COQUIOT (Gustave). En suivant la Seine.

Gustave Coquiot (1865-1926) écrivain et critique d’art, fut un des secrétaires de Rodin. Il fréquenta tous les peintres et sculpteurs du début du 20ème siècle. Son ouvrage Essai sur la Jeune Peinture et la Jeune sculpture paru en 1914, présente la scène artistique parisienne dans tout son éclat novateur.

Il écrivit de nombreux ouvrages sur des thèmes parisiens parmi lesquels Concert d’été (1894), Les bals publics (1895), La Seine (1896), Les villas de Paris (1897), Les Soupeuses (1903), Les féeries de Paris (1909), Poupées de Paris. Bibelots de luxe (1912), Paris, voici Paris (sd circa 1913), Pantins de Paris (1920), illustrés par des artistes choisis dont Bottini ou Forain.

Coquiot VIL’ouvrage « En suivant la Seine » associe un thème parisien et des artistes réputés (Bonnard, Boris, Bottini, Chagall, Delcourt, André Derain, Raoul Dufy, Henri Epstein, Othon Friesz, Pierre Laprade, Marie Laurencin, Luce, Manguin, Luc-Albert Moreau, Marquet, Picasso, Utrillo, Van Dongen, Suzanne Valadon, Vlaminck), pour faire de ce livre un témoignage d’une époque d’effervescence artistique en hommage différent au vieux fleuve et à sa vie grouillante.Coquiot X

Coquiot IVUn fac simile de lettre de J.-K.Huysmans en frontispice remercie l’auteur «  La pauvre Seine, il était vraiment temps qu’elle fut un peu louangée…elle va finir par être on ne sait plus quelle mécanique humide qu’on finira par enfermer dans des berges de zinc. Vous l’aurez au moins bien célébrée et bien vue… »

Dans sa préface Gustave Coquiot annonce un parti pris novateur. Une illustration indirecte du Coquiot VIItexte. Ne vous attendez pas à trouver dans ce livre des illustrations suivant son propos. L’auteur a réuni des dessins en laissant vagabonder sa pensée au fil de l’eau. « Ce sont de belles images à admirer simplement ; – et si, de tout cela, mon texte en pâtit ; au moins, vous ne lirez pas au bas d’un dessin ici reproduit cette phrase par exemple : Il leva la tête, pris sa canne et s’en fut !Et puis, enfin, ça et là, deux ou trois dessins, vous ramèneront parfois directement au sujet ; et voilà une concession à l’illustration traditionnelle d’un livre ; – elle est suffisante ! «

Le parti pris des illustrations une fois annoncé, Gustave Coquiot raconte « classiquement » la vie au bord du fleuve quand La Seine accueillait une activité multiple qui a depuis disparu, comme l’annonçait dans sa lettre visionnaire J.-K.Huysmans.

_____________________

Coquiot ICOQUIOT (Gustave). En suivant la Seine. Paris, André Delpeuch, éditeur, 1926. Un volume in-4 (25 cm x 20 cm), 138 pp.

Dessins inédits de : Bonnard, Boris, Bottini, Chagall, Delcourt, André Derain, Raoul Dufy, Henri Epstein, Othon Friesz, Pierre Laprade, Marie Laurencin, Luce, Manguin, Luc-Albert Moreau, Marquet, Picasso, Utrillo, Van Dongen, Suzanne Valadon, Vlaminck.Coquiot III

Un fac-simile d’une lettre relative à l’ouvrage, signée par J.-K.Huysmans.

Un des 200 exemplaires numérotés sur vélin de Rives.Coquiot XV

½ maroquin vert lierre à bandes. Composition de filets dorés poursuivant sur les plats et le dos. Tête dorée. Couvertures conservées. Début de fente aux mors. Petit manque de papier au second plat. Intérieur très frais.

Pour acheter c’est ici.

Sur la  » Seine », vous pouvez consulter une autre page de blog ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*