BOILEAU (Etienne). Le livre des métiers.

 

Il y a quelques jours, nous publiions une page de blog sur Les Cris de Paris en faisant référence à l’ouvrage d’Etienne Boileau que nous n’avions pas encore dans notre librairie. Il vient de faire son entrée sur nos rayonnages et nous éditons une rapide page de blog pour vous le présenter.

La première mise par écrit de la réglementation des métiers de Paris, connue sous le nom de Livre des métiers compilée par Etienne Boileau dans les années 1260 a fait l’objet au XIXe siècle de plusieurs publications.

Etienne Boileau est nommé par Saint Louis Prévôt de Paris en 1261. Chargé de la juridiction des métiers, il se heurte à la difficulté de trancher les litiges en l’absence de textes écrits, les règlements de métiers n’étant connus pour la plupart que par des traditions orales transmises de père en fils et de maître en maître. Il invite donc chaque communauté de métiers  à rédiger ses statuts et décide, après les avoir homologués, de les réunir en un seul recueil.

Le livre des métiers rédigé au temps de Saint Louis vers 1268 par Etienne Boileau, prévôt de Paris, est le premier grand recueil de règlement sur les métiers parisiens. L’existence et les droits des ouvriers sont alors protégés au sein des Corporations.

Ce recueil dont le titre exact est « Les Etablissements des Métiers de Paris », est connu sous le nom de « Livre des Métiers ». Deux parties composent le Livre des Métiers. La première (101 titres) présente le statut des communautés, la seconde (31 titres) traite des impôts, droits et redevances dus par les métiers. une troisième partie, consacrée aux justices et juridictions , n’a jamais été rédigée (ou a été perdue).

Le texte de cette édition (Histoire Générale de Paris) est établi à partir du manuscrit dit  » de la Sorbonne », copie du manuscrit original perdu dans l’incendie de la Cour des comptes en 1737.

Le livre des Métiers ne cite pas tous les métiers de Paris au XIIIe siècle. En effet, toutes les communautés de métiers n’ont pas répondu à la sollicitation d’Etienne Boileau. Il manque notamment la corporation des bouchers. Malgré cette absence, nous découvrons les multiples métiers parisiens de l’époque dans les domaines suivants : Alimentation, Epiceries et vivres en général, Orfèvrerie, Joaillerie, Sculpture, Métaux, Objets divers de fantaisie, Armures, Etoffe et habillement, Drap et lainage, Toiles, Cuirs et peaux, Chaussures et vêtements, Sellerie et harnachement, Bâtiment, Métiers divers…

Le livre des métiers présente aussi : L’organisation des métiers (les corps des métiers, la confrérie, les apprentis, les valets, les maîtres, les jurés, les infractions et les amendes, la réglementation du travail, le commerce), Les impôts, droits et redevances, le guet ou gardes de nuit, les juridictions ou les justices

L’ouvrage dispose d’un long glossaire-index, de la liste alphabétique des jurés, des maîtres et des valets mentionnés dans le texte, de la liste alphabétique des noms de lieux mentionnés dans le texte, d’une table alphabétique des matières permettant de conduire de multiples recherches dans le texte pour s’immerger dans le Paris des métiers du Moyen Age.

Notre exemplaire est illustré de 7 planches hors texte en couleurs : I. Extrait du préambule du Livre des métiers. Fac-simile. Manuscrit de La Mare, II. Extrait du préambule du Livre des métiers. Fac-simile. Manuscrit de la Sorbonne, III. Extrait des statuts des couteliers faiseurs de manches. Fac-simile. Manuscrit de la Sorbonne, IV. Extrait des statuts des potiers de terre. Fac-simile. Manuscrit de la Sorbonne, V. Extrait des statuts des poissonniers de mer. Fac-simile. Manuscrit de la Sorbonne, VI. Extraits du péage du Petit-Pont et de la Coutume. Fac-simile. Manuscrit de la Sorbonne, VII. Liage et Monte de Marne. Extrait du Rivage. Fac-simile. Manuscrit de l’Hôtel de Ville.

_____________________________

BOILEAU (Etienne). Les métiers et corporations de la ville de Paris. XIIIe siècle. Le Livre des métiers. Publié par René de Lespinasse et Fançois Bonnardot. Paris, Imprimerie Nationale, 1879. Un volume in-folio (35 cm x 25 cm), XXIV-423 pp.

Fac-simile hors texte (7) en couleurs.

Pleine reliure cartonnée avec quelques traces d’usure. Exemplaire non coupé.

Vendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*