LAMBEAU (Lucien). La Villette. ROUQUET (Auguste). La Villette. Vie d’un quartier de Paris.

 

Nous poursuivons la présentation des ouvrages, Histoire des Communes annexées à Paris en 1859 rédigés par Lucien Lambeau, après BercyVaugirardGrenelleCharonneLa Chapelle-Saint Denis, nous évoquons aujourd’hui La Villette. Contrairement aux pages précédentes, nous prolongerons cette évocation avec un autre ouvrage consacré à ce quartier du Paris populaire, rédigé et illustré par Auguste Rouquet.

Limites de l’ancienne commune, reportées sur la carte dite des Chasses (1764-1773).

Plan de l’ancienne commune en 1859 d’après l’Atlas de Lefèvre.

Le village de la Villette trouve son origine dans un village gallo romain situé sur la voie romaine qui conduisait en Flandre. Au XIIIe siècle, La Villette-Saint Lazare était une dépendance de la léproserie Saint Lazare. C’est aussi sur ce territoire que se trouvait les fourches patibulaires et la prison.  Ce village agricole avec ses cultures de blé et de vigne participait à  l’approvisionnement de Paris. Sur cet espace Philippe Auguste fit construire un aqueduc souterrain pour acheminer l’eau captée au Pré-Saint-Gervais jusqu’à l’enclos Saint-Lazare.  L’Assemblée constituante en 1790 érige le village de La Villette en commune en 1790. Le XIXe siècle apporte de profonde transformation à ce lieu proche du centre de Paris. Au début du XIXe siècle, sur son territoire sont créés les canaux de l’Ourcq et le bassin de La Villette, le canal Saint-Denis. La navigation ainsi que l’arrivée du chemin de fer au milieu du XIXe siècle transforme le village qui concentre dorénavant une activité industrielle. La Villette sera entièrement annexée à Paris en 1859.

Il est difficile de résumer l’histoire du lieu et le plus simple est de reprendre en partie le détail de la table des matières.

Chapitre premier. Les anciens vocables de la Villette-Les trois seigneuries et justices se partageant le territoire de la Villette, avec leurs sièges et officiers-Le Baillage général de la Villette-Saint-Lazare-Le baillage de la Chapelle Saint-Denis-La prévôté de la Villette-Saint-Laurent ou fief du Cens Commun; Chapitre II. La vieille église Saint-Jacques-Saint-Christophe-Les trois paroisses de la Villette avant la Révolution-La nouvelle église Saint-Jacques-Saint-Christophe; Chapitre III. Les cimetières de la Villette-Le cimetière israélite de la rue de Flandre-Les croix de carrefours et de chemins-Le monastère de Sainte-Périne-Il est remplacé par une manufacture de rubans-La communauté de la Sainte-Famille-du-Sacré-Coeur-de-Jésus en reprend possession; Chapitre IV. Les biens possédés à la Villette par des Congrégations religieuses parisiennes et par l’Abbaye-de-Saint-Denis-La maladrerie de Pantin-Observations sur les lieux dits-Les domaines et maisons de campagne de la Villette habités avant la Révolution; Chapitre V. La culture de la vigne à la Villette-Le ban des vendanges-Le pressoir banal des religieux de Saint-Lazare-Il devient une maison de plaisance ou une ferme au XVIIIe siècle-Autres cultures que celle de la vigne à la Villette-Les vieilles familles paysannes-La vaine pâture de la commune-les chasses royales et la capitainerie de la varenne des Tuileries-Les guinguettes dans le passé-prescriptions imposées aux tenanciers-La danse et le tir au fusil!-Les jeux prohibés-les guinguettes au XIXe siècle;

Barrière du combat de l’enceinte des Fermiers Généraux. D’après Palaiseau vers 1819.

