ARNOUX (Alexandre). Illustrations de Jean FRELAUT. Le promeneur accompagné.

  Les journées du patrimoine nous ont offert le dernier week-end, l’occasion de se balader dans Paris et de découvrir de nombreux endroits habituellement inaccessibles. Aujourd’hui nous prolongeons la balade avec l’ouvrage d’Alexandre Arnoux : Le promeneur accompagné. Alexandre Arnoux qui a abondamment écrit sur des thèmes parisiens est aujourd’hui un peu oublié. Nous lui avons déjà réservé une page de blog pour un ouvrage sur la première guerre mondiale :  Le cabaret et comme c’est l’usage sur ce blog, nous avons évoqué sa carrière littéraire. Nous allons donc nous attarder plus longuement sur l’illustrateur du « Promeneur accompagné ». Jean Frélaut (1879-1954) est un peintre, graveur, et illustrateur. A 18 ans, […]

BAUDU (René). Illustrations de Edouard CHIMOT. Les Après-midi de Montmartre.

  Aujourd’hui nous plongeons dans l’univers montmartrois, celui de la Belle Epoque et du monde interlope de la Butte qui allait faire sa réputation. Les ateliers, les modèles, le Moulin Rouge et ses danseuses, les épaves perdues dans leurs paradis artificiels, tout un univers qui inspirent les écrivains et les artistes. Nous avons déjà présenté dans différentes pages de blog, ce Montmartre aujourd’hui disparu : G.Montorgueil, la vie à Montmartre; J.Faber, le vieux village de Montmartre; Pierre Mac-Orlan, Montmartre; Francis Carco, Promenades pittoresques à Montmartre et De Montmartre au quartier Latin. Dans les « Après-Midi de Montmartre », René Baudu nous raconte l’histoire des filles. « Les filles de Montmartre ont besoin d’amour, de […]

BRASILLACH (Robert). Poèmes de Fresnes. CALET (Henri). Les murs de Fresnes

  Pour notre retour sur la toile après les vacances, nous quittons Paris pour Fresnes qui est seulement à une douzaine de kilomètres de la capitale pour évoquer sa prison et deux écrivains, Robert Brasillach qui y fut incarcéré et Henri Toulet qui consacre un ouvrage aux souvenirs laissés par les prisonniers sur les murs des cellules.  » Vous prenez la route nationale, comme si vous alliez à Orléans, ou plus loin. A droite, des plaques indicatrices familières : Malakoff…Une auberge que l’on a toujours connue à cette place : La Vache Noire. On est libre, on est vivant, on arrive… Des bâtiments, des toits rouges, une allée bordée d’arbres […]