CAMDEN (William). Annales rerum Anglicarum et Hibernicarum regnante Elizabetha.

Aujourd’hui, nous quittons Paris pour aller vers l’Angleterre et la période élisabethaine avec William Camden célèbre historien anglais. Par un fil tenu, cet auteur a de lointains liens avec Paris. C’est dans sa maison familiale, que mourut en exil Napoléon III. Camden Place, ce nom vous dit certainement quelque chose. Mais revenons à notre livre.

William Camden (1551-1623) prit part très tôt aux controverses religieuses qui agitaient le royaume anglais et s’attira certaines inimitiés. Malgré ces incertitudes, il obtint en 1575, la sous-direction de Westminter School. C’est vers cette époque qu’il entre en contact avec le géographe Abraham Ortelius et avec le jurisconsulte français Brisson en mission diplomatique à Londres. Comme les professeurs  de la Renaissance, il correspondait avec tous les savants européens. Il publie en 1586 son ouvrage fameux : Britannia, sive florentissimorum regnorum Angliae, Scotiae, Hiberniae, et Insularum adjacentium ex intima antequitate chrorographica Descriptio. Quatre ans plus tard (1590) paraissait la cinquième édition, dédiée à la reine Elisabeth, et il publiait presque aussitôt la sixième (in-fol) avec de considérables additions. Devenu titulaire de son école (1593), Camden publie : Institutio Graecae Grammatices compendiaria (1597).  En 1600 il rédige, une liste raisonnée des épitaphes de l’abbaye de Westminster : Reges, Reginae, Nobiles et alii in ecclesia collegiata B.Petri Westmonasterii sepulti, qu’il complète en 1603 et en 1606. En même temps (1603), il faisait imprimer à Francfort une collection de vieux chroniqueurs : Anglica, Normannica, Hibernica, a veteribus scripta. En 1605 parurent ses Remains,  recueil d’extraits ou de notes dont il s‘était servi pour la rédaction de sa Britannia. Lors de la conspiration des Poudres, il fut chargé officiellement de traduire en latin le compte rendu du procès : Actio in Henricum Garnetum, Societatis Jesuiticae in Anglia superiorem et caeteros (1607). Enfin, en 1615, il publie ses Annales rerum Anglicarum et Hibernicarum, regnante Elizabetha, ad annum Salutis MDLXXXIX, livre qui eut un succès au moins égal à celui de Britannia. La seconde partie (qui conduit à 1603) ne parut cependant qu’en 1625, à Leyde.

Camden IIIEn rédigeant ses Annales sur le règne de la reine Elisabeth Iere, Camden célébrait : « the memory of that Princess wich amongst Englishmen ought ever to be grateful and sacred ». Il choisit non pas de mettre en valeur directement les mérites de la reine mais de préparer un travail solide basé sur les preuves issues des documents d’Etat et de tracer le bilan des réalisations royales année par année. En 1597, William Cecil conseiller de la reine pendant la majeure partie de son règne lui facilita Camden IIl’accès à ces documents. camden ILa première partie des annales couvrait le règne d’Elisabeth Iere jusqu’en 1598, elle paraissait à Londres en 1615. La seconde partie couvrant le règne de la reine de 1599 à sa mort (1603) fut complétée jusqu’en 1617 mais elle ne fut pas publiée avant la mort de l’auteur survenue en 1623.

Rédigé en latin, la langue savante, notre ouvrage était réservé à l’élite de l’époque. Comme si en l’éditant à l’étranger et dans une langue peu accessible aux communs des mortels, il fallait échapper Camden Vaux éventuelles poursuites liées à son contenu. L’Angleterre connaissait une période de controverses religieuse et politique profondes qui allait agiter le royaume anglais pendant longtemps.

camden VIIINotre livre est une production de la célèbre dynastie des Elzevier qui, depuis la fin du XVIe et jusque au début du XVIIIe publièrent plus de deux mille titres  célèbres pour leur typographie novatrice qui permettait d’imprimer une grande quantité de texte dans des ouvrages de petits format.

Les Elzevier ont souvent édité les écrivains en délicatesse avec le pouvoir. Les Maximes de la Rochefoucauld (1664) et les Provinciales de Pascal (1657) virent leurs premières éditions sortirent des presses de ces imprimeurs réputés.

____________________

Camden VICamden VIICAMDEN (William). Annales rerum Anglicarum et Hibernicarum regnante Elisabetha. Leyde, Elzevier, 1625. Un volume in-8 (19 cm x 13 cm), 12 pp (Au lecteur), Frontispice, 16 pp (Apparatus) 855 pp + (40) pp index.

Notre ouvrage contient un titre gravé et un frontispice  » Elisbet D.G.Angliae, Franciae, et Hiberniae, Régina  » gravé en taille douce par Crispin van Queboren.

L’ouvrage comprend quatre partie : Historiarum Elisabethae Angliae, &c, Reginae, pars prima, M.D.LVIII., Historiarum Elisabethae, Angliae, &c Reginae, pars secundum, M.D.LXX., Historiarum Elisabethae, Angliae, &c. Reginae, pars tertia, M.D.LXXXI., Tomus alter qui nunc demum prodit, sive pars quarta, Historiarum Elisabethae, Angliae, &c, Reginae, pars quarta, M.D.LXXXIX.

Il s’agit de la première édition parue après la mort de Camden et éditée par les Elzevier. Elle poursuit l’histoire du règne d’Elisabeth Ière sur la période de 1599 à 1603. Cette partie est en édition originale. L’ouvrage est rédigé en latin.

Plein vélin à rebord d’époque. Dos abîmé avec un manque de peau. 1er plat taché et un petit manque au second plat.

Rare édition dans sa reliure d’époque de cette célèbre Histoire de la plus célèbre reine anglaise.

Frais d’expédition offerts. Pour acheter c’est ici.

Pour consulter nos bibliographies c’est .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*