Montmartre a chanté. Illustrations de Georges Villa.

 

Aujourd’hui nous retournons à Montmartre. Ce quartier parisien a fait l’objet de nombreuses publications au tournant du 20e siècle et nous vous en avons déjà présenté quelques unes, vous pourrez les retrouver ici. Sur le site de Paris-Libris, vous avez un plus large choix encore, c’est ici.

Montmartre a chanté est consacré aux joyeux bardes de la  » Commune Libre ». Nous vous présentons deux ouvrages de cette série.

Le premier volume évoque la période allant de 1890 à 1910 environ. Les chansonniers de l’époque sont les successeurs des Hydropathes et du Chat-Noir.

Le célèbre cabaret montmartrois Le Chat-Noir sous l’impulsion de Rodolphe Salis a marqué de son empreinte tout un mouvement littéraire et artistique né sur la Butte. Pendant des années Salis avait réuni des poètes, compositeurs, humoristes, peintres, sculpteurs faisant de l’endroit le lieu d’une expression nouvelle rompant avec les autres spectacles parisiens et puis des successeurs avaient pris le relais.  Il existait encore à Montmartre d’autres cabarets assidûment fréquentés. Le Clou, l’Ane rouge (Avenue Trudaine), Le Carillon, rue de la Tour d’Auvergne, Le Cabaret des Quat’z’ Arts sur le boulevard de Clichy, Le Conservatoire de Montmartre (Boulevard Rochechouart), Le Tréteau de Tabarin, La Roulotte (Rue de Douai), La Boite à Fursy installé dans l’hôtel de l’ancien Chat-Noir, rue Victor Massé puis rue Pigalle à la place du Tréteau de Tabarin….

L’ouvrage contient les textes et musiques de chansons délicieusement illustrés par Georges Villa. Nous avons déjà eu l’occasion de vous présenter un ouvrage de Jean Richepin rehaussé de dessins de cet artiste : La chanson des gueux.

Et nous découvrons l’atmosphère montmartroise de l’époque avec : Le vieux tabouret de piano (Monologue extrait des Chansons de la Place Pigalle), Ballade en l’honneur d’un beau cou (Poème de Pierre Trimouillat), Le coeur du trouvère (Paroles de Jean Goudezks, musique de Désiré Dilhau), Colinette curieuse (Paroles de Jacques Ferny, musique de A.-F.Prestreau), A la Bien-aîmée (Paroles de Jean Meudrot, musique de Jean Verney), La chanson des bécots (Poésie extraite des Chansons gauloises d’Octave Pradels), Crève-coeur (Poème extrait des Soliloques du Pauvre de Jehan Rictus), Lettre à Nini (Paroles extraites du Gondolier de Montmartre de Lucien Boyer, musique de Lucien Boyer), J’ai rêvé de t’aimer (Paroles de Charles Fallot, musique de Gustave Goublier), Au beau coeur de mai (Paroles de Gaston Couté, musique de Luis Auguin), Histoire d’une jupe amarante et d’un pantalon de drap gris (Paroles et musiques de G.Colias (Georges Berr)), Franche ribaude (Poème de Léon D.de Bercy), La mode indiscrète (Paroles de Dominique Bonnaud, musique de Paul Marinier), Réclames galantes (Poésie de Jean Bastia), La défense du corset (Poésie extraite des chansons d’Humour de Vincent Hyspas; sur l’air d’Elle de Paul Delmet)

Le second volume évoque la production montmartroise entre 1914 et 1944 et que deux chansons la  » Madelon » (fille de la Première Grande Guerre Mondiale) et le  » Le Chant des F.F.I » (marche officielle de la Résistance) encadrent et délimitent. La Libération étant là, les chansonniers redevenaient eux-même et retrouvaient leur franc-parler. La Butte restait le refuge de la satire et le berceau de la chanson. De nouveaux chansonniers prenaient le relais de leurs glorieux aînés et nous découvrons au long des pages les multiples noms de ceux qui enchantèrent les cabarets montmartrois après la disparition du  » Chat-Noir et du  » Tréteau de Tabarin » et qui se produisaient notamment aux  » Dix-Heures » ou à la « Lune Rousse ».

L’ouvrage contient les textes de chansons délicieusement illustrés par Georges Villa : Catherine (Paroles de René-Paul Groffe, musique de M.Zimmermann), Le Photographe (Paroles et musique de Noël-Noël), Incompréhension (Monologue de Géo Charley), Les Parents (Paroles de Pierre Dac, musique de M.Zimmermann), Trois poissons rouges sur mon bureau (Monologue de Jean Rieux), La biche au bois (Poésie de Raymond Souplex, musique de Georges Matis), Nuances (Monologue de René Dorin), La dernière feuille (Poème inédit de Jean Marsac), Quand c’est aux autos de passer (Paroles de Paul Colline, musique de Paul Maye), Le pharmacien-épicier (Paroles de Gaston Secrétan, adaptation musicale de F.Vargues), Ramadiéra-boufticana (Monologue de Victor Vallier), Les Papillons de Nuit (Paroles de Ch.-A.Abadie, musique de M.Zimmermann).

Toutes ces chansons évoquent une époque aujourd’hui disparue. Ces livres, édités par la Société des Bibliophiles de Montmartre qui succéda en 1935 aux Bibliophiles du Cornet fondée en 1929 en gardent le délicieux souvenir. Les illustrations de Georges Villa ajoutent un charme supplémentaire à ces ouvrages à la réalisation particulièrement soignée.

Je termine cette page en vous présentant un artiste singulier. Un jeune ténor qui organise des conférences-concerts originales autour de thèmes variés (Expositions temporaires, collections muséales, quartiers de Paris, personnages illustres…). Pour en découvrir plus sur Grégoire Ichou, c’est ici. De plus, il vient de lancer son blog et une de ses récentes publications évoque Montmartre. Il nous a semblé judicieux de vous proposer cette page  : Un lapin agile et musical comme un écho à nos ouvrages de chansons montmartroises.

 

 

 

 

 

____________________________

Préface de George Chepfer. Des Quat’zarts à la lune rousse. Montmartre a chanté. Paris, Les bibliophiles de Montmartre, 1938. Un volume in-4 (28,5 cm x 24 cm), non paginé.

Gravures originales de Georges Villa.

Un des cent-vingt-cinq premiers exemplaires numérotés pour un sociétaire sur vélin royal de Vidalon.

En feuille sous emboîtage et étui (ornés d’un semis de fleurs).

Bel exemplaire.

Pour acheter c’est ici.

_____________

Préface par Valentin Tarault. Montmartre a chanté. Paris, Les Bibliophiles de Montmartre, 1946. Un volume in-4 (29,5 cm x 23 cm), non paginé.

Gravures originales de Georges Villa.

En feuilles sous couverture, emboîtage et étui couverts d’un semis de fleurs.

Un des cent premiers exemplaires numérotés nominatifs (au nom d’un Sociétaire) sur papier à la forme, vélin pur fil.

Notre exemplaire comprend une suite en noir des illustrations (41) sous un portefeuille couvert du même semis de fleurs que l’ouvrage. Le tirage annoncé de cette suite en noir, sur papier vélin blanc pur fil des Papeteries du Marais est de 12 exemplaires.

Notre ouvrage contient aussi le Menu des Bibliophiles de Montmartre (15 janvier 1947) illustré d’une gravure numérotée et signée par Georges Villa.

Bel exemplaire.

Pour acheter c’est ici.

_____________

Demain nous chanterons encore avec un ouvrage qui vient de paraître, Paris d’une chanson à l’autre, de Montmartre au Palais-Royal, édité par les Nautes de Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*