LAGARRIGUE (Louis). Cent ans de transports en commun dans la région parisienne.

 

Aujourd’hui un thème que nous n’avons pas encore abordé dans nos pages de blog, les transports en commun dans la région parisienne.

En quatre volumes Louis Lagarrigue raconte de 1855 à 1955 cent ans de transports en commun dans la région parisienne.

Tableau synoptique de la circulation des omnibus à correspondances de Paris. 1840.

Un décret impérial, en date du 22 février 1855 , prévoit la création de  la Compagnie Générale des Omnibus. En cent ans (1855-1955), le réseau des lignes de surface s’est considérablement étendu dans Paris et la banlieue proche. Il transporte chaque jour sur près de 1400 kilomètres de lignes, 26000000 de voyageurs.

Après les années 60, la densification de la région parisienne allait provoquer d’importants aménagements du réseau mais il est intéressant de connaître la genèse d’un tel développement.

Desserte des environs de Paris. 1867.

Le premier tome de cette série, évoque l’évolution de l’organisation administrative et les problèmes de l’exploitation liés à la densification progressive du réseau.

Le second tome de cette série est consacré aux questions techniques avec une présentation des principaux modèles de matériel utilisés sur le réseau.

Les troisième et quatrième contiennent de nombreux plans dépliants présentant l’évolution du réseau au cours des différentes périodes.

Rue de Rivoli.

Avec cet ouvrage, nous avons un précieux document sur les transports parisiens qui n’ont pas suivi un développement régulier ni sur le plan administratif et économique ni sur le plan technique.

L’omnibus est inventé au début du XIXe siècle. Cette invention déclenche à Paris, à partir de 1828, la création de multiples entreprises de transport offrant au public de nouvelles commodités mais entraînant aussi des résultats financiers inquiétants.

Agents de l’Exploitation.Terminus du « Nbis.Louvre-Belleville (Lac St Fargeau) » (C.G.O). Rue de Belleville à l’angle de la rue de Romainville.

La création en 1855 de la Compagnie générale des omnibus qui absorbe les entreprises existantes, va exercer pendant près d’un demi-siècle, un monopole de fait des transports dans Paris. Les services de banlieue seront assurés par quelques entreprises liées avec elle par des accords d’exploitation. La Compagnie suit le développement de Paris et de la banlieue. Toutefois la technique n’évolue que lentement, le cheval restant le mode de traction exclusif tant pour les omnibus que pour les tramways.

Le « TX.Montreuil-Châtelet » (C.G.O). Montreuil-sous-bois.

A la fin du XIXe siècle apparaît la traction mécanique: traction électrique, à vapeur, à air comprimé, moteur à explosion se disputent les lignes, sur fer ou sur route, exploitées par de nombreuses entreprises sans compter l’apparition du chemin de fer métropolitain.

Une remise en ordre de l’ensemble se dessine avec la réorganisation de 1910 puis en 1921 avec la fondation de la Société des transports en commun de la région parisienne, et la fusion de cette S.T.C.R.P. avec la Compagnie du métropolitain en 1942 pour s’achever en 1949 avec la création de la région autonome des transports parisiens.

Le  » 13 Malakoff-Les Halles » (C.G.P.T.à Place St.Michel (Type mixte, trolley et batteries d’accumulateur électriques)

Au cours de la seconde partie du 20e siècle, une nouvelle révolution technique bouleverse l’organisation des transports. La création de moyens de transports individuels pratiques et économiques, à deux et quatre roues et leur production massive à des prix accessibles au grand public, redonnent aux transports privés l’essor qu’ils connaissaient avant 1828 alors qu’ils étaient supplantés par les transports publics tout au long du XIXe siècle.

C’est toute ces révolutions des transports en commun à Paris et en région parisienne sur la période 1855 à 1955, qui est présenté dans cet ouvrage largement illustré. Nous découvrons ainsi la lente évolution des moyens de transport collectif au fur et à mesure des développement des matériels et des nécessités du territoire.

__________________________

LAGARRIGUE (Louis). Cent ans de transports en commun dans la région parisienne. Tome I.Organisation administrative et exploitation. Tome II. Evolution technique. Tome III. Album de plans (1662-1890). Tome IV. Album de plans (1902-1955). Paris, 4 volumes in-4 217-140-14 plans dépliants commentés-13 plans dépliants commentés. 4 volumes in-4 (27 cm x 22 cm).

Nombreuses illustrations en noir et blanc in-texte volume I et volume II.

Tome III. 14 plans dépliants. 1662. Les carrosses à cinq sols. 1828. Premier réseau de l’entreprise des omnibus. 1829. Les voitures publiques des environs de Paris. 1839. Les multiples compagnies parisiennes d’omnibus. 1840. Les 167 correspondances des omnibus de Paris. 1841. Services assurés entre Paris et ses environs. 1855. La compagnie générale des omnibus. 1856. Messageries et services accessoires de banlieue. 1867. Nouveau plan de Paris et réseau d’omnibus. 1867. Les environs de Paris et les moyens de transports. 1879. Réseau parisien-Premières compagnies de tramways. 1879. Réseau parisien-Premières compagnies de tramways. 1879. Les transports dans le département de la Seine. 1890. Itinéraires de transports en commun dans Paris. 1890. Desserte des environs de Paris.

Tome IV. 13 plans dépliants. 1902. Omnibus et tramways de Paris; 1902. Les tramways des environs de Paris. 1913. Le réseau parisien après la disparition de la traction animale. 1913. Desserte de la banlieue parisienne. 1925. La S.T.C.R.P dans Paris. 1925. Réseau de banlieue de la S.T.C.R.P. 1938. Les autobus de Paris après la disparition des tramways. 1938. Les autobus en banlieue. 1941. Le réseau réduit pendant la guerre. 1946. Plan dit de 1000 voitures (réseau urbain). 1946. Desserte de la banlieue (Plan de 1000 voitures). 1955. Le réseau routier de la R.A.T.P. (Paris). 1955. La R.A.T.P en banlieue.

4 volumes brochés sous couvertures renforcées en partie insolées.

Vendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*