HESSE (Raymond). Illustrations de Gabriel BELOT. Voyage de la rue des Ecouffes à la rue des Rosiers.

Raymond Hesse (1884-1967) juriste, écrivain et bibliophile. Il fait paraître de nombreux ouvrages de luxe illustrés par de grands noms de l’époque : Vertès, Hémard, Dubout. Son plus grand succès « Riquet à la houpe et ses compagnons » fut illustré par Gus Bofa. Il publie aussi quelques ouvrages de référence sur les sociétés de bibliophiles.

belotGabriel Belot (1882-1962). Illustrateur graveur. Gamin des faubourgs, il se forme en autodidacte ayant commencé sa vie professionnelle en usine. En 1913, il expose pour la première fois au Salon des Indépendants. Il devient sociétaire de La Société Nationale des Beaux Arts et vice président de la Société de gravure originale. En 1917 paraît l’île Saint Louis, recueil de poèmes en prose,  le premier livre que Gabriel Belot écrit, grave et tire lui-même. Dans les années 20 et 30, proches de tous ceux qui gravitaient autour du monde du livre, journalistes, auteurs, dessinateurs éditeurs, il produit peintures, gravures… qui rencontrent un certain succès, exprimant un talent tout à la fois classique et nouveau.

Hesse IIHesse IIIDans les années 30, l’éditeur Henry Babou édite 24 monographies d’artistes de l’époque (Les Artistes du Livre). Dans celle consacrée à Gabriel Belot rédigée par Camille Mauclair, l’ouvrage de Raymond Hesse sur la rue des Rosiers est ainsi commenté :  » De la rue des Ecouffes à la rue des Rosiers, où M.Raymond Hesse a étudié les types d’une colonie de pauvres Juifs. L’artiste a pénétré tous les détails familiers de leur vie souffreteuse avec une force extrême : les tares, les roueries, les obstinations fanatiques, les tendres solidarités familiales de ces déracinés, de Hesse IVHesse VIces déshérités, sont saisies sur le vif et amalgamées dans cette pitié contemplative qui est la nature même de Belot : et le décor de ruelles étouffantes, sales et mornes accentue à souhait l’évocation »

 

RUE DES ROSIERS 1RUE DES ROSIERS 2Au 21e siècle, la rue des Rosiers a changé de visage. Les habitants, les passants et les magasins ne sont plus les mêmes. L’évocation de Raymond Hesse traduit par le trait de Gabriel Belot, garde le souvenir des vagues successives d’arrivants d’Europe centrale qui pour nombre d’entre eux, disparurent dans la tourmente de la seconde guerre mondiale.

____________________

Hesse VIIHESSE (Raymond). Voyage de la rue des Ecouffes à la rue des Rosiers. Paris, Blanchetières, 1923. Un volume in-folio (35 cm x 26 cm), sans pagination.

Vingt bois originaux du peintre graveur Gabriel Belot. Vingt croquis littéraires de Raymond Hesse accompagnés de lettres ornées en couleurs et d’ornements typographiques dessinés et gravés par l’illustrateur.

Un des cent quatre-vingt-quatre exemplaires sur vélin d ‘arches contenant l’état en noir et couleurs des bois, signé de l’auteur (initiales).

En feuilles sous couverture rempliée de l’éditeur.

«  Passant, si tu ignores ces êtres hâves dont la semelle porte encore le sable du désert interroge-les, et parle-leur de littérature, tu seras stupéfait…Ils te diront avec un tremblement dans leurs gestes : Avez-vous lu ?…Connaissez-vous ?…Toute la survie d’Israël est là. Un désir inquiet de savoir et de vivre quand même !  Dans les rues des Rosiers et des Ecouffes, l’âme visionnaire de Rembrandt règne encore toute sonore de lumière et d’ombre «.

Bel exemplaire.

Frais d’expédition offerts. Pour acheter c’est ici.

Pour consulter nos bibliographies c’est .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*