BERNARD (P.) COUAILHAC (L.) GERVAIS, LEMAOUT (Emm.). Le jardin des plantes

 

Aujourd’hui l’occasion nous est offerte d’évoquer un des plus brillants éditeurs du XIXe siècle, Léon Curmer.

Vignette représentant Henri Curmer parue dans Les Français peints par eux-même.

Henry Léon Curmer (1801-1870) est célèbre chez les bibliophiles pour la qualité de ses ouvrages  richement illustrés. Il commence par entreprendre des études juridiques mais rapidement il s’installe comme libraire. Ses éditions particulièrement coûteuses lui valent de connaître la faillite en 1845 mais il va toutefois continuer ses publications jusqu’en 1865. Il fait appel aux plus grands illustrateurs de son époque comme Charles-François Daubigny, Honoré Daumier, Paul Gavarni, Tony Johannot ou encore Ernest Meissonier. Particulièrement novateur, il lance des produits de luxe qui trouvent leur légitimité dans les exploits techniques et dans la valeur didactique informative des vignettes. Il a recourt à la chromolithographie pour reproduire en couleurs des manuscrits enluminés et aussi à la photographie. Parmi ses ouvrages les plus connus : Paul et Virginie (1836-1838) un des fleurons du livre romantique, Les Français peints par eux-mêmes (1839-1842), encyclopédie morale et critique de la France de Louis-Philippe ou Le livre d’heures de la reine Anne de Bretagne (1861).

Situé dans le 5e arrondissement, le Jardin des plantes est le lointain successeur du Jardin royal des plantes médicinales créé par Guy de La Brosse en 1626 et qui est ouvert au public dès 1633. Au XVVIIIe siècle, le naturaliste Buffon nommé surintendant du Jardin du roi en 1739 en assurera la direction jusqu’à sa mort en 1788. A la Révolution le Jardin prend le nom de Jardin des plantes et l’établissement scientifique devient le Museum national d’histoire naturelle par décret de la Convention en juin 1793. En 1791, Bernardin de Saint-Pierre est nommé intendant du jardin et il créé en 1793 la ménagerie. En 1802, Georges Cuvier élabore les premières galeries d’Anatomie comparée ouvertes au public en 1806. En 1836, les grandes serres et en 1837 la galerie de Minéralogie et de Géologie sont  inaugurées. Puis seront successivement ouvertes la galerie de Zoologie en 1889 (Grande galerie de l’Evolution), la galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée (1898) puis la galerie de Botanique (1935).

Plan topographique du Jardin des plantes.

Toutes les entreprises éditoriales de Curmer sont minutieusement préparées. Le choix des auteurs et des illustrateurs, l’impression des vignettes, les papiers, etc… Chaque livre mobilise une importante mise de fond et une trésorerie confortable pour faire face au décalage entre le règlement des fournisseurs et les ventes des ouvrages. Il mettra près de dix ans pour écouler les  exemplaires de Paul et Virginie.

Panorama du Jardin des plantes pris du kiosque du grand labyrinthe.

Curmer s’est personnellement rendu au Jardin des plantes avec ses illustrateurs Meissonier et Français pour se documenter sur lieu. Il choisit aussi avec soins ses auteurs avec un journaliste  et aussi auteur de théâtre Louis Couailhac et un naturaliste, botaniste et ornithologue Emmanuel Le Maout. Son ouvrage, outre la qualité du texte scientifique, dispose d’une riche iconographie faisant de l’ensemble une des réussites éditoriales de Curmer même si elle va accélérer sa faillite financière.

Et pour les scientifiques, je reproduis les principaux chapitres de cet ouvrage qui se lit très facilement même si ces sujets ne sont pas toujours familiers.

Volume I. Introduction historique. Première partie. Aspect général du Jardin. Seconde partie. Vallée Suisse. Ménagerie, Singerie, Faisanderie, Fossés aux ours, Parcs. Troisième partie. L’Ecole de Botanique. Les Carrés, Les Serres, Les Galeries. Quatrième partie. Cabinet d’anatomie comparée. Cinquième partie. Galerie de minéralogie et de géologie. Sixième partie. Galeries de zoologie. Classification générale des trois règnes de la nature. Règne minéral. Règne végétal. Règne animal.

Volume II. Septième partie. Les oiseaux. Circulation des oiseaux. Vol des oiseaux. Ostéologie des oiseaux. Sens des oiseaux. Chant des oiseaux. Voyages des oiseaux. Ordre des rapaces. Ordre des passereaux. Ordre des grimpeurs. Ordre des gallinacés. Ordre des échassiers. Ordre des palmipèdes. Huitième partie. Les reptiles. Ordre des chéloniens. Ordre des sauriens. Ordre des ophidiens. Ordre des batraciens. Neuvième partie. Les poissons. Ordre des acanthoptérygiens. Ordre des malacoptérygiens abdominaux. Ordre des malacoptérygien subbrachiens. Ordre des malacoptérygiens apodes. Ordre des chrondroptérygien sturioniens. Ordre des chondroptérygien sélaciens. Ordre des chondroptérygiens cyclostomes. Dixième partie. Embranchement des animaux articulés. Classe des insectes. Ordre des coléoptères. Ordre des orthoptères. Ordre des névroptères. Ordre des hyménoptères. Ordre des lépidoptères. Ordre des hémiptères. Ordre des rhipiptères. Ordre des diptères. Ordre des parasites. Ordre des thysanoures. Classe des pyriapodes. Classe des arachnides. Classe des crustacés. Classe des cirrhipèdes. Classe des vers. Ordre des rotateurs. Ordre des helminthes.

___________________________

BERNARD (P.) COUAILHAC (L.) GERVAIS, LEMAOUT (Emm.). Le jardin des plantes. Description complète, historique et pittoresque du Muséum d’Histoire naturelle, de la ménagerie, des serres, des galeries de minéralogie et d’anatomie, et de la vallée suisse. Moeurs et instincts des animaux, botanique, anatomie comparée, minéralogie, géologie, zoologie. Paris, L.Curmer, 1842 et LEMAOUT (Docteur Emm.). Le jardin des plantes. Description complète, historique et pittoresque du Muséum d’histoire naturelle. (Oiseaux, reptiles, poissons, insectes et crustacés). Paris, L.Curmer, 1843.  Deux volumes in-4 (27 cm x 18,5 cm), XXIV-416-664 pp.

1 plan dépliant (Jardin des plantes), 2 planches doubles (Flore des deux labyrinthes et Panorama du Jardin pris du kiosque du grand labyrinthe, 137 planches hors texte dont 11 coloriées et 600 vignettes dans le texte.

Reliure uniforme (percaline) pour les deux volumes signée Guignard relieur en queue du 2e volume. Plats encadrés de filets dorés et ornés d’un monogramme doré (A.B). Dos à caissons ornés de filets dorés. Titre doré et nom de l’éditeur doré en queue. Tranches dorées. Doublures et gardes moirées crême. Quelques feuillets jaunis. Traces de frottement sur les bordures.

Intéressant exemplaire de cette magnifique édition de Curmer.

Vendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*