FABER (Jean). Illustrations de Eugène DELATRE. Le vieux village de Montmartre.

 

Nous avons déjà évoqué Montmartre dans des pages précédentes de ce blog, voir ici et ici, et Jean Faber pour un ouvrage sur la Seine, voir ici. Nous retournons aujourd’hui à Montmartre pour un ouvrage sur son vieux village illustré de 36 gravures d’Eugène Delâtre.

eugene-delatreEugène Delâtre (1864-1938). Graveur, peintre, aquarelliste, imprimeur. Le service militaire l’éloigne durant sept ans à la fois de l’art et de la Butte où il revient en 1889. A son retour,  Delâtre grave le Montmartre pittoresque, des portraits, la Bretagne, le sud de la France et la Normandie. Avec le graveur Charles Maurin, il perfectionne la technique de la gravure en couleurs dont ils deviennent les pionniers. Sa première exposition importante en 1895 à la Galerie Laffitte présente 25 gravures exposées aux côtés d’oeuvres de Seurat. L’année suivante, il expose chez Bing, en 1898 chez Durand-Ruel. Il est membre de la Société de la gravure originale en couleurs (1899). Il participe à toutes les expositions qui se tiennent galerie Georges Petit à partir de 1905, il est d’ailleurs l’imprimeur de tous les graveurs sur cuivre du groupement.  Au décès de son père en 1907, il prend la direction de l’imprimerie. Il initie à l’art du burin de nombreux artistes dont Renoir, Lautrec, Mary Casatt, Steinlen, Gen Paul.

Ces informations sont extraites du Dictionnaire des Peintres à Montmartre, Editions André Roussard, 1999, voir ici.

Le Montmartre présenté dans ce livre est celui du village encore à l’écart de Paris, très loin du quartier touristique qu’il est devenu.

faber 10faber 11L’auteur sent venir la fin d’une époque :  » La grande nature avait déjà reculé, vaincue par la main des hommes. Il y avait encore assez de verdure, assez de petits logis et de petits jardins, pour composer un ensemble pittoresque et charmant. Il était réservé à notre temps, ennemi de la fantaisie et de la poésie, de frapper à mort le vieux village de Montmartre. Cramponnés à ses derniers aspects et à ses dernières beautés, les artistes regardent, avec une stupeur douloureuse, monter et marcher sur le ciel la monstrueuse cavalcade des immeubles géants qui l’absorbent. Charmants horizons, divins bocages, vous ne serez bientôt plus qu’un souvenir et des noms. Un jour viendra, ô vieux village, où aura disparu ta faber 12faber 13dernière vieille maison, ton dernier vieux mur, ton dernier viel arbre. Puissent nos mains émues avoir réussi à fixer l’aspect encore captivant de tes derniers jours ! « 

Alors comme un témoignage avant disparition pressentie, Jean Faber et Eugène Delâtre fixent les lieux pittoresques du village de Montmartre et nous promènent au long des rues : La petite ferme de la rue Constance, les Moulins, Le Petit Moulin Debray, La ferme Debray, En haut de la rue Lepic, La rue Norvins, La rue des Saules, L’impasse Traînée, La place du Tertre, La rue de l’Abreuvoir, Le cabaret du lapin Agile, La rue Cortot, La rue du Mont-Cenis, L’église Saint-Pierre, La rue de faber 28faber 4La Barre, la rue Saint-Vincent, L’impasse Girardon, Le Château des Brouillards, Le Maquis.

Tous les lieux n’ont pas disparu. Le charme de l’endroit subsiste encore. Ce livre nous donne quelques regrets mais il capte agréablement un temps enfui.

La reliure de Ch.Meunier important relieur de la Belle Epoque, connu pour la qualité de ses reliures aux cuirs incisés, teintés ou peints, habille pour une fois sobrement l’ouvrage. Cette modestie convient aux lieux champêtres qu’étaient encore le vieux village de Montmartre au début du 20e siècle.

faber 25

faber 15

faber 31

_____________________

Faber 50FABER (Jean). Le vieux village de Montmartre. Paris, E.-F.d’Alignan, 1920. Un volume in-4 (31 cm x 23 cm), 69 pp.

faber 51faber 136 compositions gravées à l’eau-forte par E.Delâtre.

Un des 250 exemplaires numérotés sur papier de Hollande.

Reliure signée Charles Meunier. 1921. Plein maroquin. Dos à quatre nerfs. Bordures intérieures encadrées de 4 filets fermés de 4 motifs dorés aux coins. Tranches dorées. Couverture conservée de Steinlen.

Quelques très légers frottements notamment aux coins. Légère trace d’insolation sur le premier plat.

Bon exemplaire de ce joli ouvrage sur un Montmartre aujourd’hui disparu.

Pour acheter c’est ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*