ses talents de typographe, de graveur et de compositeur de texte. Il fréquente le milieu artistique de l’époque et obtient des commandes dans la revue de Jean Cocteau « Schéhérazade ». Il publie des dessins dans l’Assiette au beurre, le Témoin, Le Courrier français, Le Froufrou. Il donne aussi plusieurs gravures à la revue d’art Byblis. Il quitte Paris en 1939 pour se réfugier aux Baux de Provence. Il y compose ses plus belles réalisations. Xylographe, graveur sur métal, il dessine et fond ses propres caractères rendant son travail unique et particulièrement recherché. Parmi les ouvrages illustrés par Louis Jou nous citons : Le Prince de Machiavel (1921), Thaïs d’Anatole France (1924), L’art du Livre de A.Suarès (1928), Les Essais de Montaigne (1934-1935-1936), Les Oraisons funèbres de Bossuet (1939), Adolphe de Benjamin Constant (1953), Les Bucoliques baussenques (1954), Le Cantique des cantiques (1955).

La fondation Louis Jou rassemble son oeuvre dans le village des Baux de Provence où il avait acheté une maison en 1921.

larguier 4larguier 5Larguier déambule au coeur de Paris  dans les troisième et quatrième arrondissements.  « L’arrondissement a l’air d’avoir été classé par une commission historique qui n’en prendrait aucun soin et le laisserait à l’abandon. C’est une antique province décrépite où l’on exerce mille petits métiers en chambre » et il se prête à l’évocation historique dont seuls les immeubles à l’abandon garde la trace puisque leurs habitants laissent les vieilles pierres progressivement tomber en ruine. Il s’attarde sur la population locale et évoque les multiples activités du petit peuple de Paris, du lointain passé à l’époque contemporaine au sortir de la guerre.

Ce sont les bois de Louis Jou et surtout les trente photos en noir et blanc de Max-Dell qui traduisent l’atmosphère des lieux et qui font la richesse de l’ouvrage.

larguier 6larguier 7La seule table des matières des photographies invite à la découverte. Les lieux existent encore aujourd’hui, certains lourdement restaurés. On regrette presque la lèpre des murs passés. Le grand format des photos (38 cm x 28 cm) tirées en héliogravure permet de découvrir de multiples détails qui rendent ces vues si vivantes.

1. Rue du Maure, 2. Noblesse, réserve, silence s’inscrivent dans le filigrane aérien des balcons en fer forgé, 3. Hôtel de Montmorency. – Un coin de la cour intérieure, 4. Auberge du XVe siècle, rue Michel-le-Comte. (Vieux puits.), 5. Angle de la rue Brise-Miche et de la rue Pierre-au-Lard, 6. Porte ancienne , rue Quincampoix, 7. Maison du sacristain de l’église Saint-Nicolas-des-Champs, 8. Cour intérieure, rue Chanoinesse, 9. Vieilles maisons, rue Quincampoix, 10. Vieille maison, rue de la Verrerie, 11. Détail du porche de l’église Saint-Merri, 12. passage des Quatre-Voleurs, reliant la rue du Vert-Bois à la rue larguier 8larguier 9Notre-Dame-de-Nazareth, 13. Maison du poète Scarron au coin de la rue de Turenne et de la rue Villehardouin, 14. façade de l’Hôtel d’Albret, rue des francs-Bourgeois, 15. Dans la rue Quincampoix, les vieux hôtels du passé sont devenus très accueillants…, 16. Maison de Nicolas Flamel, rue de Montmorency, 17. Un déménagement au coin de la rue des Blancs-Manteaux, 18. façade du Presbytère de Saint-Merri, sur la rue de la Verrerie, 19. Rue des Rosiers, 20. Une porte de l’Eglise Saint-Nicolas-des-Champs, 21. Vieille maison, rue Beaubourg, 22. Balcon de l’Hôtel de la grange, rue de Braque, 23. Rue de Venise, 24. Hôtel de Montmor, rue du Temple, 25. Des logis de maréchaux ou de financiers sont devenus des ateliers…, 26. Rue Quincampoix, 27. Petit hôtel d’Estrée, rue des Gravilliers, 28. Rue Saint-Bon, 29. Rue Volta, maison à pans de bois (XIIIe ou XIVe siècle), 30. Notre-Dame de Paris, vue de l’Ile Saint-Louis.

larguier 13

______________________

LARGUIER (Léo). Les Ilots insalubres et glorieux de Paris. Paris, Les Editions du Laurier noir, 1945. Un volume in-folio (39 cm x 29,5 cm), 62  pp.

larguier 1larguier 2Quatorze bois originaux de Louis Jou.

Trente photographies de Max-Del.

Un des trois cent exemplaires numérotés sur papier B.F.K de Rives.

En feuilles sous couverture illustrée, emboîtage et coffret d’éditeur. Etui et emboîtage un peu défraîchis. Intérieur parfait.

Frais d’expédition offerts. pour acheter c’est ici.

  1. Bonjour. A propos du livre « Ilots glorieux et insalubres de Paris » votre notice présente les personnalités que sont l’auteur: Léo Larguier ; le graveur : Louis Jou. Mais quid du photographe : Max Del dont vous qualifiez les photographies d’extraordinaires. Merci si vous pouvez m’apporter des précisions sur cet artiste fort intéressant au sujet duquel je n’ai rien trouvé. Cordialement. E Boyer .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*