GUITRY (Sacha). Si Paris nous était conté.

Aujourd’hui un livre de cinéma. Le paradoxe est tout relatif puisqu’il s’agit du dialogue du film de Sacha Guitry, Si Paris nous était conté (1955), qu’il a fait éditer en 1956 dans un bel ouvrage comme savait les apprécier son auteur, fin amateur d’objets d’art. Quel fascinant personnage, tour à tour acteur, dramaturge, metteur en scène, scénariste, réalisateur, il naît en 1885 à Saint Pétersbourg où son père Lucien Guitry, célèbre acteur de l’époque, joue pendant la saison d’hiver, au théâtre Michel. Son parrain, le tsar Alexandre III lui donne son prénom. Il arrête ses études à 18 ans pour se lancer dans le théâtre. Sa première pièce, Le Page,  […]

DEBAT (François). Illustrations d’Henriette DELALAIN. New-York. Images mouvantes.

  Laissons aujourd’hui Paris pour New-York. Nous sommes au début du 20e siècle et l’Europe découvre les Etats-Unis. Les écrivains comme Paul Morand et aussi les hommes d’affaires comme François Debat, l’auteur de l’ouvrage, visitent le nouveau monde et nous livrent leurs impressions. Docteur en pharmacie et en médecine, François Debat (1882-1956) est le fondateur (1920) et président-directeur général des Laboratoires du docteur Debat. Il est aussi le créateur de la revue  » Arts et médecine » et a été membre libre de l’Académie des beaux-arts. L’auteur avec ses yeux d’Européens découvrant une nouvelle civilisation, nous entraîne à New York :   » Lorsque, pour la première fois, du pont du paquebot, […]

PIGEAU (Eustache-Nicolas). Praticien du Châtelet de Paris.

  On serait tenté de ne pas ouvrir ce livre et de le conserver simplement pour son agréable reliure d’époque au large  dos, propre à garnir avantageusement les rayonnages d’une bibliothèque mais ce serait passer sous silence son auteur Eustache-Nicolas Pigeau un des « pères » du code de procédure civile (1806) certes le plus modeste des cinq codes napoléonien mais qui a participé à la refonte de notre corpus juridique après l’Ancien régime et la période révolutionnaire. Nous présentons peu d’ouvrages juridiques mais nous avons déjà fait quelques exceptions pour Charles Du Moulin : Prima et secunda pars commentariorum in consuetudines parisienses, et Coutumes de la prévosté et vicomté de Paris . […]