Chapitre VI. Les moulins à vent-Les carrières à plâtre-L’opération du bornage de Paris et de ses faubourgs, 1724-1728, au regard du Village de la Villette-L’enceinte des Fermiers généraux-La Rotonde de la Villette-Les guérites de la Villette et de Pantin-La Barrière du Combat-Les guérites de la Boyauderie et du Combat de taureaux-La suppression des droits d’entrée dans Paris-Les agrandissements de la Villette en 1790; Chapitre VII. La Villette pendant la Révolution-le cahier des revendications aux Etats généraux-Formation de la Municipalité-Les biens nationaux de la Villette-Dépôts d’armes, de munitions et de denrées-Les volontaires de 1792 fournis par la Villette-La conjuration des Hébertistes-la défense de Paris en 1814-1815 et les combats de la Villette-L’entrée des Alliées-La fuite de Varennes en 1791-Le passage de la garde impériale à la Villette en 1807-L’entrée de Monsieur, comte d’Artois en 1814-Charles X s’y arrête au retour de son sacre en 1825, et lors d’un voyage en 1828-Les événements de 1848 à la Villette-le second Empire;

Barrière de la Villette (Rotonde) de l’enceinte des Fermiers Généraux. D’après Palaiseau vers 1819.

Chapitre VIII. L’hygiène à la Villette-La manufacture de salpêtre ou nitrière-L’enlèvement des bouses et immondices-Le choléra de 1832 à la Villette-Les infections de la voirie de Montfaucon et du clos d’équarrissage-le dépotoir des vidanges-La Ville de Paris fait édifier le marché aux bestiaux et les abattoirs généraux-L’abattoir particulier de la commune de la Villette-Le bassin de la Villette et les canaux de l’Ourcq et de Saint-Denis-Les projets de Riquet et de Brullée-Les fêtes de patinage sur le bassin de la Villette pendant la Restauration-Projet de canal contre les inondations de Paris, en 1658-Le passage des eaux du Pré-Saint-Gervais à travers les terres de la Villette-L’alimentation en eau de la commune-Les pauvres, les ateliers de charité, l’Assistance à la Villette; Chapitre IX. Carrosses, voitures et transports en commun-Chemin de fer-marchés et marchands-Ecoles et enseignement-Eclairage public-Fêtes publiques et réjouissances-Le théâtre-Locaux des diverses mairies de la Villette-Les manifestations politiques-Les membres des diverses municipalités de la Villette-Les budgets et les emprunts-La Villette à travers les anciens plans; Chapitre X. Propreté, nettoiement des rues et enlèvement des boues-Plantation d’arbres-pavage des rues et trottoirs-Edification des maisons-Inscription des noms des rues et numérotage des maisons-Donations de terrains pour l’ouverture de voies nouvelles-Historique de certaines voies et chemins de la Villette à Paris en 1859.

Le Boulevard de La Villette.

Intégré dans Paris, le village de la Villette est un quartier populaire avec ses personnages pittoresques et ses métiers  comme celui des abattoirs. Auguste Rouquet dans son ouvrage, La Villette, vie d’un quartier de Paris s’attarde un après-midi au hasard des rues et nous restitue l’atmosphère particulière de l’endroit avant qu’il ne se banalise dans l’uniformité de la ville.

 » La Villette avec ses tribus d’étrangers, d’Auvergnats et de Juifs, conserve encore pour quelque temps son visage

Les Ecluses et le Canal de Saint-Denis.

ancien, bien caractérisé, et qui va se muer demain en un masque anonyme, celui de tous les quartiers neufs de la grande ville. La Villette ? c’est un gueux blafard, gouailleur et frondeur,  » mélange adultère de tout », qui fut de toutes les révolutions, qui aime les chansons, le bon vin et les filles, un peu dangereux quand il a bu ou quand il a faim, au demeurant vivant comme un rat dans le grenier de Paris ! Bientôt ce gueux-là crèvera un matin avec la dernière masure et ne sera plus qu’un souvenir, comme le vigneron du clos de Saint-Lazare ».

Le tueur de boeufs.

___________________________

LAMBEAU (Lucien). Histoire des communes annexées à Paris en 1859 publiée sous les auspices du Conseil Général. La Villette. Paris, Ernest Leroux éditeurs, 1926. Un volume in-4 (25,5 cm x 19 cm), 472 pp.

4 planches hors texte. Deux planches dépliantes : Un plan : La Villette limite de l’ancienne commune, un plan : La Villette plan de l’ancienne commune en 1859.

Broché.

Pour acheter c’est ici.

_______________

ROUQUET (Auguste). La Villette Vie d’un quartier de Paris. Paris, Editions du cygne, 1930. Un volume in-4 (24 cm x 19 cm), 187 pp.

Décorée de soixante-deux bois orginaux, lettrines et ornements de l’auteur.

Edition originale.

Broché.

Pour acheter c’est ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*