DUFOUR (Abbé Valentin). Les anciennes descriptions de Paris.

  L’abbé Valentin Dufour (1826-1896) ordonné prêtre en 1853, historien et archéologue fut aussi sous-bibliothécaire de l’Hôtel de Ville de Paris en 1866 et Bibliothécaire du chapitre de Notre-Dame à partir de 1867. Nous pouvons imaginer combien ces deux bibliothèques lui permirent surtout celle de l’Hôtel de Ville avant son incendie par les Communards, de se livrer à des recherches historiques approfondies. Il publia de nombreux ouvrages sur des thèmes parisiens, parmi lesquels nous pouvons citer : Les charniers des églises de Paris. Le charnier de l’ancien cimetière Saint Paul : Etude historique (Revue universelle des arts, 1866); Recherches sur les VII stations de Saint Denis (Aubry , 1872); La dance macabre […]

Les ruines de Paris et de ses environs. 1870-1871. Siège et Commune. Clichés de Alphonse.J.LIEBERT.

En juillet 1870, Napoléon III engage une guerre contre la Prusse qui le conduit rapidement à la défaite. Après la capitulation de Sedan, les armées prussiennes marchent sur la capitale et vont mettre le siège devant Paris. Le 4 septembre 1870, à la suite d’une journée d’émeute parisienne, l’Empire est renversé. Un gouvernement de défense nationale s’installe à l’Hôtel de Ville de Paris et poursuit la guerre contre les Etats allemands dont les troupes occupent le nord du pays. Paris est assiégée pendant un hiver exceptionnellement froid et connaît une grave famine. Le cessez le feu intervient le 26 janvier 1871. Le 28 janvier 1871, Jules Favre signe avec le […]

MAUCLAIR (Camille). Illustrations de Maurice DELCOURT. Les Camelots de la pensée.

Camille Mauclair (1872-1945, pseudonyme de Séverin Faust) est un poète, romancier, historien d’art, critique musical. Il a  rédigé plus de cent ouvrages et plusieurs milliers d’articles. Il collabore à de multiples revues ce qui en fait un fin connaisseur de la presse parisienne. Dans la première partie de sa vie, il apprécie l’avant-garde internationaliste et soutient les impressionnistes, l’art symboliste, Rodin, Debussy, Mallarmé. C’est aussi un ardent défenseur de la musique de Wagner. Mais après 1905, il condamne la modernité incarnée par les fauves et les cubistes, jusqu’à produire des écrits de plus en plus réactionnaires anti-bolchéviques et antisémites. Devenu nationaliste, il rejette une modernité picturale radicale. Les artistes contemporains […]